21 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 01 September 2012 12:00

Carburant – Les automobilistes payent une taxe de Rs 23 sur l’essence Featured

Rate this item
(2 votes)
Saviez-vous que les automobilistes paient une taxe de l’ordre de Rs 23,82 sur l’essence et que la taxe sur le diesel s’élève à Rs 15,10 ? C’est pourtant le cas !
D’ailleurs, le gouvernement utilise ces taxes, soit Re 1,50 sur chaque litre de carburant pour subventionner le riz, la farine et le gaz ménager. 30 sous servent à renflouer le fonds du Maurice Île Durable (MID), Re 1,85 part dans les caisses de la Road Development Authority, alors que Rs 3 sont utilisées pour payer les pertes encourues à la suite du « hedging » de la State Trading Corporation. Ainsi,Rs 23,82 sur l’essence et 15,10 sur le diesel sont prélevées sous forme de taxe.

« À Maurice, les autorités utilisent pas mal de taxes indirectes comme la TVA, la taxe sur l’essence ou encore l’Excise Duty. Nous sommes d’ailleurs un des rares pays où la taxe directe est de l’ordre de 15 %. Vu la conjoncture économique difficile, il est grand temps de relancer le débat sur la politique de taxation à Maurice », recommande Yousouf Ismaël, docteur en économie. D’autant plus, soutient l’économiste, que le gouvernement pratique une « taxation de double taxe ». À titre d’exemple, la TVA est appliquée sur les produits déjà frappés par l’Excise Duty.

« Le gouvernement ne taxe pas directement les gens parce que les taxes directes suscitent toujours des mécontentements. Quand les taxes sont indirectes, les gens n’en savent rien et ne font donc pas de bruit.
D’autre part, le gouvernement n’informe pas les gens explicitement quand il applique des taxes indirectes. Avec le Budget qui approche, il faut penser à revoir la fiscalité du pays », conclut-il.

Jayen Chellum parle de manque de transparence
Une hausse du prix de l’essence et du diesel semble inévitable dans les jours qui viennent. Et pour cause, d’un côté, il y a les fluctuations internationales et, de l’autre, le Price Stabilization Account de la State Trading Corporation est presqu’à sec.

Ce qui fait qu’il est impossible de maintenir les prix de vente de l’essence et du diesel qui n’ont pas connu de changement depuis mars 2011. Il faut, par ailleurs, souligner que les profits enregistrés par la STC sur ses activités commerciales internationales, notamment la réexportation du Jet Fuel, du diesel marin et du fioul sont utilisés pour subventionner en partie le riz, la farine et le gaz ménager.

Toutefois, Jayen Chellum, le secrétaire de l’Association des consommateurs de l’île Maurice (ACIM) n’entend pas les choses de cette oreille. Il évoque « un manque de transparence concernant les profits de la STC qui pourraient être utilisés pour subventionner les prix des carburants au lieu de toujours prendre les consommateurs pour des vaches à lait ».  

Si l’ACIM dénonce cette hausse éventuelle, du côté de la Petrol Retailers Association (PRA), c’est l’appréhension. Cela, plus plusieurs raisons. Premièrement, explique Bhanoo Seegobin, le président de la PRA, chaque hausse du prix est au détriment de la marge de profits. Dans la foulée, il fait aussi mention de l’évaporation, internationalement reconnue, de 1 % du stock des stations d’essence.





Last modified on Saturday, 01 September 2012 10:08
Le Defi Plus

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Actualités Popular Articles

Google+