27 August 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Sunday, 27 January 2013 09:30

Some are more equal…

Rate this item
(0 votes)
Si les différences physiques et intellectuelles entre individus sont innées, sur le plan du droit et devant les institutions publiques et privées, en revanche, il incombe aux autorités d'un pays d'assurer l'égalité de tous ses citoyens.
Certes, tous les États sont signataires de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Mais en ce qui concerne son respect et son application, c'est une  toute  autre histoire. À Maurice, l'introduction dans notre arsenal légal d'une EOA garantissant l'égalité des chances à tous constitue une mesure théorique importante ; dans la pratique, cependant, l'établissement d'un véritable level playing field au sein de notre société est un combat encore  loin d'être gagné.

Prenons le domaine éducatif. Alors que tous les enfants doivent se trouver sur la même ligne de départ, la différenciation des élèves est effectuée à un très jeune âge, à un moment où leur potentiel d'intelligence n'a même pas encore atteint un stage de développement optimal. Saluons, à propos, la décision courageuse prise par les autorités catholiques, d'introduire, il y a quelques années, le concept de mixed abilities dans le système d'admission à leurs collèges.

Mais, en revanche, le compartimentage ethnique, non seulement au niveau des élèves, mais aussi du personnel – payé pourtant de l'argent des contribuables – dans les établissements confessionnels, quels qu'ils soient, est vivement à déplorer. Et l'on se demande qu'est-ce qui explique cette indifférence totale des autorités centrales par rapport à cette situation épouvantable.
Mais là où le facteur ethnique a encore la vie dure, c'est dans le domaine professionnel. Et ce n'est certainement pas le président de l'EOC qui dira le contraire.

Il appartient aux responsables politiques de démontrer le bon exemple car il est indéniable que certaines pratiques politiques inavouables suscitent des réflexes correspondants qui se reflètent éventuellement et sur d'autres sphères de la vie sociale du pays. Il va de soi que si des organisations sectaires et autres groupuscules socioethniques existent et prolifèrent, c'est parce que les lobbys communaux ont un plus grand pouvoir de considération chez les dirigeants politiques que les mouvements associatifs citoyens. Il est malheureux que plus de 40 ans après l'indépendance, notre pays n'a pu bâtir une vraie identité nationale, ce qui fait que notre tissu social demeure tout aussi fragile aujourd'hui qu'il ne l'était au moment de notre accession à l'indépendance.

Or, la véritable formule gagnante pour notre pays est celle qui ferait reculer la division, pas celle qui l'alimente. C'est la compétence et le mérite – quoiqu'une dose de discrimination positive peut toujours être considérée au cas par cas – qui doivent être les critères primordiaux pour déterminer le choix des personnes à tous les échelons de la hiérarchie professionnelle et administrative de notre pays.

Par ailleurs, tout le monde n'est pas agent ou activiste politique, possédant des connexions étroites, pour ne pas dire intimes, avec des « high profile politicians ». Tout le monde ne peut décrocher des contrats juteux du gouvernement à l'aéroport ou ailleurs, s'enrichir à la vitesse exponentielle du jour au lendemain, s'acheter des résidences somptueuses dans des endroits huppés du pays. Mais le citoyen lambda qui gagne sa vie à la sueur de son front, sans assistance quelconque au plus haut niveau, abhorre l'affairisme, le copinage, les passe-droits, le favoritisme. Certes, l'égalité entre les gens, de par son origine génétique, peut représenter un concept social nébuleux, mais ce n'est pas pour autant que pour les politiques, elle doit constituer l'exception et non la règle.



Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Blog Popular Articles