21 November 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 12 November 2011 18:41

Pari risqué de SAJ

Rate this item
(0 votes)
Le Président est clairement engagé dans une stratégie bien particulière.
Se comportant en chef de guérilla, Anerood Jugnauth lance de petites attaques ponctuelles dans le but de saper sa confiance en soi qu’a affichée jusqu’ici le camp du Premier ministre. Comme un chef de guérilla, il n’est pas prêt pour une guerre frontale.

Mais ses attaques limitées lui permettent de tester la puissance de feu de Navin Ramgoolam. Ce dernier, semble-t-il, ne cherche pas non plus à s’engager dans une guerre conventionnelle. Il se contente de charger des sous-fifres comme Choonee ou Varma à narguer à distance le Président et les compromettre ainsi dans une posture anti-Jugnauth car on les soupçonne d’entretenir des sympathies pro-Jugnauth.

Jusqu’ici Anerood Jugnauth a aussi évité une guerre institutionnelle bien qu’il ait utilisé ses pouvoirs pour nommer les membres de la Public Service Commission (PSC). Une guerre institutionnelle se déclenchera du moment que le Président Jugnauth refuse de cautionner une décision du gouvernement quand son approbation est nécessaire d’après la Constitution. Mais toujours d’après la Constitution, le Président est tenu à assumer totalement ses responsabilités, faute de quoi le Premier ministre peut initier une procédure pour le destituer.

Par exemple, la Constitution dit que le Président est tenu à assermenter les ministres. S’il refuse de le faire, il s’expose à des sanctions. C’est pour cette raison d’ailleurs que le Président avait accepté d’assermenter les ministres travaillistes et PMSD en pleine rue à Port-Louis en 2005. Aucune loi ne précise que cette cérémonie devrait obligatoirement se dérouler au château du Réduit.

Ce qui est fort surprenant dans la stratégie du Président – et par extension de son ancien parti aussi – c’est qu’il brûle graduellement tous ses ponts avec Navin Ramgoolam et qu’il place tous ses paris uniquement sur le cheval mauve. Or, le propriétaire de l’écurie mauve lui-même a investi dans deux chevaux différents.

Dans ce jeu, Anerood Jugnauth prend un énorme risque. Car une démission mal inspirée ou tactiquement mal calculée pourrait s’avérer désastreuse. En effet, une démission pourrait précipiter la concrétisation d’une alliance entre Navin Ramgoolam et Paul Bérenger. Et cela, sans qu’ils soient contraints d’aller affronter l’électorat.

D’après deux formules d’alliance qui sont actuellement sur le tapis, Navin Ramgoolam pourrait s’installer au Réduit comme un Président fort, laissant un Primeministership amoindri à Bérenger. Ou à l’inverse, la Présidence dans sa forme actuelle  ira à Bérenger, Ramgoolam restant un Premier ministre fort.

En démissionnant du Réduit, Anerood Jugnauth pourrait lui-même régler le problème qu’aurait posé une décision de le faire partir de force de la Présidence. Un départ brutal de Jugnauth pour sceller un partage de pouvoir entre Ramgoolam et Bérenger pourrait théoriquement créer un grand mouvement de sympathie envers un ancien Premier ministre qui a connu son heure de gloire et qui a sorti l’île Maurice de son sous-développement.

Last modified on Monday, 21 November 2011 19:55
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Blog Popular Articles

  • Viré, deviré, réviré
    Viré, deviré, réviré La Toile connaît une effervescence inhabituelle, ces dernières semaines, pour les internautes locaux. L’imminence des élections offre, en effet, une…
    Written on Sunday, 02 November 2014 08:00 in Blog Read 1459 times Read more...
  • Plus c’est con...
    Plus c’est con... « Nimakaram », « Li apendant are la braguette », « Ene grand sadique ça », « Zougadère », « …
    Written on Sunday, 26 October 2014 07:14 in Blog Read 1364 times Read more...
  • Surenchère
    Surenchère Petit. Sir Anerood Jugnauth s’est systématiquement attaqué aux « petits » partis. Ce fut le cas à Carreau-Laliane lundi et…
    Written on Sunday, 02 November 2014 08:01 in Blog Read 620 times Read more...
  • Battle line sharpens between opponents
    Battle line sharpens between opponents As the battle line sharpens between the Alliance de l’Unité et de la Modernité (Labour /MMM) and the l’Alliance Lepep…
    Written on Friday, 24 October 2014 08:05 in Blog Read 536 times Read more...
  • Confusions persist
    Confusions persist Exactly one month has elapsed since the National Assembly was dissolved and still there does not seem to be any…
    Written on Friday, 07 November 2014 09:00 in Blog Read 495 times Read more...
  • This Election Calls for Strategic Voting
    This Election Calls for Strategic Voting After all the “koz koze”, alliance-making, discussions of a second republic, etc., that have gone on over the last several…
    Written on Friday, 31 October 2014 16:46 in Blog Read 490 times Read more...
  • De la confiance à la prudence
    De la confiance à la prudence Alors que la campagne électorale s'emballe, notre tissu social si fragile est mis à rude épreuve. Les leçons du passé…
    Written on Sunday, 09 November 2014 09:07 in Blog Read 486 times Read more...
  • Promesses contre promesses
    Promesses contre promesses Si les deux blocs politiques n’ont pas encore publié leur programme économique, on connaît d’ores et déjà quelques grandes promesses…
    Written on Wednesday, 12 November 2014 09:00 in Blog Read 461 times Read more...
  • Dear Shakespeare : The silent sufferers
    Dear Shakespeare : The silent sufferers My dear Billy,Several decades ago, one Indian author wrote, “What is there in life except birth and death with suffering…
    Written on Friday, 07 November 2014 08:55 in Blog Read 410 times Read more...