Amour maternel sans limites : elle commet des vols pour payer le mariage de sa fille

Par Kendy Antoine O commentaire
vols

« L'amour d'une mère pour son enfant ne connaît ni loi, ni pitié, ni limite. » Roumila, (prénom fictif), aurait pu faire sienne cette citation de la romancière, Agatha Christie… Elle résume bien ce que cette femme de 45 ans, habitant le Nord, a osé faire pour offrir de belles noces à sa fille. Elle a été arrêtée, le mardi 26 septembre, par la CID de Goodlands.

Avec l’aide d’une proche, elle a commis des vols dans cinq commerces, à Petit-Raffray et Goodlands, en l'espace d'une semaine. La raison avancée par la quadragénaire à la police criminelle de Goodlands : « Ma fille se marie bientôt et je n’ai pas assez d’argent… »

Cette mère de famille et femme au foyer, au casier judiciaire vierge, se retrouve dans de sales draps. La voix à peine audible, Roumila confie : « La date des noces a déjà été fixée mais ce n’est pas facile de trouver de l’argent pour toutes les dépenses que cela implique. Ce n’est pas facile : mon époux est malade et il ne peut travailler, et mon fils, qui vit de petits boulots, a des ennuis avec la justice. Je n'ai qu’une fille et je voulais qu'elle ne manque de rien pour son mariage. »

L'idée de voler, poursuit-elle, lui est venue à la suite d'une conservation avec une connaissance. « On m'a conseillé d’aller dans des commerces, de payer une partie des articles et de voler l'autre partie, et c’est ce que j’ai fait avec l’aide d’une proche. » Le mode opératoire était simple : circulant à bord d'une voiture, elles faisaient le tour des commerces afin de s’assurer qu’ils n’étaient pas équipées de détecteur à la sortie ou de consigne. Puis, elles passaient à l’acte…

Leur premier coup a eu lieu dans un libre service, il y a une semaine. Munies d’un sac dans une main et d’un panier dans l’autre, elles font le tour et s’approvisionnent en boissons alcoolisées et autres produits. Une partie est mise dans le panier tandis que d’autres produits sont cachés dans leurs sacs. À la caisse, elles ne paient donc que les articles du panier. Elles récidivent dans deux magasins et un Pooja Shop.

Cependant, c’est sans compter sur la vigilance d'un des propriétaires de ces commerces. Il a vite fait de constater la supercherie en visionnant les images de vidéosurveillance et il rapporte le cas à la police de Goodlands.

Cliente habituelle

« C’est une cliente habituelle que je connais bien, explique Shyam (prénom fictif), le propriétaire du commerce. Elles sont venues au magasin, qui était bondé, vers 13 heures et nous avions trois caisses en opération. Je l'ai vue prendre plusieurs articles. Une fois à la caisse, elle a payé environ Rs 500 avant de repartir. Cela m'a étonné, étant donné le nombre d'articles que j’avais vus dans son panier. J'ai déjà été victime de vol, cela m'a intrigué. J'ai alors visionné les images de la caméra et je les ai vues mettre des produits dans un sac. Il y en avait pour au moins Rs 2 000. »

Le 26 septembre, la CID de Goodlands remonte jusqu’à Roumila et sa complice. Les deux sont arrêtées et lors d’une fouille de la voiture, ils retrouvent plusieurs articles provenant de ces commerces, dont sept bouteilles de whisky.

Elles sont passées aux aveux. Après une nuit en cellule policière, elles ont été traduites à la cour de Pamplemousses. Elles sont inculpées sous une charge de vol mais ont retrouvé la liberté conditionnelle. L'enquête, placée sous la supervision de l'inspecteur Gungah, se poursuit. « Je me dis que c'est mieux d'avoir été arrêtées. Après le premier vol, nous avons continué car nous nous sommes laissées tenter. »