28 August 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 16 February 2013 12:01

Consommation – Engouement pour les légumes surgelés, grains secs et conserves Featured

Rate this item
(0 votes)
La cherté des légumes frais pousse les consommateurs à se tourner vers des produits alternatifs. Et cela se ressent dans les grandes surfaces où les ventes des légumes surgelés ou en conserve, ainsi que des grains secs s’envolent. 
Melissa, 35 ans, mère de deux enfants, ne jure ces jours-ci que par les légumes surgelés. « Les légumes frais sont trop chers. Je préfère donc acheter des légumes surgelés, surtout le ‘mixed vegetables’. J’ai ainsi divers légumes et cela me revient à moins cher que si j’avais acheté tous ces légumes séparément au marché », explique-t-elle.

Et elle est loin d’être la seule à opter pour ce type de produit. « Les légumes surgelés se vendent très bien. Ces dernières semaines, les ventes ont progressé de 15 % », observe Dominique Fauvrelle, ‘Sales Manager’ chez Winner’s. Ces légumes, certes surgelés, ont en effet tout pour plaire. « L’avantage avec les légumes surgelés, c’est que la ménagère n’a pas besoin de les nettoyer, de les éplucher et de les couper. Elle n’a qu’à ouvrir le sachet et s’en servir. Elle peut même en conserver pour plusieurs utilisations », indique Dominique Fauvrelle.
Outre son côté pratique et prêt à l’emploi, les légumes surgelés n’ont rien à envier aux légumes frais d’un point de vue nutritionnel.

« Selon plusieurs experts, les légumes surgelés sont plus nutritifs que les légumes frais dans la mesure où une fois cueillis ces légumes sont mis au frais à moins 60 degrés. Ils gardent ainsi leur valeur nutritionnelle, alors qu’un légume frais se dessèche après quelques jours tout en perdant sa saveur et les apports nutritionnels qu’ils contiennent », soutient-il.

Nicolas Kan Wah, ‘Manager’ de London Way, est du même avis. « L’apport des pesticides et des herbicides est mieux contrôlé pour les légumes qui doivent être surgelés », souligne-t-il. D’autre part, soutient-il, ces produits sont disponibles tout au long de l’année.


Les ventes grimpent à 300 %
Ce sont surtout les ‘mixed vegetables’ qui ont la cote auprès des ménagères. « Il y en a une grande variété en termes de poids et de pays d’origine », indique Nicolas Kan Wah. On compte sur le marché  plusieurs marques : Daucy importée de France, Watties de la Nouvelle-Zélande, Birdeye d’Australie, Americana d’Egypte, Talley’s de la Nouvelle-Zélande ou encore Datschaub de Belgique. « Chaque marque compte cinq ou six variantes (‘mixed vegetables’,  ‘sweet corn’, ‘garden peas’,…)», indique Nicolas Kan Wah.

S’agissant des prix, un sachet de ‘mixed vegetables’ de 400 gammes contenant des haricots, des petits pois, des carottes et des maïs est en vente à Rs 27,95, alors que le prix d’un sachet de 900 grammes se situe dans la fourchette de Rs 150. Les consommateurs peuvent aussi acheter un sachet de 500 grammes de légumes mixtes entre Rs 35 et Rs 70.

Pour Dominique Fauvrelle, il ne fait aucun doute que « les ventes des légumes surgelés iront crescendo, vu qu’il faudra attendre plusieurs semaines avant que les légumes frais ne soient disponibles ». Nicolas Kan Wah précise, toutefois, que ce phénomène n’est que saisonnier. « Entre décembre et avril, les ventes des légumes surgelés grimpent entre 20 % et 30 % car en cette période, les légumes sont trop chers ou peu disponibles », soutient-il.

Pendant cette période, les grandes surfaces enregistrent également une hausse des ventes de légumes en conserve. Farzanah, mère d’un enfant, âgée d’une quarantaine d’années, affiche, pour sa part, une préfé­rence pour les tomates en conserve. « Actuellement, la pomme d’amour est hors de prix et surtout de mauvaise qualité. J’utilise donc des tomates en conserve ainsi que des pommes d’amour que j’avais achetées quand elles étaient à meilleur marché et que j’avais ensuite frigorifiées en prévision des temps difficiles », indique-t-elle. « Les ventes des tomates en conserve ont grimpé de 200 % à 300 %... En un mois, il ne me reste que 200 cartons de tomates en conserve sur 1 500 cartons que j’avais fait importer », constate Yusuf Sambon, directeur de l’hypermarché Lolo.

D’autres légumes en conserve sont également prisés : maïs, petit pois, carotte, haricot, asperge, poids chiche, champignon… Les prix tournent autour de Rs 18,60 à Rs 40 pour une boîte de conserve de 425 grammes. « Les conserves sont utilisées tout au long de l’année et font dorénavant partie du panier de la ménagère », indique Nicolas Kan Wah.

Autre tendance : « Dans les villages, les gens continuent à acheter certains légumes même s’ils sont chers comme la calebasse, le giraumon, la pipangaille ou encore le margoze car il n’y a pas de produits alternatifs pour ces légumes », remarque Yusuf Sambon. Ce dernier constate, par ailleurs, que les gens achètent davantage de pomme de terre dont le prix est actuellement stable, mais aussi des grains secs dont les ventes ont augmenté de 30 % à 40 %. Autant dire qu’en temps de crise, le consommateur se montre pratique et ne fait pas la fine bouche.







Last modified on Saturday, 16 February 2013 11:08
Christina Vilbrin

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Economie Popular Articles

Google+