19 April 2015
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Sabine Lourde

Sabine Lourde

Email: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Être épiée par des « hommes louches » qui rôdent au­tour de sa maison. C’est le cal­vaire que dit vivre Sarah Victoire au quotidien. Cette vieille dame de 64 ans dit ne plus dor­mir sur ses deux oreilles, depuis que le terrain du voisin s’est transformé en terrain en friche.
Elle n’a pas les moyens d’acheter un tire-lait, un biberon et des couches pour son nouveau-né. Marie-Noëlle (nom fictif), une Curepipienne, sollicite la générosité publique pour prendre soin de son bébé, né prématurément.
Les marchands de la foire de Pont de Paris à Plaine-Verte crient haut et fort leur ras-le-bol. Depuis février 2014, ils disent avoir alerté les autorités municipales sur le cas d’une personne qui occuperait illégalement un étal de cette foire. Une année s’est écoulée et le squatter semble s’être bien installé.
L’employeur a-t-il le droit de retenir une partie du salaire de l’employé en cas de dommage matériel ? C’est la question qui intrigue de nombreux employés qui disent avoir été victimes d’une telle pratique. Mohammad Shabil Sookun, chauffeur de profession, a fait les frais de cette sanction. Du côté de l’entreprise, c’est un autre son de cloche.
Il a dû interrompre ses études supérieures pour cause de maladie. Jean-Daniel, un Rodriguais de 22 ans, est désemparé de devoir mettre ses études entre parenthèses. En quête de guérison, il relate les dures épreuves qu’il doit affronter au quotidien.
Une politique de deux poids deux mesures ! Alors que nombreux usagers connectés au réseau du tout-à-l’égout sont contraints de payer les (lourdes) factures de Wastewater Manage­ment Authority (WMA), d'autres (plus chanceux ?) en profitent gratuitement. Un habitant de la rue Inkerman, Vallée-Pitot, s’insurge.
D es travaux de la Central Water Authority (CWA) ont laissé des nids de poules sur le tronçon de route Chamarel / Baie-du-Cap. Ces trous gênent la circulation, obligeant les automobilistes à se rabattre sur la voie opposée.
C’est la galère tous les matins pour les usagers qui doivent se rendre dans la direction de la gare de Rose-Hill. Ils doivent prendre leur mal en patience. Ces automobilistes sollicitent l’aide des autorités pour remédier à ces embouteillages permanents et stressants.
Le manque de transport en commun se fait de plus en plus sentir à St-Hubert. Les week-ends, les jours fériés et les jeudis, c’est un véritable casse-tête pour les habitants pour rentrer chez eux. Certains doivent compter sur leurs proches pour les récupérer. D’autres doivent faire des mains et des pieds pour se trouver un taxi-train.
Il a travaillé six ans durant comme serveur au sein d’un hôtel du littoral Sud. Il aurait été démis de ses fonctions au mois de février. Il allègue que la direction a usé d’un stratagème pour se débarrasser de lui.
Page 1 of 74