23 December 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 19 January 2013 12:00

Les 3 options d’investissement – Comment faire fructifier son argent en 2013 Featured

Rate this item
(0 votes)
Vous avez des économies ? Vous souhaiteriez investir une partie de l’augmentation salariale que vous recevrez fin janvier avec le paiement du PRB ? Mais comment rentabiliser au mieux vos investissements ? Trois experts livrent leurs conseils. 
Immobilier
Pourquoi investir ? La location immobilière rapporte gros ces jours-ci. Comme l’explique Laval Savreemootoo, président de l’Association de l’immobilier à Maurice, « il y a une forte demande pour la location surtout pour des logements bien situés. Donc, si quelqu’un a un budget important, il peut acheter un appartement ou une maison dans des endroits résidentiels, dans le centre-ville ou les régions côtières et le louer mensuellement ».

Il faut savoir que la location d’un appartement de luxe s’élève à Rs 35 000 par mois. Autre option : louer une maison individuelle à une compagnie si celle-ci est située dans le centre-ville. C’est une tendance qui prend de l’ampleur car cela permet à l’entreprise d’utiliser la cour comme parking. « Pour des gens qui ont des revenus plus modestes, il leur est conseillé d’acheter des terrains qu’ils peuvent ensuite revendre des années plus tard », recommande Laval Savreemootoo.

Comment procéder ? Pour l’achat d’un terrain ou d’un bien immobilier, vous pouvez avoir recours à un agent immobilier ou tout simplement consulter les annonces dans les journaux.

Quel montant investir ? Il faut compter Rs 1,5 million pour l’achat d’un terrain entre Rs 2,5 millions et Rs 3,5 millions pour un appartement, entre Rs 3 millions et Rs 5 millions pour une maison. Les avantages. L’immobilier est un investissement sûr. D’autre part, indique Laval Savreemootoo, contrairement à une voiture qui perd sa valeur d’année en année, un bien immobilier voit sa valeur grimper au fil des ans.

Les risques. Il faut faire attention quand l’on achète un terrain car il peut déjà être prescrit. Et secundo, la superficie du terrain sur papier peut ne pas correspondre à la réalité. « Toutefois, c’est le travail du notaire d’en informer l’acheteur », rassure Laval Savreemootoo. Il faut aussi bien choisir ses locataires pour ne pas se retrouver sans le montant de la location mensuelle.

Retour sur l’investissement. Investir dans l’immobilier ne rapportera des bénéfices que dans le moyen ou long terme. Outre le fait que l’investisseur peut percevoir une location mensuelle, il peut aussi décider de vendre le terrain quelques années plus tard, soit trois fois plus que sa valeur initiale.

Bon à savoir. Si c’est la première fois qu’une personne achète un terrain, il n’a pas à payer des frais d’enregistrement. Ceux qui ont déjà acheté un terrain ou un bien immobilier doivent s’acquitter des frais d’enregistrement de 5 %. Alors que les honoraires du notaire sont en moyenne de 2 %. Si un terrain est vendu avant cinq ans, le vendeur devra payer 10 % pour la ‘Land Transfer Tax’. Après cinq ans, la ‘Land Transfer Tax descend à 5 %.

Bourse
Plus profitable que les dépôts bancaires
Pourquoi investir ? Imrith Ramtohul, ‘Senior Investment Consultant’ chez Aon Hewitt Ltd, va droit au but. « C’est le bon moment d’investir en Bourse. Depuis la crise et en 2012, les prix des actions avaient bien chuté, mais elles recommencent à grimper ces dernières semaines », explique-t-il. Ameet Luchmun Roy, Fund Manager chez AAMIL Portfolio Management Ltd, note d’ailleurs, en ce début d’année, une reprise sur les valeurs hôtelières, bancaires et celles des assurances.

« Il y a une nette amélioration depuis le début de l’année. Ce serait intéressant d’investir dans ces actions », soutient-il. D’autre part, poursuit Imrith Ramtohul, le taux de croissance prévu cette année sera meilleur que 2012. « Ce qui indique que les compagnies cotées pourraient faire mieux », avance-t-il. 

Comment procéder ? Il suffit d’ouvrir un compte chez un agent de change (Stockbroker). Il faut savoir que sur chaque montant que vous investissez, des frais totaux de 1,25 % maximum seront prélevés. Ce pourcentage inclut les frais du ‘Stockbroker’, de la Financial Services Commission – l’organisme régulatrice – ou encore du Central Depository System – compagnie affiliée à la Bourse de Maurice qui enregistre toutes les transactions en Bourse. « L’investisseur recevra chaque mois un relevé de ses transactions du Central Depository System », explique Imrith Ramtohul.

n Quel montant investir ? Pour Imrith Ramtohul, il n’y a pas de limite. « Une personne peut même acheter une action », explique-t-il. Chez AAMIL Portfolio Management Ltd, l’investisseur a deux options. « Il peut investir une somme globale (Lump Sum) de Rs 10 000 minimum ou investir un minimum de Rs 1 000 par mois ou Rs 5 000 chaque trimestre », indique Ameet Luchmun Roy.

Les avantages. Les dividendes et les plus-values (Capital Gains) ne sont pas taxables. D’autre part, souligne Imrith Ramtohul, la Bourse est une façon de participer indirectement dans les compagnies. « Si ces entreprises font bien, leurs titres vont grimper », fait-il ressortir.

Les risques. Par les temps qui courent, la Bourse demeure volatile. « Les prix peuvent tomber comme cela a été le cas en 2012 et depuis la crise. D’autre part, le marché boursier mauricien est moins liquide qu’en Europe ou aux États-Unis. En d’autres mots, si voulez vendre des actions, il faudrait qu’il y ait des acheteurs », résume Imrith Ramtohul.

Retour sur l’investissement. « Le retour sur l’investissement varie de 0 % à 10 %. Tout dépend de l’évolution du marché, de la performance des titres, de la politique gouvernementale et monétaire. À titre d’exemple, si le taux d’intérêt baisse, il est préférable d’investir en Bourse dont le rendement est beaucoup plus intéressant que les dépôts bancaires »,  soutient Ameet Luchmun Roy. Le rendement sur certains titres peut être plus conséquent.

D’ailleurs, le Stock Exchange of Mauritius Total Return Index (SEMTRI), qui comptabilise les rendements sur les plus-values et sur le paiement des dividendes, a enregistré un retour annuel d’environ 18 % sur la période de 1989-2012. « Ce taux est supérieur au taux d’inflation moyen. Les actions ont, en effet, tendance à donner des rendements supérieurs à l’inflation sur le long terme. Il faut toutefois rappeler que le passé n’est pas nécessairement représentatif de l’avenir. Par conséquent, les investisseurs doivent faire une recherche adéquate et consulter leurs conseillers financiers si nécessaire », recommande Imrith Ramtohul.

Conseil. « L’idéal, c’est d’investir dans des actions qui ont un « price selling ratio » et un « dividend yield » attrayant », conseille Imrith Ramtohul. Toutefois, il précise que c’est très risqué d’investir dans le court terme. Il est donc préférable d’opter pour un placement à moyen terme, soit pour trois ans ou plus.

Le saviez-vous ? Les Mauriciens peuvent aussi acheter des actions étrangères en ayant recours à des Stockbrokers qui offrent ce service à Maurice ou en les achetant directement sur Internet. Ceux qui choisissent la seconde option doivent prendre des dispositions avec leur banque pour que les transferts d’argent se fassent rapidement. À savoir que les dividendes et les plus-values peuvent être taxables dans certains pays étrangers.

Or
Des rendements intéressants
Pourquoi investir ? « C’est une façon de diversifier son argent. D’autre part, l’or est une valeur refuge. Ainsi, si le dollar baisse, l’or va grimper », indique Imrith Ramtohul.

Comment procéder ? Il y a plusieurs façons d’investir dans l’or, soit en achetant directement des barres d’or avec la Banque de Maurice, soit par le biais des fonds d’investissement ou encore en investissant dans des compagnies qui produisent de l’or. L’autre option, c’est de passer par des ‘Exchange Traded Funds’ où on l’on peut investir dans l’or aussi facilement que d’acheter des actions.

Quel montant investir ? À la Banque de Maurice, on propose trois types de barres d’or, soit de 10 grammes qui étaient en vente jeudi à Rs 17 590, de 50 grammes (Rs 87 120) et de 100 grammes (Rs 174 095). Les prix fluctuent chaque jour en fonction de l’évolution de l’or sur le marché international. Le paiement peut se faire en cash, par transfert (MACSS Transfer), par chèque bancaire, par cartes de débit ou de crédit ou encore en devises étrangères. L’acheteur obtient un certificat d’authenticité à chaque achat et peut bénéficier d’une remise de 2 % pour tout achat en cash et en MACSS Transfer. La Banque de Maurice propose aussi un « buy-back option » qui permet l’investissement de rester liquide tout le temps. Toutefois, acheter de l’or comporte des frais autre que l’achat elle-même.

Les avantages. « Historiquement, l’or n’a pas évolué en corrélation avec d’autres actifs financiers. Par conséquent, il est bon pour la diversification. Il est également considéré comme une couverture contre l’inflation », observe Imrith Ramtohul.

Les risques. Le prix de l’or est très volatil.

Retour sur l’investissement. En 2012, le rendement sur l’or a été de 6 % en termes de dollar. Le prix de l’or a augmenté pendant 12 années consécutives en termes de dollars.

Conseil. Il est conseillé d’investir qu’une partie de votre argent dans l’or et cela sur le moyen terme.

Last modified on Saturday, 19 January 2013 10:16
Christina Vilbrin

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus