18 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Kervin Victor

Kervin Victor

Le gouvernement s’est fixé comme objectif, de transformer Maurice en un pays à haut revenu dans un futur pas trop lointain. Une transformation qui passe par une croissance économique élevée et soutenue.
Pour les trois premiers mois de l’année 2014, l’indice Semdex a perdu 0,2 %, comparativement à la même période l’an dernier.
Le centre financier mauricien est une fois de plus cité dans une affaire de « round-tripping » en Inde. Le Securities and Exchange Board of India (SEBI) enquête actuellement sur une liste de cinq entreprises qui auraient utilisé Maurice à mauvais escient.
Le Mauritius Africa Business Club vient d’organiser un atelier de travail sur l’inves­tissement mauricien en Afrique.
Que se passerait-il si le centre financier mauricien, malgré ses paramètres de sécurité fiscale, n’arrive plus à convaincre les investisseurs ?
À combien s’élève le déficit budgétaire de Maurice ? Alors que le ministre des Finances avait annoncé, lors de la présentation budgétaire 2014, que le taux pour 2013 était de 3,7 %, Ki Cheong Li Kwong Wing, responsable du dossier économique du MMM, est d’avis que ce taux n’est qu’une sous-enchère.
Malgré la récente baisse de l’estimation du prix à être payé aux producteurs sucriers pour la récolte 2013, le Syndicat des Sucres (SDS) reste optimiste quant aux perspectives qu’offriront les marchés sucriers à moyen et à long termes, affirme son Chief Executive Officer (CEO), Jean-Noël Humbert.
L’indice Semdex a gagné 1,9 % à la clôture vendredi dernier, remontant ainsi à 2 102,08 points. L’indice renverse ainsi la tendance baissière de ces dernières semaines, et est en croissance de 0,3 % depuis le début de l’année.
Le nombre d’unités de logement tombant sous les projets d’Integrated Resort Scheme (IRS) et de Residential Estate Scheme (RES) se monte à 1122, selon les données du Board of Investment (BoI).
Les réserves brutes du pays ont atteint Rs 112 milliards à la fin de mars 2014, selon les chiffres provisionnels de la Banque de Maurice (BoM). Ce qui représente environ 5 à 6 mois d’importations, soit 170 jours de réserves.
Page 1 of 101

Le Defi Plus Popular Articles

Google+