26 November 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 26 January 2013 12:00

Alan Ganoo : « Ce sera difficile de remplacer Paul Bérenger » Featured

Rate this item
(1 Vote)
Le remplaçant de Paul Bérenger à la tête du MMM et de l’Opposition parlementaire parle de ses appréhensions et de sa volonté de remplir ses nouvelles responsabilités.
> Paul Bérenger a révélé mercredi qu’il souffre d’un cancer de l’amygdale gauche et qu’il sera en retrait de la politique pour au moins trois mois. Pour la première fois à Maurice, un leader politique dévoile qu’il a un grave problème de santé. Est-ce que cela correspond à l’homme qu’est Paul Bérenger ?
C’est une grande première. Comme il l’a fait tant de fois dans le passé, il a pris les devants. Il est à l’avant-garde. Cela cadre avec sa personnalité, sa culture politique et son pragmatisme. Paul Bérenger joue la transparence comme il l’a toujours fait et il faut le féliciter. Il agit comme il faudrait agir dans une démocratie digne de ce nom.

S’il n’avait pas levé le voile sur sa santé, il y aurait eu tant de spéculations et cela n’aurait pas été dans son intérêt, ni dans celui du MMM. Cette conférence de presse montre aussi le courage de l’homme face à l’adversité et sa force mentale. Ce triste événement confirme qu’il est un homme solide avec un moral d’acier.

> Connaissant Paul Bérenger, aurait-il pu agir autrement ?

Peu de personnes auraient agi comme lui. De venir dire cela devant le pays entier, cela lui correspond totalement. Il n’aurait jamais caché sa maladie à son parti, son électorat et aux Mauriciens.

> Il vous a désigné comme son successeur à la tête du parti et de l’Opposition. Est-ce difficile de succéder à Paul Bérenger ?
Évidemment ! Sans aucun doute. Paul Bérenger est à la tête du parti depuis 44 ans. Il a servi le pays à tous les niveaux. C’est un grand bosseur et un homme discipliné. Il a gardé un esprit lucide, malgré toutes ces années de combat, d’espoirs, de déceptions, d’obstacles sans oublier les nombreux coups qu’il a reçus. Il est toujours aussi combatif et connaît tous les dossiers de fond en comble. Tout le monde connaît aussi sa forte personnalité.

Bien sûr, que ce sera difficile de le remplacer, même temporairement, mais je n’ai pas l’intention de montrer que je suis au même niveau que lui. Mais je connais aussi les grands dossiers et je suis bien encadré. De plus, en tant qu’adjoint leader du MMM depuis plusieurs années et plus ancien député encore en fonction après Paul Bérenger, j’ai aussi de l’expérience. Je ferais de mon mieux et on fera du bon travail avec les autres députés du parti. Cela ne fait pas l’ombre d’un doute.

> Quelles sont vos priorités ?
Je veux honorer la confiance que Paul Bérenger et mon parti placent en moi. Je m’inspirerai de sa façon de faire. Je le côtoie depuis plus de 30 ans et sa façon de penser et d’opérer n’ont pas de secrets pour moi. Nous continuerons à attaquer le gouvernement sur plusieurs dossiers.

> Êtes-vous conscient du fait que vous prenez les commandes à un moment où le gouvernement se trouve dans une situation délicate ?
Certainement ! J’aurais souhaité que Paul Bérenger soit là, surtout à un tel moment. C’est vrai que le gouvernement est au plus bas avec toutes ces affaires. Avec mes camarades de parti, on doit faire le plein de cette situation. On continuera à faire ce qu’il faut faire.

Paul Bérenger a prouvé, ces derniers mois, qu’il y a une alternance crédible et celle-ci est l’alliance MMM-MSM, avec le Remake 2000. La majorité de la popu­lation est maintenant convaincue que nous sommes prêts à gouverner et à remettre de l’ordre partout, afin de permettre à Maurice de prendre un nouveau départ.

> Nita Deerpalsing a déclaré qu’elle regrettera les coups de colère de Paul Bérenger à l'Assemblée. On vous voit mal en colère…

Chacun a sa personnalité. C’est vrai que je passe pour quelqu’un de calme. Je suis rarement en colère. On me reproche d’être trop tranquille, mais je sais ce que je veux. Je n’ai pas le même caractère que Paul Bérenger, mais je peux aussi élever la voix quand il le faut. N’oubliez pas que je suis un avocat et un politicien de longue date.

> Vous mettez l’accent sur le travail d’équipe... Pas de one-man-show alors ?
Tout le monde sait ce que valent les députés du MMM, ainsi que les dirigeants. Nous avons une équipe extraordi­naire d’anciens et de jeunes qui font un excellent travail. Bien sûr que l’absence de Paul Bérenger se fera ressentir, mais il y a cette soif de l’équi­pe parlemen­taire de travailler avec acharnement. Nous ne ferons pas de cadeau.

> Et le MSM ?
Rien ne change. Nous œuvrerons avec le même respect. Sir Anerood Jug­nauth reste le père du Remake 2000. La cohésion et la synergie restent les-mêmes. Nous avons déjà commencé à discuter des deux dates politiques importantes, à savoir la Journée de la Femme et le 1er-Mai. Même s’il sera absent, Paul Béren­ger peut compter sur nous et notre partenaire pour régler tous les détails afin d’organiser ces deux événements comme il le faut. Il ne pourra être là pour la Journée de la Femmmais il prendra la parole pour le 1er-Mai. Sa présence fera de ce 1er-Mai un événement qui fera date.

> L’inquiétude règne parmi les militants par rapport à la santé du leader historique. Les ap­préhensions d’un après-Bérenger sont-elles là ?
Oui. Comment peut-il en être autrement ? Paul Bérenger est plus qu’un membre de la famille pour nous. Nous avons été tellement surpris par cette très mauvaise nouvelle, mais nous sommes confiants. Ce n’est pas une maladie ordinaire et heureusement qu’elle a été détectée tôt. Beau­coup de gens prient pour un prompt rétablissement. Il guérira et il sera de retour dans quelques semaines, mais aura besoin d’un peu de temps pour sa con­valescence. Le bon Dieu sait que Paul Bé­ren­ger a encore beau­coup à donner à son pays. Sa mission n’est pas encore accomplie.

Patrick Hilbert

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Interview Popular Articles