02 August 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Eshan Dinally

Eshan Dinally

Nos politiciens ont l’impression que ce peuple admirable a une cervelle de moineau. Ils lui racontent des salades, pour ne pas dire des histoires à dormir debout. Qui ose croire que deux tourtereaux se retirent dans une House pour ne parler que d’affaires étrangères sans échanger de mots mielleux ? Cela aurait été fort étrange en effet! Mais pourtant, c’est ce que veut nous faire croire Paul Bérenger en affirmant que lors de leur tête-à-tête de mercredi, à La Clarisse House, avec Navin Ramgoolam, il n’y a pas eu de « koz kozer ». En d’autres mots, pas de discussions « poussées » autour d’un projet d’alliance électorale. Aux dires du leader de l’Opposition, pendant une heure, il a « communiqué ses inquiétudes » et « partagé des informations dont il dispose » au Premier ministre avant que celui-ci n’aille assister au 4e Sommet de la COI aux Comores*.
On doit vraiment s’attendre à tout sur l’échiquier politique mauricien. Des relations incestueuses à l’impensable. Car, il n’y a plus de ligne de démarcation entre les partis politiques. Ils se sont tous côtoyés dans des alliances qui se sont avérées être des mésalliances. Après l’Opposition loyale du MSM en 2009, voilà une Opposition conciliante du MMM en 2014. Comme le démontre la séance parlementaire du vendredi 11 juillet. On a l’impression que Navin Ramgoolam, dans le rôle du Prince Charmant, a conquis, avec une facilité déconcertante, le cœur de ses opposants.
Maintenant que l’étape du mini-amendement à la Constitution pour proscrire l’obligation d’un candidat aux élections législatives de décliner sa communauté est franchie, à quoi doit-on s’attendre sur l’échiquier politique ?
L’adage local « ti couteau coupe gros giraumon » sied bien dans la présente conjoncture parlementaire. Le MSM et le PMSD, qualifiés comme des « petits partis » par le PTr et le MMM, ont fait bouger ces deux « grands partis » qui ont concocté l’amendement à la Constitution en vue d’éliminer l’obligation de déclarer l’appartenance ethnique lors de l’enregistrement de candidatures aux élections.
Saturday, 28 June 2014 08:30

Billet : Le MMM mis en quarantaine

Qui l’eut crû ? Un appel de Paul Bérenger pour manifester contre le gouvernement est repoussé d’un revers de la main par les partis de l’Opposition, les syndicats et les forces vives.
Véritable guerre des nerfs entre les dirigeants du PTr et ceux du MMM. Dès qu’il est sorti de son silence sur les négociations électorales, Navin Ramgoolam commence à prendre à contre-pied Paul Bérenger.
Selon nos recoupements, lors du Bureau politique, de jeudi après-midi, Paul Bérenger était déterminé à rompre les négociations avec Navin Ramgoolam. Il a exprimé son irritation face aux « zigzags » du Premier ministre.
Jeudi après-midi, quelques dirigeants du PTr ont ressenti une onde de choc en prenant connaissance de la déclaration de Paul Bérenger. À leur avis, elle ne peut que rendre furieux leur leader qui « en a horreur des lobbies et des ultimatums ».
Dans le cadre de la concrétisation de l’alliance PTr/MMM, une quinzaine de ministres ne retrouveront pas leurs maroquins. Navin Ramgoolam doit faire de la place : une douzaine aux Mauves et quelques-uns aux Rouges qui attendent leur tour depuis 2005.
L’angoisse. C’est du moins le vécu de certains travaillistes qui n’arrivent plus à dormir sur leurs deux oreilles. Il s’agit de certains élus du PTr et de certains nominés travaillistes.
Page 1 of 22

Interview Popular Articles

Google+