28 November 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 26 January 2013 11:00

Chandra Kumar Seepaul : « Les salaires varient de Rs 24 000 à Rs 120 000 sur les bateaux de croisières » Featured

Rate this item
(10 votes)
« Nous recevons 50 candidatures par jour des Mauriciens souhaitant travailler sur des bateaux de croisières », indique Chandra Kumar Seepaul, Managing Director de CSCS International Manning et ‘hiring partner’ de la Royal Carribean Cruise Line pour tous les recrutements dans la région d’Afrique et de l’océan Indien. Il compte recruter cette année 2 700 Mauriciens. 
> Les bateaux de croisières sont en train de recruter des Mauriciens…
En effet ! Cette année, nous comptons recruter 2 400 Mauriciens. Un premier batch de 800 personnes sera sélectionné au mois de mars à l’issue d’une interview. Ils doivent être âgés entre 21 et 45 ans, avoir une année d’expérience et maîtriser l’anglais et le français.

Ces Mauriciens travailleront sur la Royal Carribean Cruise Line, la Celebrity Cruises Line, l’Azamara Club Cruises ou la Pullmantur Cruises. Ces quatre compagnies américaines, dont la maison-mère est la Royal Carribean, regroupent 38 paquebots. En sus de ces 2 400 Mauriciens, nous comptons aussi embaucher entre 200 et 300 Spa Therapists (ceux spécialisés dans les massages), esthéticiennes, coiffeuses et Mails Techniciens (manucure et pédicure). Ils seront éparpillés sur 180 paquebots. Les candidats seront interviewés le 16 février. Ils doivent avoir entre 18 et 50 ans. Ils doivent maîtriser l’anglais et le français et avoir au moins une année d’expérience. Pour les coiffeurs (ses), nous prendrons des candidats (es) sans expérience à condition qu’ils ou elles aient suivi une formation de six mois minimum. 

> Quels sont les postes les plus demandés cette année ?
Ce sont les métiers ayant trait au Food and Beverages. Les barmen, sommeliers, serveurs et cuisiniers sont très demandés. Il n’y a d’ailleurs pas de limite pour le recrutement des cuisiniers. Nous pouvons recruter 1 000 à 2 000 cuisiniers par an. Parmi les autres postes demandés, on retrouve des tailleurs, fleuristes, réceptionnistes, valets et femmes de chambre, agents de sécurité, entre autres. Cette année, les candidates femmes sont très demandées. D’ailleurs, 60 % des employés sur un bateau de croisière sont des femmes.

> Qu’en est-il des salaires pratiqués ?
Les salaires varient entre 800 dollars (Rs 24 000) et 4 000 dollars (Rs 120 000) dépendant des postes occupées. À titre d’exemple, un serveur ou un valet de chambre qui perçoit un salaire de Rs 8 000 à Maurice peut toucher un minimum de 2 000 à 3000 dollars, soit entre Rs 60 000 et Rs 90 000.

> Y a-t-il un engouement de la part des Mauriciens pour travailler sur des paquebots ?
Oui. Depuis le début de l’année à ce jour (jeudi 24 janvier), nous avons reçu 400 candidatures. Nous tablons sur 800 à 1 000 candidatures d’ici fin février. Nous recevons chaque jour 50 candidatures par email.
Si auparavant, je recevais des candidatures uniquement des gens qui travaillaient dans l’hôtellerie, aujourd’hui, tout le monde souhaite être embauché sur un paquebot qu’il vient du secteur privé ou du secteur public. Il y a une très forte demande.

Cet intérêt est dû au fait que les salaires sur les bateaux de croisières sont plus élevés. D’autres veulent y travailler pour avoir de l’expérience ou encore pour pouvoir voyager et découvrir d’autres pays. Il faut savoir que les paquebots de la Royal Carribean font escale dans 160 destinations. Ils mouillent leur ancre dans un port chaque matin avant de repartir dans l’après-midi. Travailler sur un paquebot est également une occasion pour les employés de connaître d’autres cultures car les membres du personnel des paquebots de la Royal Carribean sont de 65 nationalités différentes. Autre avantage : les employés ont un « international exposure ». Ils gagnent aussi en expérience et en connaissance vu que les prestations et les services à bord d’un paquebot sont différents de ceux qu’on retrouve dans un hôtel.

> Si les salaires sont attrayants, ce n’est pas toujours évident de travailler sur un paquebot. Quels sont les inconvénients ?

L’employé est loin de sa famille. Il passe six à huit mois sur le paquebot. Une fois de retour au pays, il bénéficie de deux mois de congé avant de reprendre du service. Toutefois, une fois qu’une personne commence à travailler sur un paquebot, il ne veut pas s’arrêter. D’ailleurs sur
5 000 employés, il n’y a qu’une centaine qui quittent le métier étant pris par d’autres obligations.

> Comment expliquez-vous le fait que les bateaux de croisières recrutent autant alors que le contexte économique est difficile ?

Crise ou pas, les paquebots sont remplis. Il y a des bateaux qui comptent 6 800 passagers avec 2 500 membres d’équipage. Ils ont donc besoin de personnel pour travailler. Cette activité se porte bien et elle se développe de jour en jour. D’ailleurs, la Royal Carribean introduira trois nouveaux bateaux d’ici à 2015.



Last modified on Saturday, 26 January 2013 10:12
Christina Vilbrin

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Interview Popular Articles