Agression de deux Salesmen - Percy Tuyau : «J'étais au poste de police au moment des faits»

Par Irfaad Olitte O commentaire
Percy Tuyau

Le videur Percy Tuyau est derrière les barreaux depuis le lundi 20 novembre. Il nie toute implication dans l’attaque de deux salesmen, le lundi 6 novembre, à Rose-Hill. Cinq personnes sont en détention dans cette affaire.

Le cerveau présumé de l’agression de deux salesmen, employés pour le compte d'un dépôt-vente de cigarettes, survenue le lundi 6 novembre, à Rose-Hill, s'est constitué prisonnier lundi. Au cours de cette agression, une somme de Rs 1,4 million avait été emportée. Il s’agit du videur Percy Tuyau, un habitant de Saint-Pierre. Il est soupçonné d'être à la tête d'un gang armé.

Parmi les détenus, il y a Chris Meyepa, propriétaire d'une motocyclette d'une capacité de 250 cm3, ayant véhiculé deux des quatre braqueurs. La CID de Rose-Hill a aussi arrêté  Nathaniel Bel Oiseau, Yohan Petit et Kenny Joseph. Dans sa déposition, ce dernier a expliqué aux enquêteurs qu'il avait bel et bien participé à cette attaque, suivant les instructions de Percy Tuyau. Pour cela, a-t-il dit, il a empoché Rs 10 000, tout comme Nathaniel Bel Oiseau.

Règlement de comptes

Quant à Yohan Petit, il a expliqué qu'initialement il n'était pas au courant qu'une attaque était prévue. Percy Tuyau lui avait demandé de rejoindre la bande car il y avait un règlement de comptes à exécuter, selon le suspect. Une fois à Rose-Hill, il devait remarquer que la motocyclette sur laquelle se trouvait Percy Tuyau avait emprunté une voie à sens interdit, avant d'endommager la vitre d'une voiture. C'est après que Percy Tuyau a fait main basse sur un sac qu'il s'est rendu compte, a-t-il relaté, qu'il provenait d'un braquage. Et de poursuivre que, par la suite, Percy Tuyau lui a remis un sac en guise de récompense, avant de lui demander de ne rien dévoiler à quiconque.

Percy Tuyau, le cerveau présumé, a été confronté à ces allégations en fin de semaine. Dans sa version des faits, le gros bras explique qu'à l'heure du braquage, à 10 h 45 le lundi 6 novembre, il se trouvait au poste de police de Saint-Pierre. Étant en liberté conditionnelle pour un précédent délit criminel, il doit se présenter à ce poste de police comme le stipule les conditions de sa remise en liberté sous caution. Des policiers, qui étaient de service au moment des faits, ont été entendus par la CID. Ils ont été autorisés à renter chez eux. Les enquêteurs comptent interroger d'autres policiers pour confirmer l'alibi de Percy Tuyau.