31 July 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Thursday, 18 October 2012 10:00

Décès d’Anand Kumar Ramdhony en cellule policière – Le détenu Bigaignon dit avoir entendu des coups Featured

Rate this item
(1 Vote)
 Anand Kumar Ramdhony avait été arrêté dans  le cadre de l’enquête sur le vol d’une montre. Anand Kumar Ramdhony avait été arrêté dans le cadre de l’enquête sur le vol d’une montre.
Révélation de taille dans le cadre de l’enquête judiciaire sur le décès d’Anand Kumar Ramdhony en cellule policière. Deux détenus ont indiqué que les cellules du poste de police de Rivière-du-Rempart n’étaient pas cadenassées. L’un d’eux dit avoir entendu des coups avant la découverte du cadavre.
Quatre des six détenus, qui avaient occupé les cellules du poste de police de Rivière-du-Rempart, dans la nuit du 29 au 30 juillet, ont témoigné mercredi devant la magis­trate Shefali Ganoo au tribunal de Mapou. Si la plupart d’entre eux étaient plongés dans un profond sommeil cette nuit-là, le détenu Jacques Désiré Laval Bigai­g­non dit avoir entendu des bruits « inexpliqués ».

Anand Kumar Ramdhony avait été retrouvé mort dans sa cellule au poste de police de Rivière-du-Rempart le 30 juillet 2011. Le Directeur des pour­suites publiques (DPP) a institué une enquête judiciaire au tribunal pour faire la lumière sur ce décès. La victime avait été arrêtée dans le cadre de l’enquête concernant le vol d’une montre appartenant à Marie-France Bigaignon, l’épouse de Jacques Désiré Laval Bigaignon.

Jacques Désiré Laval Bigaignon a indiqué qu’il s’est entretenu avec Anand Kumar Ramdhony le 29 juillet 2011. Ils se sont partagé leur nourriture. « J’étais dans la cellule No 1, alors que lui occupait la cellule No 2, qui était à côté. Nou ti pe cozé rié ensam. Nou ti pe compte zur pou nou sorti », a-t-il déclaré.

Cellules pas cadenassées
Il a ajouté que vers deux heures du matin, Anand Kumar Ramdhony lui a demandé d’aller chercher des cigarettes avant de se rendre aux toilettes. Jacques Désiré Laval Bigaignon a expliqué que les deux cellules n’étaient pas cadenassées. Ils pouvaient circuler librement. Il y avait toutefois une « grande porte » qu’ils ne pouvaient franchir, celle-ci étant cadenassée.

Jacques Désiré Laval Bigaignon ajoute qu’il a entendu des coups « provenant du côté de la grande porte » aux alentours de quatre heures du matin. Quelques instants plus tard, il aurait entendu d’autres bruits. Il a déduit que les policiers cadenassaient la porte des cellules. « Apre enn moment, mo tane cadenas pe peser dans cell ». Ce sont finalement les cris d’un policier qui ont réveillé Jacques Désiré Laval Bigaignon. Il affirme que c’est à ce moment qu’il a appris le décès d’Anand Kumar Ramdhony.

La magistrate Shefali Ganoo a également entendu la version de Logeedassen Karuppanan, un chauffeur de taxi de 31 ans habitant Poudre d’Or Village.

« J’étais dans la cellule No 4 », a-t-il fait ressortir. Il a ajouté avoir aperçu Anand Kumar Ramdhony vers 22 heures. « Il se portait bien », dit-il ajoutant avoir appris le décès d’Anand Kumar Ramdhony le matin. Le témoin a précisé n’avoir rien entendu.

Deux autres détenus, nommément Jeetendra Kumar Chitikana Mootialoo et Laval Jocelyn Sylvio Ramtanon, diront aussi n’avoir rien entendu.

Marie-France Bigaignon a elle aussi témoigné. Elle a confirmé qu’elle avait dénoncé son mari à la police après avoir remarqué que sa montre avait disparu.

L’enquête judiciaire a été ajournée au 30 novem­bre 2012. Les représentants du Parquet, Mes Abdool Raheem Tajoodeen et Ashwina Joree, procéderont à l’audition de l’adjoint au Commissaire de Police Tangavel Seerunghen. Me Viren Ramchurn, dont les services ont été retenus par la famille Ramdhony, assiste aussi au déroulement des travaux.



Last modified on Thursday, 18 October 2012 08:41
Nilen Kattany

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus
Actualités

Actualités Popular Articles

Google+