Budget 2017-18 - Économie bleue : des mesures axées sur la pêche

Par Zaina Ollite O commentaire

Concernant le secteur de la pêche, le Premier ministre a fait ressortir que le secteur de l’économie bleue est apte à stimuler les exportations et à générer des emplois. 

  • Extension d’un an à cinq ans de la validité de la licence des droits de pêche pour les bateaux de pêche dont les prises seront débarquées et traitées à Maurice.
  • Modernisation des Maisons des pêcheurs situées à Cap-Malheureux, à Tamarin et à Mahébourg. Les installations appropriées seront fournies aux pêcheurs.
  • Prolongation d’un an pour l’acquisition de navires semi-industriels. Ce plan avait été lancé l’année dernière.
  • Subventions pour l’acquisition de véhicules frigorifiques.
  • Promotion de l’élevage de coraux (coral farming) et mise sur pied de Sea-Based Coral Farms favorisant le développement des coraux ornementaux pour le secteur touristique, le marché de l’aquarium et la production de bijoux haut de gamme.
  • Des modifications seront apportées à la Maritime Zone Act.
  • Un Institut de formation maritime sera mis sur pied pour former des jeunes afin qu’ils puissent décrocher des emplois sur les bateaux de croisière et dans le secteur maritime.

Réaction - Lilowtee Rajmun Jooseery : «Cela permettra de booster l’économie bleue»

« La plus importante mesure concerne celle du permis de pêche. Avec les conditions appliquées dans le Budget, les sociétés étrangères devront laisser leurs prises qui seront débarquées et traitées sur l’île. C’est important, car ce sont nos ressources. On peut ensuite exporter ces produits. Cela aide à créer des emplois et à ainsi attirer davantage d’investisseurs sur l’île grâce au permis d’un à cinq ans. De plus, il y a une forte demande des jeunes pour travailler sur les bateaux de croisière. L’Institut de formation est donc une mesure appropriée. »