17 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Sunday, 06 January 2013 10:15

Le défi de 2013

Rate this item
(0 votes)
Alors que Washington entame 2013 de façon particulièrement dramatique, laissant d’abord plonger le pays du haut de la fameuse « falaise fiscale », à savoir plus de 600 milliards de dollars de hausse d’impôts et de coupes budgétaires entrées en vigueur au 1er janvier, notre Premier ministre, le Dr Navin Ramgolam, a formulé un vrai message d’espoir à la nation dans son message à l’occasion du Nouvel an. Il a dit que Maurice continuait à progresser, et ce malgré la crise économique.
Concernant la création d’emplois, il a déclaré : « Nous avons investi dans les infrastructures et mettrons l’accent sur les nouvelles technologies en vue de la création de nouveaux emplois. Nous mettrons l’accent sur le développement de l’État océan pour générer la croissance, la richesse et l’emploi à tous les niveaux. »  Une déclaration qui contraste avec le pays le plus riche au monde. Après un bras de fer de dernière minute en pleine fête du Nouvel an, le Congrès américain a finalement adopté, mardi soir, un plan qui permet d’éviter aux États-Unis de tomber de la redoutée « falaise budgétaire ».

La Chambre des représentants, dominée par l’opposition républicaine, a entériné le plan négocié le soir du réveillon entre le Sénat et la Maison-Blanche, et approuvé par le Sénat le jour du Nouvel an. Peu après 2 heures ce jour-là, la Chambre a voté, à une écrasante majorité (89 voix contre 8), un accord bipartisan qui limite les hausses d’impôts, prolonge d’un an l’indemnisation des chômeurs en fin de droits et repousse de deux mois l’entrée en vigueur du plan de 1 200 milliards de dollars de coupes budgétaires prévues sur 10 ans. « Pour la première fois depuis 20 ans, on demande aux millionnaires et milliardaires de commencer à payer leur juste part », s’est félicité le président Barack Obama aux toutes premières heures de 2013.

La problématique de l’accord Obama, c’est qu’il n’a pas réussi à y inclure le relèvement du plafond de la dette américaine, alors même que celui-ci (fixé à 16 394 milliards de dollars en août 2011) vient d’être atteint. Le Trésor a indiqué pouvoir honorer pendant deux mois encore les créances américaines en recourant à des jeux d’écriture « exceptionnels », ce qui laisse peu de temps pour une solution.

Cette situation aux États-Unis contraste avec l’optimisme affiché par notre Premier ministre, optimisme partagé par son ministre des Finances sur les ondes de Radio Plus. Xavier-Luc Duval trouve que 2013 sera une année intéressante. Il prévoit même une croissance de 4 %, arguant que le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une reprise au niveau de l’économie mondiale. Pour le ministre des Finances, ce qui s’avère important, c’est la lutte contre le chômage.

« Nous devons protéger les emplois et relever le défi des emplois chez les jeunes », a-t-il souligné. C’est vrai que c’est le chômage qui risque de créer des instabilités.

Selon les dernières perspectives économiques de l’OCDE, l'économie mondiale devrait connaître une reprise hésitante et inégale au cours des deux prochaines années. Mais « l'économie mondiale est loin de s’être tirée d'affaire », a déclaré le secrétaire général de l'OCDE, Ángel Gurría. Les marchés du travail restent déprimés, avec environ 50 millions de chômeurs dans la zone OCDE, d'après les perspectives économiques. Le chômage devrait se maintenir à un niveau élevé, voire augmenter, dans de nombreux pays... à moins que des mesures structurelles ne soient adoptées pour stimuler la croissance de l'emploi à court terme. Le paradoxe du développement économique est que la croissance ne crée pas d’emploi. L’innovation détruit l’emploi sans en créer.

Toujours dans son message du Nouvel an, le PM a déclaré que le pays a besoin de stabilité politique et d’harmonie sociale. « En tant que Premier ministre, il est de mon devoir de ne laisser personne jouer avec la stabilité du pays et l’avenir de vos enfants », a-t-il dit. Pour maintenir la stabilité, le peuple doit sentir que les institutions font leur travail en toute liberté. Pour cela, il est important que les leaders politiques se montrent à la hauteur. Le pays ne peut continuer à être l’otage de scandales et d’autres révélations sensationnelles. Et comme le dit le PM, le pays ne peut en permanence être en campagne électorale.

Les prochaines consultations populaires auront lieu en 2015. Dans une démocratie, chacun doit respecter les règles. Le rôle de l’opposition est non seulement de critiquer, mais également de faire des propositions alternatives. On ne peut dégrader les débats démocratiques avec des insultes, la répétition de faussetés et la démagogie.

Le grand défi de 2013 sera le maintien de la stabilité, voire la lutte contre le chômage des jeunes particulièrement.



Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Blog Popular Articles