19 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Nemesis

Nemesis

Les Assises de l’Éducation et la conférence internationale du Human Resource Development Council (HRDC), tenues en parallèle cette semaine, sont venues rappeler au pays, au-delà de la politique, que notre ressource humaine demeure la principale richesse du pays. L’importance qu’on attache à l’éducation et la formation, à travers un développement intelligent de cette ressource, déterminera la place que Maurice occupera dans le village global. Singulièrement, à travers les enjeux de l’éducation et de la formation, c’est l’avenir de nos enfants qui est dans la balance.
Les Assises de l’Éducation et la conférence internationale du Human Resource Development Council (HRDC), tenues en parallèle cette semaine, sont venues rappeler au pays, au-delà de la politique, que notre ressource humaine demeure la principale richesse du pays. L’importance qu’on attache à l’éducation et la formation, à travers un développement intelligent de cette ressource, déterminera la place que Maurice occupera dans le village global. Singulièrement, à travers les enjeux de l’éducation et de la formation, c’est l’avenir de nos enfants qui est dans la balance.
Friday, 18 October 2013 08:10

The post-Mansoor era

It is the former Governor of the Bank of Mauritius, the ever-pro Labour Dan Maraye, who, in an interview published in the latest issue of Business Mag, said: “The budget is unfortunately not going to help solve all our problems.
Friday, 18 October 2013 10:20

L’après-Mansoor

C’est l’ancien Gouverneur de la Banque de Maurice, l’éternel rouge Dan Maraye, qui le dit dans une interview parue dans la dernière livraison de Business Mag : « Le budget ne va malheureusement pas aider à résoudre tous ces problèmes. Il faut revoir le système de fonctionnement des ministères et corps paraétatiques. Il y a pas mal d’institutions qui bouffent notre argent sans nous offrir un service qui ferait honneur au pays. La  priorité de l’heure est de prendre toutes les mesures nécessaires pour éliminer les gaspillages des fonds publics et autres dépenses inutiles. »
Sunday, 13 October 2013 08:16

L’après-Mansoor

C’est l’ancien Gouverneur de la Banque de Maurice, l’éternel rouge Dan Maraye, qui le dit dans une interview parue dans la dernière livraison de Business Mag : « Le budget ne va malheureusement pas aider à résoudre tous ces problèmes. Il faut revoir le système de fonctionnement des ministères et corps paraétatiques. Il y a pas mal d’institutions qui bouffent notre argent sans nous offrir un service qui ferait honneur au pays. La  priorité de l’heure est de prendre toutes les mesures nécessaires pour éliminer les gaspillages des fonds publics et autres dépenses inutiles. »
The resignation of the Financial Secretary, Ali Michael Mansoor, ahead of the presentation of the national budget is bad news for the country.
La démission du Secrétaire financier Ali Michael Mansoor, à un mois de la présentation du budget national, est une mauvaise nouvelle pour le pays. Et le timing du départ de celui perçu comme la tête pensante du budget, durant ces huit dernières années, donne, en fait, un mauvais signal. Car, dans la conjoncture, il semble indiquer trois choses : (1) il y a divergence au niveau de la préparation du budget 2014 ; (2) il n’y aurait pas de continuité dans la politique budgétaire ; (3) le climat est incertain. Ce qui n’est pas pour rassurer la communauté des affaires et les investisseurs.
La démission du Secrétaire financier Ali Michael Mansoor, à un mois de la présentation du budget national, est une mauvaise nouvelle pour le pays. Et le timing du départ de celui perçu comme la tête pensante du budget, durant ces huit dernières années, donne, en fait, un mauvais signal. Car, dans la conjoncture, il semble indiquer trois choses : (1) il y a divergence au niveau de la préparation du budget 2014 ; (2) il n’y aurait pas de continuité dans la politique budgétaire ; (3) le climat est incertain. Ce qui n’est pas pour rassurer la communauté des affaires et les investisseurs.
The country will not reach the target of one million tourists it had set for this year, according to official estimates. It will, to the utmost, be able to welcome 980,000 visitors, some 15,000 more than last year, i.e a growth of 1.5 %. But in terms of revenue, the growth is expected to be lower 0.5%, at Rs 44.6 billion. A tiny consolation, compared to our neighbours, in an industry that has exploded globally.
Le pays n'atteindra pas le nombre d’un million de touristes qu'il s'était fixé cette année, selon les estimations officielles. Nous en attirerons au mieux 980 000, soit quelque 15 000 de plus que l'an dernier. Une croissance de 1,5 %. Mais celle en termes de recettes est moindre [0,5 %], soit quelque Rs 44,6 milliards. Une bien maigre consolation, même par rapport à nos voisins, dans le cadre d'une industrie qui explose sur le plan mondial. Il est estimé que 1,3 milliard d'êtres humains auraient voyagé en 2012.