A 13 ans, Sharmeen Choomka décroche son HSC

Par Annick Daniella Rivet O commentaire
Choomka

Sharmeen Choomka fait la fierté de sa famille à Plaine-Verte. Benjamine d’une famille de sept sœurs, l’adolescente a réussi non seulement au Higher School Certificate, mais également au ACCA Level 1, le mois dernier. Elle souhaite entreprendre des études de droits pour devenir avocate.

Souriante, la parole facile, Sharmeen Choomka nous accueille chez elle à Plaine-Verte. Cette adolescente de 13 ans vient de décrocher le Higher School Certificate (HSC). Elle n’a que treize ans. Elle a ainsi obtenu 3B, 1A et 1C. Ses matières principales sont les mathématiques, la comptabilité, l’Islamic Culture et subsidiaires le français et le General Paper. En plus d’avoir été reçue aux examens de fin d’études secondaires, elle a aussi décroché un ‘ACCA Level 1’, comprenant trois questionnaires 1, 2 et 3. C’est sa sœur Nawsheen qui l’a aidée pendant deux mois pour ces examens. Cette dernière est la directrice de la « Choomka School of Accountancy ».

Sharmeen ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. En juin prochain, elle prendra le niveau 2 de l’ACCA. Elle confie qu’elle aime étudier. D’ailleurs, sa maman Nooresa Bibi explique qu’elle ne peut pas rester oisive, ayant toujours un livre à la main. « Ma priorité est de faire des études. Je voulais réussir le programme d’étude du HSC qui est de deux ans en une année et je l’ai fait. Ma préparation s’est aussi faite à l’école. J’ai profité des périodes libres pour travailler avec mes profs... »

Ses journées commencent très tôt. Dès 5 heures, elle se retrouve aux côtés de sa sœur Nooreen pour ses leçons de mathématiques et de comptabilité. Puis, elle prend son petit-déjeuner avant de se rendre au collège. Après les cours, elle prend d’autres leçons particulières et se retrouve avec sa famille pour le dîner. Après, place au travail pour le lendemain. Sharmeen se met au lit à 22 heures.

Pendant ses moments libres, l’adolescente joue avec des oiseaux, des canards et des chiots, entre autres. Deux fois la semaine, elle va nager à la piscine de la localité. Actuellement, elle pratique régulièrement du roller.

Parcours

C’est au collège Labourdonnais de Vallée-des-Prêtres que Sharmeen a réussi son exploit. Auparavant, elle fréquentait le City College où elle avait décroché le School Certificate (SC) avec dix unités en 2016. Puisque cet établissement ne pouvait pas lui offrir toutes les matières qu’elle a choisies pour le HSC, ses parents décident de la transférer au collège Labourdonnais.

Toute jeune, elle a fréquenté l’école Zam Zam où là encore elle a sauté une classe pour accéder en sixième, afin de participer en 2013 aux examens sanctionnés par le Certificate of Primary Education (CPE) et décrocha 24 unités. Par la suite, elle a obtenu une place au collège G. M. D. Atchia où elle a étudié jusqu’à la Form II. Son papa a découvert son potentiel pour les études et l’a encouragé à prendre son SC, au City College.

Shameen n’a qu’une pensée : « Les études doivent être une priorité. Étudier est bon pour le progrès de l’individu... » Elle ne compte pas s’arrêter là, puisque ses parents cherchent une firme qui puisse la sponsoriser pour des études en droit. Son père affirme qu’elle va poursuivre ses études à Maurice. « Le lien familial est important. En étant avec nous, nous pourrons l’aider en cas de  problème. Si elle va à l’étranger, elle sera seule... »

Rôle des parents

Abdool Amid, commerçant/revendeur de son état, souligne avoir pris son rôle de père au sérieux. Il précise que la vie n’a pas été facile pour subvenir aux besoins de sa famille et ajoute qu’il fera de son mieux, tant qu’il sera vivant, pour guider ses filles dans la voie qu’elles choisiront. Abdool Amid est d’avis que l’éducation des enfants est importante. « Chaque enfant doit avoir sa chance dans la vie. Il y en a qui ne sont pas brillants académiquement, il faut les encadrer, les soutenir, puisque tout le monde a droit à l’éducation. »

Il fait aussi ressortir que les autorités ont pris une mauvaise décision en augmentant le nombre de Credits  pour l’accès en Lower VI. « Tous les élèves n’étudient pas au même rythme. C’est bien de permettre à un enfant qui n’a obtenu que trois Credits d’accéder en lower VI. Cela lui aurait permis de progresser... »

La maman, Nooresa Bibi, que son mari qualifie  affectueusement de ‘manager’, gère tout à la maison. Elle s’arrange pour trouver du temps pour s’occuper individuellement de chacune de ses sept filles et de ses deux petites filles. Nooresa Bibi s’organise aussi pour cuisiner pour tout le monde et pour faire le ménage. « C’est un plaisir pour moi d’aider mes filles, en faisant tout à la maison, cela les aide à consacrer du temps à leurs études et au travail... »

Sept sœurs

Les parents Abdool Amid et Nooresa Bibi sont les deux piliers qui encouragent les sept filles à aller de l’avant. Les sœurs Choomka ont chacune fait de brillantes études. Youshreen (avocate), Yasreen (comptable), Tawheen (avocate), Nawsheen (comptable), Nooreen (comptable), Farrheen (policière) et Sharmeen (future avocate), vivent dans une atmosphère familiale à Plaine-Verte. Le père confie que toutes ses filles prennent chaque matin le petit-déjeuner à la maison à partir de six heures. Le soir aussi elles dînent ensemble. Deux d’entre elles sont mariées, mais n’ont pas dérogé à la tradition. À chaque fois, les membres de la famille se retrouvent à quatorze autour de la table.

50 ans de l’Indépendance

50 ans de l’Indépendance