02 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 10 March 2012 10:00

En attendant les contradictions Featured

Rate this item
(0 votes)
Après les tractations qui ont eu lieu à divers niveaux, à une dizaine de jours de la rentrée parlementaire, le Premier ministre et leader du Parti travailliste semble avoir repris l’initiative.
D’après les indications,  Navin Ramgoolam a contenu ce qui était présentée comme une menace à sa majorité au Parlement. En effet, le  battage psychologique que l’Opposition a mené ces derniers jours avait  la démission du Président comme premier pôle d’attraction et une éventuelle motion de censure comme l’ultime manœuvre pour renverser le gouvernement. Or, après avoir adopté une attitude assez agressive envers le Président, Navin Ramgoolam a joué à l’apaisement.

Quant à la menace de défection des rangs travaillistes, des histoires vraiment rocambolesques ont circulé. Qui pourrait imaginer un scénario où  Anil Bachoo et Arvin Boolell abandonnent le navire travailliste ? Puisqu’on cultivait cette psychose de défections pour faire réussir une motion de censure, Navin Ramgoolam a pris des mesures dont des rencontres avec  des parlementaires qu’on disait  rebelles pour calmer le jeu. Les déclarations publiques de certains éléments travaillistes ont aidé à créer l’impression d’une cohésion de l’équipe gouvernementale.

On a aussi constaté que la démonstration d’unité dans les rangs gouvernementaux a fini par amener le leader de l’Opposition à déclarer qu’il ne présenterait de motion de censure que quand le gouvernement ne disposerait plus  d’une majorité. Mais cela est plus qu’évident au point de ressembler à une vérité de la Palice. Si un gouvernement se trouve en situation de minorité, qu’attendra encore l’Opposition pour le renverser ?

Si Navin Ramgoolam semble avoir repoussé toute menace venant du Réduit ou de ses propres rangs, rien ne dit que le MMM et le MSM ne vont pas s’acharner contre le gouvernement et prendre des initiatives communes et coordonnées au Parlement. Deux facteurs jouent néanmoins en faveur de Navin Ramgoolam. Tout d’abord, il existe,  dans les différentes  instances du MMM, un courant qui estime qu’une alliance avec le MSM est risquant et contre-productive et qu’il vaudrait mieux trouver un terrain d’entente avec Navin Ramgoolam.

Ensuite, il est évident que plus sir Anerood prend son temps à décider de son avenir, plus deviendraient incontrôlables les contradictions engendrées par la mise en place d’une alliance entre le MMM et le MSM. Sans aucun doute, si jamais le Président démissionnerait, il ne le ferait pas avant d’avoir extrait du MMM la dernière goutte de concessions nécessaires à donner au MSM un rôle dominant. Reste à savoir si les militants sont disposés à payer ce prix pour un remake de 2000.



Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Blog Popular Articles