28 July 2015
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Annick Daniella Rivet

Annick Daniella Rivet

L’ébauche du projet sur le « Nine Year Continuous Basic Education », fait débat parmi ceux qui ont déjà été reçus par la ministre Leela Devi Dookun-Luchoomun. Un des points est la mixité au sein des collèges.
Tuesday, 14 July 2015 14:00

Système éducatif : Ce qui doit changer

2017 est annoncé comme l’année du grand changement dans notre système éducatif avec l’introduction du «  Nine Year Continuous Basic Schooling ». Par extension, c’est l’élimination du Certificate of Primary Education (CPE). Toutefois, les opinions divergent dans le milieu éducatif. 
Les classes avec plus de 40 écoliers seront divisées en deux. C’est une des assurances données aux membres de la Government Teachers’ Union (GTU), vendredi après-midi. C’était dans le cadre des discussions autour de la 'Nine-year Continuous Basic Education'. Les responsables, après analyses, ont conclu qu’une classe de quarante écoliers n’est pas idéale pour dispenser un bon enseignement.
Les examens du School Certificate (SC) et du Higher School Certificate (HSC) débuteront fin septembre. Afin d’assurer que ces épreuves se dé­roulent dans les meilleures conditions, le Mau­ritius Examinations Syndicate (MES) procède à un relevé du personnel.
Les écoles primaires, contrairement aux collèges, ont un instituteur pour enseigner cinq matières aux écoliers. La Government Teachers’ Union (GTU) estime qu’il faut changer cette méthode pour une meilleure approche pédagogique.
Des parents dont les élèves fréquentent le Friendship College Girls de Goodlands ont manifesté vendredi matin 26 juin devant l’enceinte de l’établissement contre le refus de la direction d’autoriser les élèves musulmanes à porter le voile.
Les membres de la Fédération des managers des collèges privés ont rencontré la ministre et les hauts fonctionnaires de l’Éducation pour discuter du projet de la ‘Nine year continuous schooling’. Projet que Leela Devi Dookun-Luchoomun compte mettre en place en 2017.
Certains élèves ont été surpris d’apprendre qu’ils doivent s’acquitter des frais d’examens du HSC. Le MES confirme la mesure, mais se montrera plus souple.
L’administration de la Doha Academy a été perturbée mardi par la présence des policiers. Deux parties s’accusent mutuellement de vouloir diriger l’institution.  
Le taux de présence de 90 %, imposé par le Mauritius Examinations Syndicate (MES), pousse les élèves à être inventifs ! Toute astuce est bonne pour s’absenter de l’école. La dernière, c’est d’être présent sur le registre et non en classe.
Page 1 of 130