02 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Sunday, 30 December 2012 09:55

Ma part de vérité – Un code de conduite pour les politiciens

Rate this item
(1 Vote)
Jamais dans les annales a-t-on vu un tel déferlement de politiciens aux Casernes centrales !
Depuis quelque temps, on est témoin d’un nouveau phénomène : des politiciens portant plainte à la police contre des adversaires parce que ces derniers les diffament en public. Vu le nombre de dépositions faites pour fausses allégations, la police devra bientôt mettre sur pied une unité spéciale pour s’occuper de ces ‘high profile cases’ !

Les allégations et les dérapages verbaux n’ont pas manqué en 2012. Exemple typique, et le plus triste, : le manque de retenue à l’Assemblée nationale lors de la Private Notice Question au lendemain des résultats des municipales, le 11 décembre. Jamais le niveau de comportement et d’échanges verbaux n’était tombé aussi bas ! Ces politiciens nous font honte. D’où la fameuse phrase : « Normal, to dir mwa mo dir twa !». Un chapitre qui n’est surement pas clos.

La récente convocation de Pravind Jugnauth aux Casernes centrales a causé pas mal d’émoi. Une autre affaire qui devrait encore dominer l’actualité car le politicien devra se présenter au bureau du Central Criminal Investigation Department le 3 janvier. Le leader du MSM pourrait être accusé de sédition pour avoir qualifié le régime en place de « gouvernement pédophile».

Rappelons que le leader du MSM avait été arrêté une première fois le jeudi 22 septembre 2011 suite à une enquête de l'Icac, avant d’être libéré le même jour sous caution. Il lui est reproché d’avoir été au centre d’un conflit d’intérêts dans le rachat de l’ancienne clinique Med-Point par l’État pour la somme de Rs 144,7 millions. Cet appel sera entendu le 11 février. En rapport avec la même affaire, le président du MSM, Showkutally Soodhun, est poursuivi pour diffusion de fausses nouvelles. Son procès aura lieu le 26 juin 2013. Dans l’acte d’accusation formelle, il est mentionné que « ses propos avaient pour but de déranger l’ordre public ».

Il y a aussi cette allégation de Cehl Meeah contre un ministre, dans le sillage des élections municipales. Bien mal lui a pris car deux accusations provisoires de diffusion de fausses nouvelles et de diffamation criminelle ont été retenues contre lui. Il lui est reproché d’avoir « criminally, willfully and unlawfully made an allegation of a fact, character and reputation of one Hon. Hervé Aimée to wit transfer of Rs 25 000 000 associated with the Gro Dereck Affaire which fact alleged was a defamation ». Délit qu’il aurait commis le 30 novembre à Plaine-Verte. Le second reproche fait à Cehl Meeah est d’avoir diffusé des fausses nouvelles contre le même ministre. « The diffusion of which is of such a nature as to disturb public order or public peace », peut-on lire dans l’acte d’accusation.

Tout cela démontre que ce n’est pas la presse qui représente une menace contre la vie privée des politiciens. C’est plutôt la classe politique elle-même. Ce sont les politiciens qui passent leur temps à faire des allégations à l’emporte-pièce. Le gouvernement dit souvent qu’il faut changer la loi qui régit les medias sur la diffamation, qu’il faut un code de conduite pour les journalistes et la presse. En fait, ce sont nos politiciens qui doivent avoir un code de conduite.

Ils ont besoin de formation, une formation dispensée par un vrai comité de sages, qui les sanctionnera en cas d’abus de pouvoir et d’allégations fausses ou malveillantes. Nos politiciens se croient tout permis. D’autant qu’ils sont rarement condamnés malgré tous les scandales dans lesquels ils peuvent être impliqués. Les affaires se sont succédé… Les coupables ? Il n’y en a eu point !

En fin d’année, le verdict rendu par le Conseil privé de la Reine dans l’affaire ayant opposé la Mauritius Commercial Bank à son ancien Chief Manager Robert Lesage devrait nous interpeller. Bien sûr ce n’est pas la première fois qu’un jugement de la Cour suprême est renversé.… Il est surprenant que nos légistes n’aient pas jugé bon de commenter ce jugement. Un tel verdict aurait été accueilli différemment dans un autre pays. Leçon à tirer…
2013 ne sera pas différente des autres années. Dommage.



Last modified on Sunday, 30 December 2012 10:37
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Blog Popular Articles