Anne-Christine Levigne-Fletcher : la spécialiste de la maroquinerie de luxe

Par Leena Gooraya-Poligadoo O commentaire
Anne-Christine Levigne-Fletcher

À la tête de deux compagnies, Anne-Christine Levigne-Fletcher n’arrête jamais de se réinventer afin d’introduire des pièces originales. Du petit porte de cartes de crédit jusqu’au grand sac de voyage, elle propose toute une gamme de produits de maroquinerie de luxe.

Caléage existe depuis 1981 à Maurice alors qu’Hémisphère Sud est une marque qui est l’expression d’une vingtaine d’années du savoir-faire de Caléage. «  Nous sommes reconnus dans le monde entier dans la fabrication de la  maroquinerie de luxe », fait ressortir Anne-Christine. L’usine se trouve à Plaine-Lauzun et emploie 80 personnes. « Nous avons aussi une galérie et une boutique au même endroit qui exposent nos  créations », dit-elle. Après un exercice de restructuration, la compagnie sous-traite aussi à Madagascar,  en Afrique du Sud et en Inde.

La maroquinerie au coeur du secteur de la mode et du luxe

Les grandes marques

Aujourd’hui, Caléage fabrique pour de grandes marques européennes. « Nous faisons leurs créations, nous  développons leurs modèles, nous faisons les dossiers techniques ainsi que le développement production », explique notre interlocutrice.  Des portes de cartes de crédit aux sacs de voyage en passant par les sacs à main, la créatrice propose une gamme de produits de luxe. «  Nos clients sont des grandes marques internationales telles que Chloé. Nous développons aussi des produits en rotin, en PVC ou encore en toile dans un esprit de grand luxe », exprime-t-elle.  Les exportations vont principalement vers Milan et Paris. « Mais les marques sont réexportées vers Tokyo, New-York. Japon, Los Angeles et d’autres pays », indique notre interlocutrice. Les produits sont aussi vendus dans la galérie à Plaine-Lauzun et sur commande.

Le plus grand défi dans ce type d’activités, dit Anne-Christine, est d’assurer la qualité des produits et de maintenir la position en tant qu’une référence  internationale. «  C’est une énorme surveillance. Il faut continuellement respecter la qualité et la livraison. D’ailleurs, nos clients de Paris et d’Italie demandent maintenant une plus grande variété de produits de différentes matières. C’est un secteur qui se développe très rapidement », indique la directrice.

Par ailleurs, elle avance que la marque Hémisphère Sud sera bientôt présente à l’aéroport.

« Nous avons des produits originaux dédiés aux voyageurs hors-taxe. Avec cette nouvelle collection, nous ciblons d’autres magasins ‘Duty Free’ sur le marché international », fait-elle ressortir.

Vie personnelle

Travailler pour des marques internationales représente, certes, beaucoup de responsabilités, mais Anne-Christine dit s’en sortir grâce au soutien de ses employés et son époux. «  Mon mari contrôle toute la partie financière. Une autre personne s’occupe du marketing », souligne-t-elle. Notre interlocutrice est aussi mère d’un fils de 25 ans. «  Pendant une certaine période, lorsque le business se développait, j’ai souvent eu le sentiment de  le négliger. Maintenant, je suis en train de ‘catch-up’ », dit-elle en souriant.  Ses passe-temps sont la lecture, la musique et la cuisine. D’ailleurs, elle dit qu’elle a suivi des cours auprès d’un cuisinier de renom en France . «  Je fais de mon mieux pour trouver du temps pour cuisiner », conclut-elle