24 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Saturday, 26 November 2011 12:00

Condamné à 42 ans de prison pour le meurtre de sa mère – Sen Chocalingum conteste le verdict

Rate this item
(0 votes)
Selon Sen Chocalingum, les meurtriers de sa mère se trouvent ailleurs. Selon Sen Chocalingum, les meurtriers de sa mère se trouvent ailleurs.
Sen Chocalingum clame toujours son innocence. Il a été condamné, le 10 octobre 2011, par la Cour d’assises, à 42 ans de prison pour le meurtre de sa mère, Daivannai Chocalingum. Il conteste le verdict en soulevant 10 points d’objection.
Par le biais de ses hommes de lois, Me Rama Valayden et l’avoué Manoj Appado, Sen Chocalingum, 53 ans, demande l’annulation de la peine de 42 ans de prison que lui a infligée la Cour d’assises. Cet homme avait été jugé coupable par une majorité de 7 à 2 jury d’avoir assassiné sa mère, née Dorasami (72 ans). Celle-ci a été retrouvée morte, le 23 février 2007, chez elle à Pamplemousses.

Sen Chocalingum a fait appel contre le jugement de la Cour d’assises. Il soulève 10 points d’objection. L'accusé soutient que le juge a eu tort lorsqu’il a rejeté la motion d’abus de procédures sur les circonstances de l’enquête menée par la police au sujet du meurtre de sa mère. Il avance que le  jury l’a jugé coupable sur les déclarations contradictoires, inconsistantes et mensongères faites par le témoin à charge, Madanlall Noyan, au cours de son procès.

Selon lui, le « summing up » du juge « is funda­mentally flawed in terms of directions, non-directions, and factual omissions thus » et cela l’a privé d’un procès équitable et est un « miscarriage of justice ». Il affirme que le juge « was wrong in his directions to the jury » sur la question d’alibi. Sen Chocalingum souligne, par ailleurs, que le juge aurait dû « withdrawn the case from the jury in the light of the medical evidence which goes against the case of the prosecution ». Il a alors fait  ressortir que sa condamnation « is unsafe » et doit être annulé.

Pour rappel, le juge Eddy Balancy avait soutenu qu’il n’y a pas de crime plus atroce que de tuer sa propre mère, celle qui lui a donné naissance. Comme l'avait avancé la poursuite, représentée par Me Raheem Tajoodeen, lors de son réquisitoire.

Sen Chocalingum avait plaidé non coupable sous la charge de meurtre retenue contre lui en Cour d’assises. Le délit a été commis, le 23 février 2007, à Pample­mousses. La mère de Sen Chocalingum, Daivannai Chocalingum, avait été retrouvée morte dans sa maison à Pamplemousses. L’enquête menée par la Major Crimes Investigation Team (MCIT) avait abouti à l’arrestation de Madanlall Noyan. Ce maçon avait dénoncé Sen Chocalingum comme étant le comman­ditaire du meurtre. Il a même déposé lors du procès.

Madanlall Noyan, purge une peine de 15 ans de prison pour sa participation pour le meurtre de Daivannai Chocalingum. Il a expliqué que Sen Chocalingum avait décidé d’en finir avec sa mère pour une histoire d’argent. Sen Chocalingum, soutient Madanlall Noyan, reprochait à sa mère de donner de l’argent à ses frères et sœurs, alors que lui, il n'en recevait pas. Il a également relaté comment Sen Chocalingum à agressé mortellement la vieille dame. De son côté, Sen Chocalingum a précisé à la Cour que le vrai meurtrier de sa mère est ailleurs.



Le Defi Plus

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Tribunaux Popular Articles

Google+