Accident à Forbach : Tanuja perd son deuxième fils en trois ans

Par Ellvina Nallan O commentaire
Keshava Appadoo, la victime.

Keshava Appadoo a perdu la vie dans un accident, dimanche. Veer Luchoomun, le conducteur incriminé avait 63 microgrammes d’alcool dans son haleine.

La mort de son deuxième fils Keshava (27 ans) laisse Tanuja Appadoo meurtrie. Le jeune homme a perdu la vie rue Forbach, à Cottage, aux petites heures du matin, dimanche, après qu’il a été percuté par une Jaguar. Celle-ci était conduite par Veer Luchoomun. Le conducteur a été contrôlé positif à l’alcootest.

Keshava Appadoo, un habitant de L’Espérance Piton, voyageait en croupe sur une mobylette pilotée par Natraj Bhojraz, qui habite la même localité. Ce dernier a été admis dans une clinique au nord du pays et son état de santé est jugé préoccupant. Tanuja (55 ans) pleure la disparition brutale de son fils. « Mo perdi mo dezyem garson an trwa zan », lâche-t-elle en sanglots quand elle a appris que son fils Keshava, Lion pour les intimes, a été tué sur le coup après avoir été heurté par Veer Luchoomun, un chauffeur en état d’ébriété. Placé en état d’arrestation, il est sous surveillance policière à la clinique.

Testé positif à l’éthylotest, Veer Luchoomun avait 63 microgrammes d’alcool dans son haleine, soit deux fois plus que le seuil autorisé (23 mcg). Il convient de signaler qu’il y avait quatre passagers à bord de la Jaguar, qui sont tous hors de danger. Keshava Appadoo aurait été traîné sur environ 300 mètres par la Jaguar, selon les premières indications. Natraj Bhojraz (37 ans), l’ami de Keshava, qui pilotait la mobylette, a été grièvement blessé et admis à l’hôpital de Pamplemousses où il a subi une intervention chirurgicale.

Natraj Bhojraz a eu une fracture au pied droit et a subi des blessures sur plusieurs parties du corps. Il est placé sous respiratoire artificielle. La police enregistrera sa version des faits dès qu’il sera disponible. Quant à Veer Luchoomun, il devra fournir des explications prochainement. Il a retenu les services de Me Steeven Sauhoboa. Ses proches, qui étaient à bord de la Jaguar, n’ont pas encore donné leurs versions des faits à la police.

Entre tristesse et révolte

Chez les Appadoo de la Jankee Road, à L’Espérance Piton, c’est la consternation et la révolte. Ils ne cachent pas leur colère. « Pourquoi lui ? », s’interrogent les proches du défunt. Sa mère Tanuja est abattue. « Keshava venait de célébrer ses 27 ans en octobre dernier. Aujourd’hui, je l’ai perdu pour toujours. En 2014, mon fils Kusha, qui était souffrant, s’était éteint. C’était une épreuve douloureuse. C’est comme si une partie de mon corps avait été amputée. »

Le benjamin de Keshava (16 ans) est aussi en état de choc après avoir perdu ses deux frères. Ses proches tentent de le consoler. Après la mort de Keshava, plusieurs amis sont venus lui rendre un dernier hommage. Les funérailles de Keshava Appadoo auront lieu ce lundi à 11 heures.

L’autopsie pratiquée par le médecin légiste, le Dr Saila Prasad-Jankee, a attribué le décès de Keshava Appadoo, à un « shock » lié à ses multiples blessures. L’enquête est ménée par le SP Dawoonarain.


La famille de Keshava porte plainte contre un policier

Les proches de Keshava Appadoo se sont rendus sur les lieux de l’accident dimanche pour effectuer un constat là où les policiers effectuent la road marking. En faisant cela, un  des policiers devait confier à la famille qu’il y avait seulement trois roues dans la Jaguar et qu’il en manquait une. Or, la famille avait déjà pris des photos de la Jaguar accidentée montrant clairement que celle-ci portait quatre roues. Les proches ont porté plainte conte ce policier, estimant que ce dernier veut déformer l’information, en faisant croire que l’accident a été provoqué par l’absence d’une roue.


Vinod, l’oncle de Keshava : « Un chauffeur ivre a semé la mort »

L’oncle de Keshava (48 ans) était indigné quand il a appris qu’un chauffeur ivre a arraché la vie à son neveu. « Keshava, qui travaillait comme soudeur avec un de ses oncles, avait des projets plein la tête. À cause d’un chauffeur ivre, la vie de ses parents a basculé. Le conducteur doit être sévèrement puni et j’estime qu’il est temps de durcir la loi, vu le nombre de morts sur nos routes. » Et d’ajouter que la police doit multiplier les efforts pour freiner les accidents de la circulation.

« Il faut que des agents de l’ordre surveillent ceux qui font une virée dans des pubs ou discothèques, entre autres. Car la majorité d’entre eux consomme des boissons alcoolisées. Ceux qui ne sont pas aptes à conduire après la consommation de boissons alcoolisées devront être sévèrement punis par la loi.Il faut aussi multiplier les patrouilles les vendredis, samedis et dimanches car beaucoup en profitent pour boire et conduire  », fulmine Vinod Appadoo. Son neveu Keshava avait accompagné son ami Natraj sur son lieu de travail.


Le père de Natraj : « Mon fils a été épargné »

Natraj Bhojraz.

Le père de Natraj dit être soulagé après que son fils a vaincu la mort. Toutefois, il se dit triste du sort tragique réservé  Keshava. « Natraj avait quitté la maison, samedi, vers 17 heures pour se rendre à Pointe-aux-Canonniers, où il travaille comme agent de sécurité dans un hôtel. Je pense que son ami Keshava l’avait rejoint sur son lieu de travail. En retournant, ils ont été percutés par une Jaguar. Mon fils a échappé à la mort, mais il est souffrant. On attend ses rapports médicaux pour être fixés. J’ai été choqué quand j’ai appris la mort de Keshava. Mo esey mett mo mem dan plas paran Keshava. Li byen difisil. »


Qui est Veer Luchoomun ?

Veer Luchoomun est propriétaire d’une maison de jeu. Il est le frère de la députée Sandhya Boygah et le neveu de Leela Devi Dookhun-Luchoomun. En novembre 2016, il était sous le feu des projecteurs. Paul Bérenger, qui était à l’époque leader de l’opposition, l’avait accusé d’être le « big boss » du réseau où opérait le policier Arvind Hurreechurn, arrêté avec deux kilos d’héroïne à l’aéroport de Plaisance. Veer Luchoomun avait nié en bloc les allégations formulées contre lui.

Il avait expliqué sur le plateau de Radio Plus qu’il avait déjà eu des démêlés avec la justice, étant consommateur de cannabis, mais qu’il était en phase de réhabilitation. Il avait aussi réfuté les insinuations selon lesquelles il serait un trafiquant de drogue et avait nié connaître le constable Hurreechurn.