20 August 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Radha Rengasamy-Jean Louis

Radha Rengasamy-Jean Louis

Une jeune habitante de Vallée-des-Prêtres a failli avoir de sérieuses complications après avoir pris du Diasafe. C’est un médicament contre le diabète qui lui a été remis par une préposée du dispensaire de sa localité. Or, Natasha Hookoom, 20 ans, n’est pas diabétique.
Le président de la Nursing Association exprime ses réserves sur le choix du ministère de la Santé d’instaurer le centre d’isolement pour les éventuels cas d’Ebola à l’hôpital de Souillac. Cette grave infection virale sévit actuellement en Afrique de l’Ouest, avec plus d’un millier de décès depuis février sur plus de 2 000 cas.
Le Post-Graduate Medical Education Board du Medical Council a recalé 16 spécialistes sur 51 au cours des huit derniers mois. Ce qui remet à nouveau sur le tapis le niveau de certains médecins qui détiennent des diplômes de spécialisation.
Le président la Medical Health Officers’ Association (MHOA) fait une sortie contre les internes. Il ne digère pas leurs allégations selon lesquelles ils abattent le travail des généralistes, alors qu’ils sont en stage.
Le ‘Consent Form’ que les patients ayant subi l’injection d’Avastin à l’hôpital de Moka est on ne peut plus clair : il y a le risque de perte de vue sévère, voire permanente. Toutefois, les quatre malades éborgnés affirment n’en avoir jamais été informés même s’ils ont signé ce formulaire. 
Dans le milieu hospitalier, on privilégie l’hypothèse que ce sont des gouttes (et la façon dont elles ont été administrées) qui seraient à l’origine de la perte d’un œil pour les quatre patients. Et non l’Avastin ! Cette hypothèse aurait été soumise au comité Isabelle.
Un pavé dans la mare. Pour le Dr Ramchandra Bheenick, le ministère de la Santé a accusé du retard concernant la prise des mesures concrètes pour affronter le virus Ebola. Il soutient aussi qu’à l’heure actuelle, il y a un « flou total » concernant les dispositions à prendre.
Depuis mai dernier, le service hospitalier est touché par une pénurie conséquente de médicaments, notamment avec l’indisponibilité d’une trentaine de produits. Depuis, la situation s’améliore petit à petit. Qu’est-ce qui a mené à une telle situation ?
Attention ! Le Paracétamol n’est pas une panacée. De plus, en abuser peut être dangereux. Telle la mise en garde du Dr Ramchandra Bheenick qui constate la surconsommation de ce médicament chez les personnes âgées.
Ils sont une centaine d’aspirants médecins actuellement en stage pratique dans les hôpitaux. Toutefois, bon nombre d’entre eux n’ont pas le moral ces derniers temps. À force de subir des remarques désobligeantes, voire même insultantes, de certains médecins qui les supervisent.
Page 1 of 61
Actualités

Actualités Popular Articles

Google+