17 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin

Pravin Bhutoor est un des rescapés de l’accident de la route impliquant un camion de la compagnie Constance La Gaieté et un autobus de la CNT. Ce drame, survenu le 8 septembre 2009, à Montebello, Pailles, avait fait quatre morts et 42 blessés. Ce Vacoassien demande réparation devant la Cour suprême.
Il avait puisé de ses économies pour acheter une maison en Espagne. Toolsy Beezadhur, un Mauricien établi en Grande-Bretagne, a été pris dans les filets de l’Icac pour paiement excédentaire. Son appel en Cour suprême ayant été rejeté, il devra payer une amende de Rs 10 000 sous chacune des cinq accusations retenues contre lui.
Les fuites d’eau n’ont pas été suffisantes pour épingler Air Mauritius Ltd pour négligence. La compagnie d’aviation nationale était accusée par le bureau du Travail de n’avoir pas pris les mesures nécessaires et raisonnables pour assurer la sécurité d’une de ses employées après la chute de celle-ci dans les toilettes. Mais la Cour industrielle en a décidé autrement.
Il lui a fallu mener un long combat pendant 18 ans. Mais Radika Boobun peut enfin respirer. Ayant contracté un emprunt auprès de S. S., une usurière (casseur), sa vie a tourné au cauchemar après qu’une demande a été logée en Cour suprême par l’usurière pour non paiement de dette. Aujourd’hui, elle est une femme soulagée suite à un accord conclu avec le ‘casseur’.
Une habitante de Belvédère a initié des poursuites civiles contre la Corporation Nationale de Transport (CNT). Elle lui réclame des dommages de Rs 900 000.
Chooandranath Parmanand Dwarkasingh a été débouté en Cour suprême. Il a fait une demande devant la Cour suprême pour obtenir l’étal No 16 qu’il a loué à Farad Bahadoor. L’étal se situe près de l’hôpital Jawaharlall Nehru, à Rose-Belle. Il a ainsi émis une « writ habere facisas possesionem » contre Farad Bahadoor.
Sajid Goodar, 26 ans, a bénéficié de la liberté conditionnelle, par la magistrate Niroshini Ramsoondar, siégeant en Cour intermédiaire, pour trafic d’influence.
Un habitant de Vacoas a obtenu la somme de Rs 10 000. Cela suite à un accord conclu entre une compagnie privée et lui devant la Cour civile intermédiaire. Le retraité avait poursuivi la compagnie privée pour rupture de contrat et lui réclamait des dommages de Rs 500 000.
Rishinan Chadee a été victime d’un accident de travail le 2 octobre 2012. Il est tombé d’une échelle alors qu’il procédait à des installations. Aujourd’hui, il poursuit son employeur, IBL Biotechnology (Mauritius) Ltd et la Mauritius Eagle Insurance Co Ltd. Il leur réclame conjointement des dommages de Rs 3 millions.
Ce couple de Vallée-des-Prêtres ne s’est jamais remis de la mort de sa fille. Le nourrisson est décédé après six jours. Selon le couple, elle n’aurait pas reçu le traitement approprié. L'affaire remonte à mai 2010. Aujourd’hui, les parents Rajduth et Neellam Ragoobeer traînent le ministère de la Santé et l’État en justice.
Un habitant de Roche-Bois estime que le Central Electricity Board (CEB) a fait usage d’abus d’autorité dans le but de lui extorquer de l’argent. Il demande ainsi que le Voluntary Agree­ment entre eux datant du 28 novembre 2012 soit prononcé nul et non avenu. Aussi, il réclame à la CEB des dommages de Rs 450 000 pour préjudices subis.
Seemadree Pothayya a obtenu Rs 115 000 de Short Cut To Heaven Ltd, à la suite d’un accord. Cet ébéniste avait poursuivi la compagnie au civil à la suite d’un accident de travail survenu le 20 février 2007.Il avait réclamé des dommages de Rs 478 000.

Tribunaux Popular Articles

Google+