23 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Saturday, 31 March 2012 10:00

Monde du travail en bref

Rate this item
(0 votes)
Relations industrielles dégradées
Dans une lettre adressée au ministre  Shakeel Mohamed, Atma Shanto, principal négociateur de l’Organisation of Hotel, Private Club & Catering, a dénoncé, ce qu’il considère être une dégradation dans les relations industrielles au Blue Lagoon Beach Hotel.
Plusieurs membres de ce syndicat ont été suspendus de leurs fonctions. Ils passeront devant un comité disciplinaire incessamment. Dans la lettre, le dirigeant syndical au ministre de s’assurer qu’une personne indépendante préside ce comité disciplinaire.

SIFB : leur long combat pour leur boni
« Que l’amendement du Sugar Insurance Fund Board soit inclus dans le nouveau discours programme du gouvernement afin que les 4 600 retraités de l’industrie sucrière bénéficient enfin de leur boni de fin d’année et des compensations salariales qu’ils attendent depuis 2009. » C’est qu’a lancé le secrétaire de l’Association of Retired Workers of the sugar industry (ARWSI), Ramesh Maudhoo, au Premier ministre, Navin Ramgoolam. Il animait une conférence de presse, mardi.
Cette association se bat depuis 2009 pour les 4 600 retraités de l’industrie sucrière. Ils ont multiplié les manifestations, les rencontres avec les autorités, mais malgré les promesses, ils se retrouvent toujours à la case départ. D’où l’exaspération de Ramesh Maudhoo.

Mais il ne perd pas espoir. Il s’attend à ce que le comité tripartite donne enfin des résultats positifs. Il reconnaît que le ministre Shakeel Mohamed fait tout son possible pour les aider.
L’association des retraités de l’industrie sucrière envisage aussi une manifestation devant la Plantation House. Il avance que, selon ses renseignements, certaines industries sucrières ne contribueraient pas aux fonds du Sugar Insurance Fund Board, comme stipulé par la législation. Ce qui crée un déficit à ce fonds de pension, laisse-t-il entendre.

Assemblée générale de la FPBOU – Deepak Benydin fait une sortie contre le communalisme
Après une lutte épique, Rehana Ameer a été élue secrétaire de la Federation of Parastatal Bodies & Other Unions (FPBOU). Elle a remporté 53 voix contre 46 pour Tara Munbodh.
C’est une victoire qui a laissé un goût amer à Deepak Benydin, président de cette fédération syndicale. À l’issue de ce scrutin, il a ouvertement accusé certains dirigeants syndicaux d’avoir usé du communalisme pour essayer de faire tomber Rehana Ameer.

Poursuivant sur sa lancée, le président syndical a avancé « qu’aussi longtemps que les Mauriciens penseront en termes communal, on ne verra jamais la naissance d’une vraie nation mauricienne. « Il faut juger une personne selon ses mérites et non d’après son appartenance ethnique. »
De son côté, Rehana Ameer a avancé qu’elle va travailler dans l’intérêt de tous les travailleurs indistinctement. Soulignons que Deepak Benydin a été réélu au poste de président, et Faizal Ally Beegun au poste de trésorier.

Les étapes menant à la révision d’un Remuneration Order
Comme nous l’explique le président, depuis l’entrée en vigueur de l’Employment Relations Act, c’est le ministre du Travail qui peut demander au NRB de réviser un Remuneration Order.
Une notice est alors publiée dans trois quotidiens, invitant toutes les parties concernées (patronat, syndicats ou employés) à soumettre leurs propositions en écrit au NRB. Soulignons que les employés peuvent faire des propositions et même déposer lors des audiences publiques, s’ils ne sont pas représentés par un syndicat. C’est le président du NRB qui préside aux débats. Les parties concernées peuvent aussi se faire représenter par leurs hommes de loi. 

Suivant les audiences publiques, un comité technique est institué pour traiter des questions spécifiques nécessitant une expertise dans le secteur spécifique. Une équipe mènera des enquêtes sur les sites de travail. Après une série de réunions pour discuter entre autres sur le salaire minimal et les conditions de travail, le NRB va soumettre ses « Proposed recommendations. »

Une fois ces propositions publiées dans la presse, le patronat et les employés vont disposer de 14 jours pour faire des contre-propositions. Le NRB disposera aussi de 14 jours suivant ces contre-propositions pour publier ses recommandations finales.

Soulignons que le NRB ne dispose d’aucun pouvoir pour mettre en application ses recommandations. C’est l’Enforcement Division du ministère du Travail qui a la responsabilité de veiller à ce que les Remunerations Orders sont repectés.




Le Defi Plus

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Monde du Travail Popular Articles

Google+