25 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Saturday, 02 February 2013 12:03

Independent Power Producers – Rs 7 milliards par an pour les centrales thermiques Featured

Rate this item
(2 votes)
Patrick Assirvaden Patrick Assirvaden

Pile je gagne, face tu perds. C’est dans cet esprit que les contrats pour la production d’électricité ont été signés, à partir de 2003, entre le Central Electricity Board (CEB) et les Independent Power Producers (IPP).

L’affaire CT Power remet en lumière les contrats qualifiés de « juteux » par le député travailliste Patrick Assirvaden, ex-président du conseil d’administration du CEB, paraphés entre les propriétaires des centrales thermiques et ce corps parapublic : « Les IPP produisent 60 % de nos besoins en énergie et le CEB paie chaque mois une moyenne de Rs 600 millions aux cinq producteurs, ce qui fait un total d’environ Rs 7 milliards par an. Pour les quatre dernières années, les IPP ont déclaré des profits nets de Rs 7 milliards. Si ce n’est pas un jackpot, je ne m’y reconnais pas ! »

Patrick Assirvaden ajoute que « le business de centrales thermiques est le seul à Maurice qui se fait sans risques ». Pourquoi ? « Tout a été fait pour que les IPP ne courent aucun risque dans leurs investissements, puisque c’est le gouvernement, à travers le CEB, qui en prend, en termes financiers. »

Patrick Assirvaden s’explique : « Sans personnaliser les débats, prenons l’une des centrales qui produit avec de la bagasse et au charbon. Normalement, le contrat stipule que cette production doit se faire dans le ratio 50-50, du fait que les sucriers avancent que durant la coupe, ils ont de la bagasse et, en entrecoupe, ils brûlent du charbon. Or, ce ratio est passé par la suite à 30-70. Pourquoi ? Tout simplement que l’astuce est que le charbon leur revient à moins cher et augmente leur profitabilité, puisqu’il existe plusieurs clauses qui leur garantissent un prix de revient ».


CT Power, « un mal nécessaire »
Même si le projet de CT Power ne cadre pas avec le concept Maurice Île Durable (MID) et qu’il faudra qu’on bouge vers l’énergie renouvelable, d’ici 2015, le pays aura besoin d’environ 100 mégawatts de plus et l’arrivée d’une nouvelle centrale thermique est la bienvenue, estime Patrick Assirvaden : « Dans deux ans et demi, on sera à 2015 et, pour mettre en place une centrale thermique, cela prend exactement ce temps-là. Selon moi, avec une croissance de la demande d’énergie de l’ordre de 3 %, CT Power est un mal nécessaire. »

Que propose CT Power ? D’abord, 26 % de participation dans l’actionnariat pour le gouvernement. Les risques de fluctuation en devises sont pris par la centrale. Il y a un sommet sur l’intérêt que frappent les banques et, au-delà d’un seuil donné, c’est CT Power qui « foot the bill ».  Un autre facteur concerne le retour sur investissement et en cas de surplus, CT Power s’engage à le partager avec le gouvernement. Autre avantage, et non des moindres, est que CT Power vend à l'État la centrale pour une somme symbolique de $1 (Rs 30) après vingt ans d’opération et elle pourra être utilisée par le CEB pour encore une dizaine d’années. Le gouvernement a imposé une palette de règlements à être respectés par CT Power, autre que la licence Environment Impact Assessment (EIA).




Last modified on Saturday, 02 February 2013 09:07
Jean Claude Dedans

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus
Actualités

Actualités Popular Articles

Google+