19 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Saturday, 28 July 2012 14:00

Plans stratégiques – Nouvelle impulsion à Maurice Île Durable Featured

Rate this item
(1 Vote)
La production durable de l’énergie est une des priorités du gouvernement. La production durable de l’énergie est une des priorités du gouvernement.
Un coup d’accélérateur sera donné au projet Maurice Île durable (MID), lancé en 2008, par le Premier ministre, Navin Ramgoolam. Un plan stratégique sur 10 ans et un plan d’action sur trois ans sont en voie d’être finalisés.
Faire de Maurice un modèle en matière de développement durable. C’est l’objectif que le gouvernement veut atteindre à travers le plan stratégique de 10 ans qui sera rendu public dans les semaines à venir.

Cette nouvelle impulsion sera donnée par un plan d’action de trois ans.
Selon Osman Mohamed, Executive Chairman de la Commission MID, les principaux axes de ces plans sont la production et la consommation durable de l’énergie, l’indicateur vert pour les entreprises cotées en Bourse, l’efficacité dans l’utilisation des ressources, la plani­fication et l’aménagement intégré du territoire et le changement climatique, entre autres. Ces deux plans, fait-il ressortir, sont l’aboutissement de cinq groupes de travail sur les 5 E du MID.
  • Énergie : la maîtrise de la consommation d’énergie, les énergies renouvelables et l’adaptation aux changements climatiques.
  • Environnement : la préservation de la biodiversité, la gestion de ressources naturelles, telles que la biodiversité marin et terrestre, l’agriculture, la pêche et les forets; la pollution, les déchets et la santé environnementale.
  • Emplois : la promotion de la croissance verte.
  • Éducation : le renforcement de l’éducation à l’environnement et au développement durable
  • Équité : l’instauration d’une démocratie sociale et écologique.

À ce jour, plusieurs projets ont été mis en chantier avec le concours des agences financières internationales. L’Agence française de développement (AFD) est le principal bailleur de fonds de Maurice. Sa ligne de crédit environnementale finance en majorité des projets d’efficacité énergétique (39 % des financements), d’efficacité environnementale (32 %) et d’énergies renouvelables (19 %). Il s’agit d’investissements hôteliers pour l’efficacité énergétique, de panneaux photo­voltaïques, de transformation de vinasse de distillerie en bio-fertilisants, de valorisation énergétique de biogaz issu d’un centre d’enfouissement de déchets, de renouvellement d’une flotte de bus ou d’équipements industriels plus économes.

Au 30 avril 2012, 38 projets ont été financés pour un montant total d’environ 60 % de la ligne de crédit et permettent :

- l’économie annuelle d’environ 24 GWh d’élec­tricité ;

- l’installation de 3,2 MW d’énergies renouvelables ;

- l’économie annuelle d’environ 3,1 millions de litres de carburants (huile lourde, diesel, GPL) ;

- l’économie annuelle d’environ 1,1 million de m3 d’eau ;

- la réduction d’émissions annuelles de 145 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.
Pour renforcer la dynamique enclenchée par le projet MID, l’AFD a octroyé en 2010 aux autorités mauriciennes une aide programme environnement qui s’est traduite par :
  • La mise à disposition d’un prêt de 125 millions d’euros (Rs 4,9 milliards) ;
  • Le financement d’un dispositif d’assistance technique sous forme d’un don d’un montant de 2,3 millions d’euros (Rs 91 millions) dont 1 million d’euros (Rs 39,5 millions) du FFEM, et 1,3 millions d’euros (Rs 51 millions) en fonds propres.

L’objectif de cet appui est d’améliorer les politiques publiques et le processus d’identification des investissements favorisant la diffusion à plus grande échelle des pratiques et des technologies sobres. Plus spécifiquement, il s’agit :
  • d’accompagner le gouvernement mauricien dans son effort pour développer une vision cohérente et partagée du projet MID et revoir les politiques sectorielles en conséquence ;
  • de contribuer à faire émerger des projets concrets ayant un réel impact positif sur l’environnement, l’économie et le bien-être des habitants ;
  • de faire du MID un projet de société partagé en renforçant la communication et le dialogue avec le secteur privé et la société civile.

D’autres partenaires de développement sont impliqués sur le projet MID. En lien avec la feuille de route du MID, l’Union européenne a fait un don de 3 millions d’euros au titre de la Global Climate Change Alliance. Le PNUD a mis en place plusieurs programmes importants de soutien au MID et a financé l’élaboration du Green Paper MID. Plus indirectement, la Banque mondiale, la Banque européenne d’investissement et le gouvernement japonais (JICA) financent des projets dans les domaines de l’eau, de l’assainissement, des transports et de la lutte contre le changement climatique, dans un souci de préservation de l’environnement. Les partenaires se réunissent régulièrement pour coordonner leurs actions dans les différents domaines d’intervention.

Les autres initiatives
Le gouvernement a adopté plusieurs politiques en amont et en parallèle du processus MID :
  • La « National Environment Policy » (NEP, 2007) présente des enjeux et objectifs à atteindre pour le développement durable de l’île ;
  • Le programme « Sustainable Consumption and Production » (SCP, 2008-2013) est un programme pilote devant permettre la mise en oeuvre des politiques de consommation et production durables. 44 projets y sont référencés ;
  • La « Long Term Energy Strategy 2009-2025 » formule la politique énergétique du gouvernement et affiche des objectifs ambitieux pour la production d’énergies renouvelables, qui devraient représenter 35 % du mix énergétique d’ici 2025. L’accent est mis sur le développement de la filière éolienne, l’amélioration de l’efficacité de la filière bagasse et le développement de nouvelles unités de production par le secteur privé ;
  • La création d’un « Energy Efficiency Management Office » (EEMO) qui a pour mission de mettre en oeu­vre un programme national d’efficacité énergétique ;
  • Le projet « Small Scale Distributed Generation » a été lancé en décembre 2010 à l’intention des petits producteurs privés (résidentiels, commerciaux et indus­triels) pour leur permettre de produire de l’électricité à partir de sources d’énergies renouvelables et de vendre tout excédent à la compagnie nationale d’électricité, pour une puissance totale installée de 3MW ;
  • La réforme de la taxation des véhicules motorisés a été engagée suite aux études financées par l’AFD et le FMI. La taxation (à l’importation) de véhicules motorisés, anciennement basée uniquement sur la cylindrée, est dorénavant inspirée du modèle français du bonus/malus en fonction des émissions de CO2 ;
  • La « National Biodiversity Strategy & Action Plan » (2006) cible un ensemble cohérent de constats et d’actions dédiés intégralement à la biodiversité. Elle vise notamment au développement d’un réseau d’espaces naturels sensibles, à la mise en place de zones de restauration et de lutte intensive contre les espèces invasives, à des actions dans les secteurs de l’agriculture, de la gestion des forêts, de l’aménagement du littoral, de la conservation des ressources génétiques, entre autres.



Last modified on Saturday, 28 July 2012 15:51
Eshan Dinally

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Enquête Popular Articles

Google+