17 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Saturday, 28 January 2012 10:00

Escroquerie - Trois ans de prison à Muhammad Hussein Afraan Bin Siddiqui

Rate this item
(2 votes)
Muhammad Hussein Afraan Bin Siddiqui est accusé d’escroquerie. Muhammad Hussein Afraan Bin Siddiqui est accusé d’escroquerie.
Muhammad Hussein Afraan Bin Siddiqui fait de nouveau parler de lui. Il a été, cette fois-ci, condamné à trois ans de servitude pénale par le magistrat Vijay Appadoo, siégeant en Cour intermédiaire. En outre, il a écopé d’une amende de Rs 20 000 pour avoir voulu recruter des travailleurs sans le permis approprié.
Sous la première charge, Muham­mad Hussein Afraan Bin Siddiqui, habitant Bois-Chéri, répondait devant la Cour intermédiaire d’une accusation d’escroquerie. Il lui est reproché d’avoir arnaqué la somme de Rs 175 000 au préjudice d’un habitant de Midlands, âgé de 37 ans. Sous la deuxième charge, il faisait objet d’une accusation de « recruiting worker without licence ». Il était poursuivi en violation des articles 3 (1) (a) et 10 (b) de la « Recruitment of Workers Act ». Les délits ont été commis entre le mois d’avril et mai 2010 à Midlands. L’accusé a plaidé coupable.

Au début de l’année 2010, l’habitant de Midlands fait la rencontre d’un dénommé A.K. Il lui signifie alors son intention de travailler à l’étranger. Après leur rencontre, il fait la connaissance de Muhammad Hussein Afraan Bin Siddiqui qui lui est présenté comme un agent recruteur. A.K lui dira que Muhammad Hussein Afraan Bin Siddiqui pouvait l'aider dans sa démarche pour obtenir un emploi à l’étranger. Au cours de leur conversation, l’accusé lui a alors fait croire qu’il fera le nécessaire pour lui.

Convaincu par ces propos, la victime rencontre l’accusé et lui remet une somme Rs 175 000 en deux tranches. Ayant payé pour ses démarches, la victime attend l'aboutissement des démarches, en vain. Elle n'obtiendra ni travail à l'étranger, ni le remboursement de son argent.  Compre­nant la supercherie, l’habitant de Midlands porte plainte contre Muhammad Hussein Afraan Bin Siddiqui. Ce dernier est arrêté.

Bigamie
Muhammad Hussein Afraan Bin Siddiqui est aussi reproché d’avoir recruté le dénommé A.K pour le compte d’une compagnie privée, alors qu’il n'a pas de permis d'agent recruteur.

Il ressort qu’après son arrestation, Muhammad Hussein Afraan Bin Siddiqui a collaboré avec la police. La poursuite a, par ailleurs, produit ses antécédents. Dans son jugement, le magistrat Vijay Appadoo fait ressortir avoir pris en considération les circonstances entourant cette affaire. Il précise que l’accusé a prétendu qu’il pouvait faire le nécessaire pour que la victime puisse se rendre à l’étranger pour y travailler. Cela dans le but de lui subtiliser une somme conséquente. Pour lui, il est d’avis qu’une peine d’emprisonnement est amplement justifiée en la circonstance.

Muhammad Hussein Afraan Bin Siddiqui avait défrayé la chronique en 2001 pour une affaire de bigamie. Dans ce cas, le couperet est tombé, l’an dernier. Il avait écopé de quatre ans de servitude pénale par la Cour intermédiaire après avoir plaidé coupable sous la charge. L'accusé avait changé de nom après un premier mariage dans le but d’épouser une autre femme. Mais, Muhammad Hussein Afraan Bin Siddiqui, connu auparavant sous le nom de Mahendra Raj Radhakissen, avait été vite balancé par sa première femme.

En outre, Muhammad Hussein Afraan Bin Siddiqui, est aussi connu dans le milieu de la police pour des délits d’escroquerie...




Le Defi Plus

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Tribunaux Popular Articles

Google+