Acte indécent sur un ado : 3 collégiens le tripotent, une vidéo postée sur Facebook et Instagram

Par Reshad Toorab O commentaire

C’est une vilaine plaisanterie qui laissera un goût amer à trois collégiens et à leur victime. Un parent d’élève a consigné une plainte au poste de police de Curepipe, le vendredi 7 avril, contre trois collégiens âgés de 14 à 15 ans.

Dans cette plainte, un adolescent de 14 ans, en Form III, explique que le mercredi 5 avril, il était dans un état fiévreux. Il en a informé le bureau du recteur et il a été conduit au Rest Room. Un autre élève s’y reposait également.

« Vers 12 h 30, trois collégiens de Form IV sont entrés dans la salle et ont commencé à me taquiner. L’un d’eux a uriné sur mon sketch pad. Zot dir mwa tegn lalimier, apre zot dir mwa realim li. Je leur ai dit que j’en étais incapable, car j’étais malade. Je me suis rallongé », relate l’ado aux policiers.

Son calvaire était loin d’être fini. « Deux des garçons m’ont immobilisé par les bras sur le lit, tandis qu’un autre a sorti son portable. Il m’a tripoté les parties intimes tout en filmant la scène. Li ti pe rod bes mo pantalon pou filme mwa, monn lite. Il a alors pesé sur mon sexe à travers mon pantalon tout en filmant. Apre sa, li dir mwa li pou al met sa lor Facebook ek Instagram. »

Traumatisé par l’incident, l’ado ne pipe mot à personne. Une fois à la maison, il se confie à son père. « Je me suis rendu aussitôt au poste de police de Curepipe. Un agent m’a d’abord dit que ce cas concernait la Cybercrime Unit. Là-bas, un officier de l’unité a discuté avec ses collègues de Curepipe et a exigé qu’on enregistre ma plainte. Ce n’est que vendredi que nous avons réussi à consigner cette plainte. Maintenant, nous réclamons des sanctions contre ces trois collégiens qui ont posté la vidéo de cette scène sur Facebook, avant de la retirer par la suite », explique le père du collégien.

Sollicité pour une réaction, un préposé au collège affirme tout ignorer de cette affaire, mais promet « d’initier une enquête ». « Nous invitons le parent à accompagner son fils pour consigner une plainte au collège », a-t-il ajouté.