24 November 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Sunday, 09 December 2012 09:50

Rien n’est gagné d’avance

Rate this item
(0 votes)
L’échéance a été longuement retardée, mais les élections municipales ont enfin lieu ce dimanche. Nos leaders politiques redoutent l’abstention et se montrent très prudents quant au verdict populaire.
Ils essaient déjà de minimiser l’importance de cet exercice démocratique. N’empêche que beaucoup de moyens ont été mis en branle pour ces municipales. Nous avons eu droit à une fin de campagne des plus virulentes. Les leaders ont eu recours à un langage grossier, à des menaces et des accusations gratuites. Tout cela ne fait pas honneur à une île Maurice qui veut être moderne, progressiste.

Les villes n’ont jamais été la chasse gardée d’un parti. La physionomie politique des villes change régulièrement. Les électeurs des villes ne sont jamais restés fidèles à un seul parti. Leurs choix changent tout le temps, comme le prouve les résultats des scrutins tenus pendant ces 40 dernières années. Vers la fin des années 60, les bleus de Gaëtan Duval avaient remplacé les rouges dans la plupart des villes. Puis, avec le raz-de-marée de 82, les villes sont devenues mauves. Aux municipales de 82, le PTr ne représentait même pas 5 % de l’électorat urbain. En 2005, ce même PTr reprenait le contrôle des villes.

Qu’en sera-t-il en 2012 ? Rien n’est gagné d’avance. Bien entendu, on s’attend à une lutte entre les deux principaux blocs politiques. Mais personne ne peut écarter l’effet du MMSD d’éric Guimbeau ou encore celui du FSM de Cehl Meeah. À noter que le PTr aligne 68 candidats, légèrement plus que le MMM (66). Le PMSD, qui, à une époque, dominait les villes, présente 22 candidats et le MSM 24.

Quelle sera la tendance ? Cette campagne courte, mais intense, fera-t-elle bouger les 385 292 électeurs des villes ? Quel sera le taux de participation ? Ce scrutin, organisé sous la nouvelle loi qui régit les mairies, voit la participation de beaucoup de candidats novices. N’oublions pas que les députés ne peuvent plus s’aligner aux municipales et que tout candidat doit impérativement habiter la région qu’il veut représenter au conseil. Il faut préciser que les nouvelles délimitations des arrondissements ont créé une confusion chez beaucoup d’électeurs. Certains ne connaissent même pas les candidats de leurs arrondissements ! Mais tout compte fait, de nos jours, on vote pour un parti, ni plus ni moins…

Le scrutin de ce dimanche est beaucoup plus important pour les deux blocs qui ne s’affrontent que pour les futurs conseillers. Eux n’ont pratiquement pas leur mot à dire. Les résultats de ces élections seront cruciaux pour l’avenir du remake 2000. On saura clairement si la base du MMM se trouve encore dans les villes et si les partisans mauves sont pour ou contre cette alliance avec le MSM. Pour l’alliance gouvernementale, qui a donné l’impression d’être invincible sur le terrain, ce sera un vrai test de popularité. Ce dimanche sera donc un jour important pour notre démocratie. Il est important que les Mauriciens s’expriment. Voter, c’est non seulement un droit, mais aussi un devoir.

Comme nous le disions, ces municipales se tiennent sous la Local Government Act 2011. Le changement de taille dans cet amendement constitutionnel est celui qui garantit la présence de 30 % de femmes sur la liste des candidats. Il revient au peuple de faire son choix. Un autre changement est l’abolition des élections partielles. Ou encore l’interdiction pour un élu de changer de camp en cours de mandat, sous peine d’être remplacé par un nominé se trouvant sur une liste d’attente.

Ainsi, après sept ans, 385 292 citadins sont appelés aux urnes ce dimanche pour donner une idée de l’humeur du pays. Ce qui explique l’artillerie lourde déployée par les deux gros blocs en lice. Navin Ramgoolam et sir Anerood Jugnauth en font une affaire personnelle. De plus, ce n’est pas souvent que le Premier ministre ou le leader de l’opposition se rendent dans les cités ouvrières pour boire une tasse de thé… Et surtout, ces élections sont une occasion pour les citadins de s’exprimer face aux leaders politiques. Et le verdict du peuple va tomber. Sièges municipaux pour les uns, couperet pour les autres.

Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Blog Popular Articles