18 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Saturday, 01 December 2012 12:00

En Cour intermédiaire – Dommages réclamés au Domaine des 7 Vallées

Rate this item
(0 votes)
Pour le plaignant, les choses ne se sont pas passées comme prévu au Domaine des 7 Vallées. Pour le plaignant, les choses ne se sont pas passées comme prévu au Domaine des 7 Vallées.
Thierry Galarme s'était rendu, le 11 avril 2011, au Domaine des 7 Vallées pour chasser le cerf. Mais, les choses ne se sont pas passées comme prévu. Selon lui, il n’a ni tué de cerf, ni blessé un animal. Il poursuit ce Domaine en Cour intermédiaire.
Dans sa plainte rédigée par l’avoué Georges Ng Wong Hing, Thierry Galarme fait le récit de son histoire. Il explique s'être fait enregistré par courrier électronique pour une journée de chasse au Domaine du Chasseur. Le rendez-vous était fixé pour le 11 avril 2011. Il dira qu'il s'y était rendu en compagnie de son épouse. Un des préposés du domaine les accompagnait pour la chasse.

Selon lui, l'employé ne serait pas qualifié. Il n'aurait pas été à la hauteur de la tâche qui lui revenait et ne lui aurait pas fourni les explications relatives aux précautions à prendre pour la chasse. Le plaignant dira qu’il s’est blessé avec son fusil de chasse à l'arcade sourcilière.

Thierry Galarme reproche donc à la direction du Domaine des 7 Vallées Cie Ltée le fait de ne pas avoir délégué un employé qualifié pour l'accompagner à la chasse. Le directeur général, Alain O’Reilly, l'aurait ensuite accompagné, ajoute le plaignant. Il poursuit que, durant la sortie, on lui a indiqué quatre groupes de cerfs de la catégorie 'Médaille d'or', selon le directeur général du Domaine. Cela malgré le fait qu'il chassait pour la première fois.

Le plaignant ajoute que le directeur général lui a alors ordonné de faire feu en direction de ce groupe de cerfs. Il s'est exécuté. Les bêtes, selon lui, ont alors pris la fuite. Il est catégorique sur le fait que son tir n’a touché aucune cible.

Thierry Galarme soutient qu’on lui a dit qu’il avait touché un cerf d'une valeur de 5 500 euros et qu'on lui a également réclamé la somme de 600 euros pour les frais du taxidermiste. Pour avoir fait feu sur un daguet, il devrait aussi débourser 700 euros.

Le plaignant affirme que le Domaine des 7 Vallées Cie Ltée lui a demandé de payer une somme totale de 6 702 euros, mais qu’il a refusé. Il dira vouloir la preuve d'avoir blessé le cerf. Cependant, selon lui, le Domaine des 7 Vallées Cie Ltée n'a pu lui fournir cette preuve.

Thierry Galarme ajoute avoir fait confiance au Domaine des 7 Vallées Cie Ltée qui lui avait dit qu’il avait blessé l’animal tombant dans la catégorie 'Médaille d’Or'. Il affirme qu'on lui a promis de lui envoyer par courrier électronique une photo de l’animal. Il déclare avoir payé la somme de 6 702 euros au Domaine des 7 Vallées Cie Ltée.

Toutefois, le plaignant dit n’avoir jamais reçu de photo en dépit des promesses faites par la direction du Domaine des 7 Vallées Cie Ltée et soutient qu'il a l’impression de ne pas avoir touché l’animal lorsqu'il avait fait feu. Pour lui, le Domaine des 7 Vallées Cie Ltée doit lui rembourser la somme de 6702 euros et aussi de lui verser des dommages de Rs 200 000.

Alain O’Reilly, le directeur général du Domaine des 7 Vallées Cie Ltée, soutient que « c’est une histoire bidon ». Il explique que Thierry Galarme a chassé et a blessé un cerf qu’il qualifie de bel animal. Il affirme aussi que le plaignant a payé pour la chasse.  

Alain O’Reilly se défend
« Nous lui avons montré l’animal blessé, qui saignait abondamment. Ensuite, nous avons naturalisé l’animal qui se trouve toujours à mon bureau. On attend qu’il vienne le prendre. C’est un beau trophée, car en 30 ans, nous n’avons pas chassé un tel animal. Cependant, il n’a pas payé le frais du 'freight' », explique-t-il. Il compte se défendre dans le procès que lui intente Thierry Galarme devant la Cour intermédiaire. Il a retenu les services de Me Gavin Glover, Senior Counsel.

Alain O’Reilly affirme aussi que toutes les procédures ont été respectées. « Nous n’avons rien à nous reprocher. C’est la première fois que nous faisons face à une histoire pareille. Nous avons une réputation que nous comptons défendre. J’envisage de contre-attaquer en le poursuivant également devant la justice », précise le DG du Domaine. Il dément aussi le fait qu’un de ses employés qui avait accompagné Thierry Galarme était ivre. « Ce jour-là, je l’avais moi-même accompagné », réfute-t-il



Le Defi Plus

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Tribunaux Popular Articles

Google+