19 December 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 15 September 2012 10:30

En présence de sa complice présumée – Il se serait livré à des attouchements sur une fille de 12 ans Featured

Rate this item
(6 votes)
Le suspect et sa complice présumée auraient incité la fille à boire et à fumer Le suspect et sa complice présumée auraient incité la fille à boire et à fumer
C’est suite au refus de cette fille de 12 ans d’accepter un verre de rhum, des cigarettes et de visionner des films pornos, qu’un dénommé Vikram, 36 ans, se serait livré à des attouchements sur elle.
Cette scène se serait jouée dans la maison que les parents de la victime louent, dans le Nord. Et qui plus est, sous les yeux de Karishma, 19 ans, accusée de complicité de meurtre depuis 2010. Après avoir gardé ce lourd secret pendant quelques jours, l’ado a tout déballé à sa mère, qui a porté plainte à la police. Le suspect et sa complice présumée ont été arrêtés et présentés devant la justice. Ils répondent d’une accusation provisoire de « causing child to be sexually abused ».

Stéphanie, 32 ans, est une mère révoltée. Depuis qu’elle a appris que Sophie, sa fille unique âgée de 12 ans, a été victime d’attouchements, son monde s’est écroulé. Lundi 3 septembre, mère et fille étaient à la maison. Stéphanie raconte : « Je me suis absentée quelques minutes pour me rendre à la boutique et c’est ainsi que la dame du dessus a appelé ma fille pour qu’elle l’aide à ramasser le linge. »

Sophie est alors montée au premier. Une fois dans la chambre de Karishma, elle constate la présence de Vikram. Assis dans un coin, il tient un verre à la main. Une bouteille de rhum à côté. Il ne perd pas de temps : « To pou bwar rom ? » Surprise, Sophie lui fait signe que non. L’homme enchaîne : « To pou fim enn cigarett ? » L’ado décline à nouveau. Loin d’être satisfait, Vikram l’aurait alors agrippée par le bras et l’aurait tirée vers lui.
« Tu es belle… »,` lui aurait-il lancé. Entre-temps, Vikram en profite pour caresser Sophie sur plusieurs parties du corps, dont ses parties intimes. Paniquée, elle reste figée. Toute cette scène s’est produite sous les yeux de Karishma, qui ne serait pas intervenue.

« Quand je suis rentrée de la boutique, ma fille n’était pas à la maison. Je l’ai alors appelée », se souvient Stéphanie. C’est là que Sophie a pu se soustraire à l’emprise de Vikram. Non sans que ce dernier la menace : « Si zame to rakont seki finn arive, mo pou touy to bann paran ! Tou seki to anvi, mo pou donn twa ! »
Sophie est ensuite descendue rejoindre sa mère au rez-de-chaussée, mais n’a pipé mot à personne. « Cela faisait deux ou trois jours que ma fille ne parlait pas trop. De plus, elle avait la tête ailleurs. D’habitude elle est studieuse, mais là, elle n’arrivait plus à se concentrer à l’école », ajoute Stéphanie.

Ce qui lui a mis la puce à l’oreille, ce sont les pleurs. « Au début, elle a avoué que cet homme lui a proposé de visionner des films pornos. C’est dimanche qu’elle a fini par nous dire ce qui s’était réellement passé. » Devant les révélations de sa fille, Stéphanie est partie lundi demander des explications à Vikram. Ce dernier lui aurait fait comprendre que si elle allait de l’avant avec cette affaire, il allait lui couper l’électricité. Ne se souciant guère de ces menaces, la mère de la victime a porté plainte à la police.

Vikram a été arrêté par les hommes du sergent Beebeejaun. Il rejette les accusations. Sophie l’a identifié. Karishma a également été arrêtée. Elle a confirmé les dires de l’ado. Les deux prévenus ont été présentés devant le tribunal de Mapou. (Sophie et Stéphanie sont des prénoms modifiés, ndlr).

Last modified on Saturday, 15 September 2012 10:13
Kendy Antoine

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus