Air Mauritius : la direction limoge, les pilotes résistent

Par Patrick Hilbert O commentaire
Air Mauritius

Entre la direction d’Air Mauritius et ses pilotes, la guerre est ouverte. Alors que la première applique des sanctions, et a déjà limogé, vendredi, trois pilotes avec effet immédiat, l’incertitude demeure.

La direction d’Air Mauritius n’exclut pas d’autres perturbations durant le week-end, même si elle compte, autant que possible, reprogrammer les vols. Les pilotes, de leur côté, souhaitent durcir le ton. « La communauté des pilotes reste soudée. On ne peut pas prédire s’il y aura d’autres perturbations », confie-t-on au sein de la Mauritian Air Line Pilots Association (MALPA), syndicat des pilotes mauriciens.

La MALPA et l’Airline Employees’ Association (AEA), qui regroupe les pilotes étrangers, ont demandé à leurs membres, vendredi après-midi, de « refuser d’opérer un vol à court préavis durant vos jours off » et de signaler toute tentative d’intimidation et de menace de la part de la direction, en vue de prendre des actions légales

Le congé maladie de 12 pilotes, jeudi, a forcé l’annulation de quatre vols durant la soirée de jeudi. Vendredi, même scénario. Ce qui a provoqué d’autres annulations et retards. Une situation qui est mal digérée tant au niveau du gouvernement que de la direction.

La riposte de la direction a été sans équivoque. Le conseil d’administration d’Air Mauritius, qui s’est réuni en urgence jeudi en fin d’après-midi, a validé la résiliation des contrats de trois pilotes « sur la base de certains faits présentés séance tenante » et a appelé « tous les pilotes concernés à se ressaisir dans l’intérêt de la compagnie et du pays ».

Pour le conseil d’administration, « les premières conclusions confirment une action préméditée et concertée ». Pour Somas Appavou, Chief Executive Officer d’Air Mauritius, « ce qui s’est passé est grave, même très grave. Un petit groupe d’employés tiennent en otage, nos clients, notre compagnie et notre pays. Ils ternissent notre réputation. Les conséquences financières sont importantes à un moment où la compagnie s’est engagée dans un plan d’investissement majeur ».


Le vol sur Paris annulé vendredi soir

Le vol MK 034 en partance pour Paris a été annulé selon le site d’Airport Terminal Operations Ltd (Atol). L’appareil aurait dû décoller à 22 h 35. De son côté, le vol MK 748 pour Mumbai, prévu à 21 h 30 a été différé à 22 h 30. Dans la journée de vendredi, le vol MK 646 à destination de Singapour, en passant par Kuala Lumpur, a été annulé. Avant 13 heures vendredi, les passagers de trois vols étaient déjà en route vers leurs destinations respectives. Les vols en direction de Londres et Hong Kong ont décollé avant 11 heures. Aux alentours de midi, le vol pour Perth a quitté Maurice. Toutefois à vendredi, le vol sur Chennai-Bangalore n’était pas encore programmé. Une préposée à Air Mauritius a souligné que le vol a été annulé et les passagers ont été canalisés vers d’autres compagnies aériennes, dont Emirates. Aucune perturbation n’est prévue pour ce samedi.


Pravind Jugnauth : «Soutien total au Board d’Air Mauritius»

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, accorde son « soutien total au conseil d’administration d’Air Mauritius ». Il trouve « inacceptable que des gens choisissent d’agir contre l’intérêt de Maurice ». C’est ce qu’il a déclaré aux journalistes lors d’une fonction à Résidences Briqueterie, vendredi. Durant la matinée, le chef du gouvernement a rencontré le président du conseil d’administration d’Air Mauritius, Arjoon Suddhoo, ainsi que d’autres responsables de la compagnie nationale d’aviation. Il leur a demandé de prendre les actions requises pour mettre fin à la pagaille.

Brèves

Une action préméditée ?

Est-ce que les maladies en série des pilotes d’Air Mauritius résultent d’une action concertée et y avait-il déjà une intention dans le passé ? C’est ce que l’on pourrait croire après lecture d’une correspondance envoyée le 11 août à plusieurs pilotes.« Une solution pourrait être que tous les pilotes tombent malade le dernier samedi d’août et les deux jours suivants, si nécessaire, pour faire réaliser à la compagnie qu’elle doit respecter nos demandes légitimes et acquis, comme par exemple des heures supplémentaires après
80,5 heures. » L’auteur de ce courriel demande que le message soit diffusé pour que cela arrive aux oreilles de la direction. Et de préciser que « le gouvernement et la compagnie ne peuvent se permettre d’avoir cette publicité négative ».

Les raisons de la colère

Plusieurs raisons motivent la colère des pilotes. Les deux principales qui ont cependant occasionné cette situation : le recrutement récent de pilotes à un régime salarial et des conditions inférieurs à ceux qui sont déjà employés. On parle ici d’une différence salariale de 25 % environ et de 27 jours de congé au lieu de 42 par an. Puis, une règle non écrite veut que les pilotes bénéficient de deux billets en classe affaires par an. Air Mauritius veut revoir cette condition.