30 August 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Friday, 25 January 2013 19:20

Mixed Abilities – Pour une éducation inclusive

Rate this item
(1 Vote)
Jacques Malié, Om Varma et Jimmy Harmon. Jacques Malié, Om Varma et Jimmy Harmon.
Le 'Mixed Abilities' est pratiqué dans les collèges catholiques depuis 2005. Huit ans après, ce genre d’éducation porte ses fruits. Ce, avec la collaboration de tous les acteurs.
L’éducation catholique mise beaucoup sur le 'Mixed Abilities', un facteur essentiel dans le 'mainstream'. L’école devant être inclusive, tout éducateur doit pouvoir donner le meilleur de lui-même pour permettre aux jeunes de progresser dans leur apprentissage.

Jimmy Harmon souligne que « les limites de l'élève sont les limites de l’enseignant. Celui ou celle qui embrasse le métier d'enseignant doit s'attendre à travailler avec des élèves de différents niveaux. C'est la vocation propre de tout enseignant. Ce n'est pas évident dans la gestion les classes. Ça a toujours fait débat parmi les enseignants du secteur catholique », admet le responsable du département de Pédagogie Appliquée à l'Institut Cardinal Jean Margéot (ICJM).

Jacques Malié abonde dans le même sens. Il soutient que ce n’est pas toujours évident d’avoir, dans la même salle de classe, un élève venant du primaire avec 15 unités et un autre avec 24 unités.

Le recteur du collège du St-Esprit insiste que la politique est de donner à tous les enfants une chance égale, quelque soit son niveau. « Il y a certaines difficultés qui existent. Tous les enfants n’arrivent pas à suivre le rythme, mais avec un travail assidu, c’est possible. Il y a le cas d’un garçon qui a obtenu 17 unités aux examens du Certificate of Primary Education (CPE) et qui a obtenu le même score au School Certificate (SC). On peut réussir lorsqu’il y a aussi l’encadrement des parents…», dit-il.

Le système est bien rodé. Au niveau de l'admission en Form I, les critères sont clairs. Chaque collège s'assure qu'il y ait des élèves de différents niveaux allant de 15 à 24 unités. Cependant, c'est dans la gestion de ces 'Mixed Abilities' que la situation change. Nous apprenons qu’il existe certains établissements qui pratiquent le 'Ability Grouping' et d'autres du 'Streaming'. Au niveau des parents, il y a ceux qui sont réticents au début, surtout lorsque l’enfant entre en Form I. Toutefois, au fil des années, leur façon de voir les choses change. C’est surtout lorsqu’ils se rendent à l’évidence que la présence d’un enfant avec 15 unités ne gêne pas le progrès d'un enfant de niveau supérieur.

Cette pratique comporte des avantages. Jimmy Harmon souligne que : « Le rapport Truth & Justice (2011) souligne que nos écoles sont ethniquement marquées. Elles deviennent des lieux de ghettoïsation et même les 'star schools' ne favorisent pas la coexistence ou la connaissance de l'autre. On voit de plus en plus les ‘National Colleges’ avec un profil socio-économique et ethnique dominant. C'est grave, surtout du point de vue du type de nation qu'on est en train de construire. Cela voudrait dire, par exemple, que l'enfant – dit élite – vit son apprentissage scolaire dans un vase clos. Il ne connaîtra l'autre qu'à l'âge adulte », soutient le pédagogue.

Pour Jacques Malié, ce n’est pas toujours évident de pratiquer le 'Mixed Abilities', car tout dépend du nombre d’élèves qu’ils reçoivent. La formation des enseignants se fait sur une base régulière par le Dr Kathleen Dauguet, ancienne enseignante du collège Lorette de Port-Louis, qui a fait son doctorat sur le 'Mixed Abilities'. Elle vient régulièrement animer des sessions à travers la Loreto Education. Au tout début, des séances de formation étaient tenues par des professionnels de l'Australian Catholic University.

Au Mauritius Institute of Education (MIE), toutes les formations abordent les questions de 'Mixed Abilities'. Le directeur par intérim, Om Varma, précise que : « ce n'est pas une technique simple. Il faut beaucoup de préparation et de conditions favorables à l'école. Il n'existe pas de solution toute faite.

Nous avons l'expertise que l'on peut inculquer aux enseignants, mais nous nous attendons à ce qu’elle soit mise en pratique. Il ne faut pas bousculer l'enfant, comme certains le font. Bon nombre des stratégies utilisées en classe et renforcées dans des cours privés éloignent les enfants de l'éducation, et pourtant ils persistent. Je peux dire avec certitude qu'il y a mieux et beaucoup de moyens souples d'enseignement et d'apprentissage. Nous avons besoin du soutien de tous à l'école pour réussir ».



Annick Daniella Rivet

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Education Popular Articles

Google+