19 December 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
A. A

A. A

Email: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Suite au deuil national décrété par le gouvernement en hommage aux dix victimes du terrible accident de la route survenu à Sorèze ce vendredi 3 mai, le Mauritius Turf Club (MTC) a décidé de reporter la huitième journée des courses hippiques, qui devrait se tenir ce samedi 4 mai.

Le MTC a fait une demande pour cette journée hippique soit disputée ce dimanche 5 mai. 

Mise à jour

La 8e journée sera disputée ce dimanche 5 mai

Le gouvernement mauricien a décidé de décréter un jour de deuil national ce samedi 4 mai en hommage aux dix victimes qui ont trouvé la mort dans le terrible accident de la route survenu sur la Nationale à Sorèze ce vendredi 3 mai. L’annonce a été faite par le Premier ministre, Navin Ramgoolam, lors d’un point de presse.

Contrairement au deuil national décrété le mois dernier lors des inondations meurtrières, celui de ce samedi ne sera pas un jour de congé public. « Un deuil national ne veut pas dire un jour de congé public. Les drapeaux seront en berne. Je demande aussi au Mauritius Turf Club (MTC) de ne pas organiser sa journée de courses hippiques ce samedi », a affirmé Navin Ramgoolam.  

Tout en soulignant que c’est avec beaucoup de peine qu’il a appris la nouvelle de cet accident tragique, il assure qu’une enquête sera ouverte selon les dispositions de la loi pour faire la lumière sur ce drame. Navin Ramgoolam précise qu’il faut savoir ce qui s’est réellement passé.

Selon ses informations qu’il dit disposer, il s’agit d’un autobus Ashok Leyland qui dispose d’un « dual system » et d’une alarme qui bloquent le moteur en cas de défaillance.

Mise à jour

Nous avons appris que la journée hippique prévue pour ce samedi 4 mai a été reportée.

Tuesday, 17 April 2012 12:41

Love's Labour's Lost

Comme ce trio de la comédie de Shakespeare qui fit croire au roi qu'ils pourraient se passer de ces dames,  certains ont voulu  nous vendre un certain discours.