Conflit direction/pilotes : une lueur d’espoir

Par Patrick Hilbert O commentaire
Somas Appavou.

Une ligne de communication a été établie entre le management d’Air Mauritius et les pilotes. Mais la crise n’est pas résolue. Les pilotes veulent la réintégration de leurs trois collègues limogés. En attendant, le transporteur tente de minimiser les soucis pour les passagers.

Alors que le Chief Executive Officer (CEO) d’Air Mauritius, Somas Appavou, parle d’un léger dégel avec le syndicat des pilotes, ces derniers soutiennent que la situation est loin d’être revenue à la normale.

Le licenciement, avec effet immédiat, de trois pilotes, dont celui du président de l’Airline Employees Association (AEA), Patrick Hofman, assorti d’une résiliation avec effet immédiat de son permis de résidence sur ordre du bureau du Premier ministre, a été très mal pris au sein de la communauté des pilotes. Ceux-ci réclament la réintégration de leurs collègues. Au niveau d’Air Mauritius, on soutient que les procédures doivent être suivies. Jusqu’ici, la crise aura coûté plus de Rs 40 millions à la compagnie.

Alors que, durant la matinée de samedi, la Mauritian Air Line Pilot Association (MALPA), l’autre syndicat, qui fait cause commune avec l’AEA, déplorait qu’il n’y avait aucun dialogue avec la direction. Une ligne de communication a pu être établie dans l’après-midi.

« Nous avons discuté dans une atmosphère très cordiale. Il est convenu qu’on continue ce dialogue et c’est trѐs positif », devait déclarer Somas Appavou, peu après 20 heures, samedi soir, lors d’un point de presse à l’hôtel Holiday Inn, à Plaisance.

Le nombre de congés maladie chez les pilotes demeure, cependant, plus élevé que la moyenne et cela continue à handicaper certains vols. « Cette situation est regrettable. Il ne faut pas oublier que les passagers en souffrent et on s’en excuse », a dit Somas Appavou. Plusieurs vols ont été reprogrammés, alors que celui vers Londres, a tout simplement été annulé, samedi soir.

Mais, depuis jeudi, Air Mauritius a quand même opéré 61 vols et transporté 8 000 passagers. En revanche, il a fallu reprogrammer neuf vols et 1 200 passagers ont été affectés. Une partie d’entre eux a été redirigée vers le Holiday Inn.

Le travail de repro-grammation demande beaucoup d’efforts, selon Somas Appavou. « Je remercie le personnel qui travaille d’arrache-pied pour y arriver (…) Nous faisons tout ce que nous pouvons pour minimiser les inconvénients », a ajouté le CEO de la compagnie nationale d’aviation. Il n’a toutefois pas exclu qu’il puisse y avoir d’autres reprogrammations de vols, en attendant que la situation soit rétablie.

Au niveau des syndicats, on refuse de concéder qu’il y a eu une action concertée, avec onze pilotes qui sont tombés malades presque en même temps, jeudi. Vendredi, d’autres pilotes ont enchaîné, ainsi que pendant le week-end. C’est d’ailleurs ce qu’ils ont communiqué au CEO d’Air Mauritius et c’est ce qu’indiquent la MALPA et l’AEA, dans un communiqué émis samedi, avant la rencontre avec le CEO.

« Les syndicats considèrent les sanctions contre trois pilotes, sans aucune enquête ni l’opportunité pour eux de donner leurs explications, comme étant injustes et arbitraires et cela est un acte délibéré d’intimidation », peut-on y lire.