27 November 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 08 September 2012 12:00

Avis du Comité des droits de l'homme des Nations unies - Réforme électorale : Le GM veut le dialogue, l’Opposition de l’action

Rate this item
(0 votes)
Le gouvernement voudrait bien rouvrir le dialogue autour de la réforme électorale suite à l’avis du Comité des droits de l’homme des Nations unies. L’Opposition estime qu’elle a assez dialogué et qu’il faut du concret maintenant.
Le gouvernement se verrait bien autour de la table des négociations, alors qu’au niveau de l’Oppo­sition, l’on est plutôt d’avis que tout a déjà été dit et qu’il faut maintenant passer à l’action.

Cette fois-ci, il a fallu passer par le Comité des droits de l’homme des Nations unies pour remettre la réforme électorale à l’agenda. Les leaders politiques sont sommés à tout mettre en œuvre pour apporter les modifications nécessaires pour que Maurice puisse respecter les Conventions des droits civils et politiques des Nations unies auxquelles elle adhère. Un délai de 180 jours lui est imposé.

Mais, ce délai est plus moral que légal. Dans les faits, l’État mauricien n’est pas dans l’obligation absolue de se plier à l’observation de cette instance des Nations unies. Toutefois, que ce soit du côté de la majorité que de l’Opposition, il y a un souhait de réformer notre système électoral afin qu’il puisse être conforme aux exigences d’une île Maurice moderne.

Cependant, si le Parti travailliste souhaite s’asseoir autour d’une table avec l’Opposition, comprenez le Mouvement Militant Mauricien (MMM), ce n’est pas sûr que les mauves en ont envie. Comme devait le déclarer Steven Obeegadoo, secrétaire général de ce parti, au Défi Quotidien, jeudi, l’heure n’est plus au ‘koz-kozé’ mais à l’action.

« De longues discussions ont déjà eu lieu. Ce qu’il faut à présent, c’est que le Premier ministre vienne avec un projet de loi sur la réforme électorale. Je rappelle qu’à la dernière séance parlementaire, celui-ci avait dit qu’il allait venir avec des propositions rapidement. C’est à lui maintenant d’honorer sa promesse », devait-il déclarer.

Paul Bérenger, qui consacrera sa conférence de presse de ce samedi entièrement à cet avis du Comité des droits de l’homme, devait déclarer, jeudi, que « pa pou éna badinaz ».

Quant au MSM, il a mis sur pied un comité pour plancher sur les suites à donner sur le jugement des Nations unies en faveur de ‘Rezistans ek Alternativ’. C’est ce qu’a expliqué Pravind Jugnauth, vendredi, lors d’une conférence de presse. « Nous allons étudier les implications de ce jugement et nous allons aussi les analyser par rapport aux propositions que nous avons déjà faites au sujet de la réforme électorale », a souligné le leader du MSM. « Si Navin Ramgoolam means business, qu’il vienne avec une proposition de réforme », a aussi dit Pravind Jugnauth.

Pour le MMM et pour MSM, les positions des uns et des autres sont déjà connues et ont été amplement discutées. Puis, dans le cadre du Remake de 2000, ce ne serait pas très sain que le MMM aille discuter de manière séparée avec le Premier ministre. Dans une déclaration à Radio Plus, vendredi après-midi, sir Anerood Jugnauth, leader de ce remake, devait soutenir qu’il n’acceptera « pas de discussions entre deux ‘bougues’ », et souligne que « le leader de l’Opposition nous a déjà dit qu’il n’ira pas » ‘koz-kozé’ de la réforme électorale avec Navin Ramgoolam s’il est invité.

Sur la décision du Comité des droits de l’homme des Nations unies, SAJ relativise les choses. « Ce n’est qu’une opinion. Il ne faut pas abolir le BLS. C’est une garantie de stabilité et d’harmonie pour le pays ».

Last modified on Friday, 07 September 2012 23:47
Patrick Hilbert

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Actualités Popular Articles