03 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Thursday, 21 June 2012 12:00

Nouvelles technologies - L’ICT Academy enfin sur la rampe de lancement

Rate this item
(0 votes)
Il en est question depuis 2004. Bien que l’industrie mauricienne des Technologies de l’Information et de la Communication (Tic) souffre d’un manque de main-d’œuvre aigu depuis des années, l’ICT Academy n’a pas encore vu le jour.
Le coup de départ devrait être donné dans un mois, au plus tard.

C’est du moins ce que l’on affirme au ministère des Tic. Nouveau et énième date butoir donc. « L’ICT Academy aura un champ d’action beaucoup plus large. Nous avons aussi tardé un peu avec les négociations avec Oracle et Microsoft, mais maintenant c’est bon », déclare un proche du dossier. « Ils ont développé un Work Force Development Programme qui répondra aux attentes du secteur et qui sera, grâce à son prix abordable, ouvert à tout le monde », ajoute encore ce dernier.

Au ministère, l’on veut maintenant aller vite avec cette nouvelle école de formation qui sera localisée à Ébène, à la cybercité. L’ambition est de former 15 000 personnes durant les trois prochaines années. Il va falloir avancer vite. « Nous aurions pu commencer avant, mais nous voulions proposer quelque chose de vraiment innovant et qui répond au mieux aux attentes », avance encore cet initié au projet. Reste que la dernière tentative d’ouvrir l’académie était en septembre dernier peu après la nomination de Vedna Essoo à la présidence de l’institution. Pour une raison ou pour une autre, cela n’avait pu se faire.

Il ressort aussi que le secteur prive a émis le souhait d'être actionnaire dans l’ICT Academy, ce qui est venu, une fois de plus, retarder le processus. Chose que le gouvernement a acceptée, comme l’a expliqué le ministre de tutelle, Tassarajen Pillay Chedumbrum, au Parlement, le 29 mai dernier.

« L’accord du gouvernement avait été obtenu en juillet 2011 pour la mise sur pied d’une compagnie appartenant au GM pour piloter cette académie afin de résoudre le problème aigu de 'mismatch' et le manque de professionnels qui gênent le développement du secteur. (…) L’industrie a exprimé l’intérêt de participer au projet et non seulement en termes de recrutement de personnes à être formées mais aussi par rapport à l’actionnariat », devait-il affirmer.

Initialement, le gouvernement devait détenir 52 % des actions et State Informatics Ltd, entreprise d’État, le reste. Il a fallu huit mois au gouvernement pour donner son accord pour pouvoir ouvrir l’actionnariat aussi à la Mauritius IT Industry Association (MITIA), l’Outsourcing and Telecommunications Association of Mauritius (OTAM), la Chambre de commerce et d’industrie et Orange, Emtel et MTML.

Sommes-nous finalement sur le point de voir l’aboutissement de ce projet attendu depuis tellement longtemps ? Ce qui est sûr, c’est que l’ICT Academy est passée entre les mains de quatre ministres, à commencer par Pradeep Jeeha, suivi d’Étienne Sinatambou, Asraf Dulull et finalement Tassarajen Pillay Chedumbrum.



Patrick Hilbert

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Actualités Popular Articles

Google+