Anand Sookye : le Shah Rukh Khan local à la recherche de la fille de ses rêves

Par Rajmeela Seetamonee O commentaire
Anand Sookye

Anand Sookye fait, depuis une semaine, le buzz sur les réseaux sociaux.

Cet illustre inconnu, soudainement sous les feux des projecteurs, imite avec un art consommé la star indienne Shah Rukh Khan, aujourd’hui son idole. Sa réussite ne fait pas que des heureux, car il s’est fait agresser par un collègue de travail, manifestement jaloux de son succès sur la Toile. Profitant de sa notoriété, Anand Sookye a annoncé à Le Dimanche/L’Hebdo que son projet immédiat est de trouver une fille à épouser.

« Durant les nombreuses années qui ont suivi, les gens ne cessaient de m’appeler Shah Rukh ou Shah Rukh Khan. Aujourd’hui encore, ils sont nombreux à me dire que je ressemble au célèbre ‘king of Bollywood’ »

Shah Rukh Khan est l’une des plus grandes stars de Bollywood. Depuis plus d’un quart de siècle, il  émerveille dans ses films, principalement des comédies et des drames. L’acteur aux 14 Filmfare Awards  se démarque grâce à son style unique, qui lui a attiré des millions de fans à travers le monde, y compris à Maurice.

Anand Sookye, 38 ans, est l’un d’eux. Capitalisant sur son étonnante ressemblance avec son idole, cet habitant de Pellegrin, Sébastopol, a travaillé pour mettre tous les atouts de son côté. Il a visionné tous les films de son idole et a appris à l’imiter, tant pour le gestuel que pour la voix. Et le résultat a été au-delà de toute espérance. Le King Khan mauricien est né.
Au départ, Anand Sookye ne connaissait pas l’acteur indien. C’est de manière fortuite qu’il apprendra à le connaître. Anand Sookye nous conte son histoire, un rêve devenu réalité.

Tout commence pour notre compatriote, il y a une vingtaine d’années. « J’avais 18 ans. Je travaillais comme vigile à la municipalité de Vacoas/Phœnix. Chaque après-midi, j’effectuais le trajet de Sébastopol à Curepipe par autobus pour me rendre à Vacoas. Les receveurs d’autobus et mes amis me disaient que je ressemblais à Shah Rukh Khan. Je ne leur prêtais pas attention. Cela a duré onze mois. »

Puis, le  jeune homme décide de changer d’emploi. Il retourne à ses premières occupations, qui étaient la culture et la vente de fruits et de légumes. Il ne pouvait aspirer à une carrière professionnelle plus élevée en raison de son faible parcours scolaire.

« J’ai mis fin à ma scolarité à l’âge de 13 ans. Je n’aimais pas aller à l’école et la maîtresse me grondait souvent. En contrepartie, j’aidais  ma mère dans les champs. »

Le benjamin de la famille a perdu son père alors qu’il n’avait qu’un an et demi. Il a deux frères et une sœur.

Outre le travail aux champs, le jeune Anand s’occupe des animaux. Ce qui lui permet de mettre de l’argent de côté. Il commence alors la construction de sa maison, toujours à Sébastopol. « Ma maman m’a épaulé dans mes démarches pour contracter un prêt logement. Elle est aujourd’hui âgée de 65 ans et nous vivons toujours ensemble. Elle est ma force. »

Anand pourra ensuite s’offrir un tout-terrain. Quelques années plus tard, il change de métier et devient receveur d’autobus. Il est affecté sur la ligne Pellegrin-Sébastopol-Nouvelle-Découverte-Port-Louis. « Durant les nombreuses années qui ont suivi, les gens ne cessaient de m’appeler Shah Rukh ou Shah Rukh Khan. Aujourd’hui encore, ils sont nombreux à me dire que je ressemble au célèbre ‘king of Bollywood’. »

En 2012, Anand se met à visionner tous les films de King Khan. Il apprend par coeur ses réparties, dont les plus connues, comme « I love you, K-k-k-Kiran », de Darr. « Je n’ai pas eu à faire beaucoup d’effort pour y parvenir, car ma voix ressemble à la sienne. J’ai pu m’approprier également son style et son rire légendaire. »

Un jour, un ami l’invite à faire connaître son talent lors d’une compétition de karaté à Médine-Camp-de-Masque. Après un moment d’hésitation, il finit par accepter. Ce jour-là sera, pour le jeune homme, un tournant dans sa vie.

« La salle était bondée. Quand j’ai paru sur scène, ça a soulevé un tonnerre d’applaudissements de la part de l’assistance, qui a scandé le nom de l’acteur. Ma prestation a fait un tabac », dit-il.

Ayant pris, depuis, confiance en lui et sûr de son talent, il a enchaîné avec des prestations lors des mariages, des fiançailles et d’autres événements à travers le pays, produisant toujours le même effet sur le public. En 2013, il se paie un voyage en Inde. Destination, Mumbai, le temple de Bollywood ! « J’étais parti dans le but de me trouver une épouse. Malheureusement, sans succès. À part cela, mes amis m’avaient conseillé de profiter de mon séjour dans la Grande péninsule pour rencontrer Shah Rukh Khan, mais j’ai hésité. »

Retour à la réalité : le lundi 25 décembre 2017, il organise une distribution de cadeaux à l’intention des enfants de son village et des environs. Un défilé précède le spectacle prévu pour l’occasion. Anand louera un cabriolet de marque française et portera un costume. « Je dois honorer l’image et la réputation de mon idole », explique l’imitateur. Là encore, l’accueil du public est époustouflant. On le prend en photo et on lui demande des autographes. C’est le délire.

« C’est la deuxième année que j’organise cette fête de remise de cadeaux aux enfants. Avec mon boni de fin d’année, j’ai acheté des jouets pour 250 gosses. Je ne suis pas issu d’une famille aisée, mais offrir un cadeau à un enfant, dont les parents n’ont pas les moyens, représente pour moi un important devoir. Lors de cet événement, j’en profite pour égayer l’assistance et pour surprendre. Environ 2 000 personnes avaient fait le déplacement cette année. J’ai dansé au rythme des chansons de Shah Rukh Khan et j’ai entonné quelques-uns de ses tubes. »

La vidéo de cette prestation sera postée sur les réseaux sociaux et relayée par les internautes. Certains l’apprécieront, d’autres non. Le lendemain, il se fera agresser.

La scène se passe à la gare Victoria, à Port-Louis. « Un receveur d’autobus n’arrêtait pas de se moquer de moi. Il m’a dit avoir regardé la vidéo et m’a traité de ‘bouffon’. Je lui ai alors répondu : ‘Eski to kapav fer bouffon couma moi ?’ Il est devenu violent et m’a assené un coup de poing au visage, brisant mes lunettes de soleil. Et il a continué à m’agresser. J’ai préféré garder mon calme, mais je me suis ensuite rendu aux Casernes centrales pour rapporter le cas. »

Rien ne pourra arrêter Anand Sookye, qui a deux désirs à combler, dont celui de rencontrer la star indienne. « Je suis devenu populaire grâce à lui et les filles adorent le côté romantique de Shah Rukh Khan. Mon deuxième souhait serait de rencontrer la fille de mes rêves. L’élue de mon cœur n’aura pas à s’inquiéter pour l’avenir. J’ai déjà ma maison, un véhicule, un terrain d’un arpent et un emploi stable. Je ne fume pas et je ne consomme pas d’alcool. »

Mesdemoiselles, si ce profil vous intéresse, vous savez quoi faire !