Célébrations : Jai Mauritius

Par Thierry Léon O commentaire
Inde & Maurice

Le 26 janvier dernier, l’Inde célébrait le 69e anniversaire de son accession au statut de République. À Maurice, la diaspora indienne est bien présente. De nombreux Indiens ont quitté la Grande péninsule pour notre petit bout de paradis. Tant et si bien que certains ont troqué le slogan Jai hind pour Jai Mauritius ou « vive l’île Maurice ».

Plusieurs milliers d’Indiens vivent à Maurice. Si certains Indiens viennent ici pour des raisons professionnelles, d’autres ont choisi de déposer définitivement leurs valises dans l’île et d’adopter la nationalité mauricienne.

C’est d’ailleurs le cas pour Anupam Jain, originaire de Jaipur. L’homme d’affaires derrière Rajasthan Handbloom House et Rajasthan Works a choisi de vivre définitivement à Maurice depuis 2009.

« Mon père faisait régulièrement le va-et-vient entre Maurice et l’Inde pour les affaires. Lui emboîtant le pas, j’ai commencé à venir régulièrement  à Maurice à partir de 2006. Puis, mon père a décidé d’ouvrir des magasins ici. C’est alors que ma mère et lui sont venus s’installer. Moi, je suis arrivé avec un peu d’appréhension en 2009», raconte Anupam Jain.

Mais ses craintes n’avaient pas lieu d’être. En effet, une fois sur place, tout est allé comme sur des roulettes pour lui. « Je dois avouer que j’ai accepté de venir pour ne pas me séparer de mes parents. Pendant les premières semaines, je ne vais pas cacher que j’étais un peu désorienté. Mais quand j’ai pris le temps de regarder la société mauricienne de plus près, je me suis senti comme en Inde. »

Il estime que la Grande péninsule et la petite île ont plusieurs similitudes. « À quelques petites différences près, on se croirait en Inde à Maurice. Ici, la population est aussi gentille qu’en Inde. Comme l’Inde, Maurice est composé de plusieurs communautés qui vivent en harmonie. Sans compter que les rituels hindous sont les mêmes. »

À la question de savoir s’il est facile de lancer une entreprise à Maurice, Anupam répond : « Ce n’est pas toujours une mince affaire d’ouvrir une compagnie dans un pays étranger. Mais je dois dire qu’à Maurice, cela n’a pas été trop compliqué. Je pense que c’est parce que la communication n’est pas une barrière pour bien se comprendre. De plus, il y a cette envie d’aider qui est le propre à la fois des Indiens et des Mauriciens. »

Bien décidé à vivre à Maurice, Anupam Jain a fait une demande pour avoir la citoyenneté mauricienne l’année dernière. « Nos compagnies contribuent à l’économie mauricienne. De plus, toute ma famille vit ici, mes enfants étudient ici. Notre vie est ici maintenant, c’est pour cette raison que j’ai fait une demande de nationalité. Ce sera pour moi une très grande joie de l’acquérir », indique-t-il.

Cela fera six ans cette année que Meghna Rai s’est installée à Maurice avec son mari qui est Insurance Supervisor. C’est d’ailleurs la possibilité de faire carrière à Maurice qui a conduit le couple au pays. « Mon mari a eu une proposition qu’il a acceptée. C’est ainsi qu’on s’est retrouvé à Maurice du jour au lendemain », relate Meghna Rai.

Une nouvelle vie a alors démarré pour elle. « Ce n’était pas évident, mais petit à petit, je me suis fait à ma nouvelle vie. Mais cela aurait certainement pris beaucoup plus de temps, si je n’avais pas pu compter sur le soutien des expatriés indiens ainsi que sur celui des Mauriciens. »

Cependant, même si elle est bien entourée par ses amies, elle a souvent le mal du pays. « Je ne vais pas cacher que ma famille me manque. Mais, avec le temps, les amis proches finissent par être comme les membres de la famille. Et quand la cuisine traditionnelle indienne me manque, je trouve les recettes des mets que j’aime. »

Comme Anupam Jain, Meghna Rai et son époux envisagent de prolonger leur séjour à Maurice : « On ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve, mais aussi longtemps que la possibilité nous sera donnée de travailler à Maurice, nous resterons dans ce beau pays avec joie. Et si cela n’est pas le cas, nous essaierons de rester le maximum de temps. »

Krishan Kumar, quant à lui, est un nouveau venu à Maurice : « Je suis arrivé en décembre 2017. Je suis à Maurice pour travailler sur le projet de Metro Express. Je ne suis ici que depuis un mois, et déjà je me sens comme chez moi à Delhi. »

C’est la culture qui a joué le rôle de facilitatrice : « L’Inde et Maurice partagent pratiquement la même culture. De ce fait, un Indien qui vient ici ne se sent pas dans un pays étranger. C’est mon cas et aussi celui de mes compatriotes que j’ai rencontrés ici », dit-il. Il n’attend plus maintenant que sa femme et ses enfants le rejoignent au courant de l’année.