19 December 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Friday, 28 December 2012 10:24

À la biscuiterie Subana – Salaires et boni impayés aux employés

Rate this item
(0 votes)
Le 31 décembre sera une date déterminante pour les employés de la biscuiterie Subana. C'est le deadline qu'ils ont accordé aux directeurs pour être payés. Au cas contraire, le ministère du Travail entamera des poursuites légales contre la compagnie, après que les employés porteront plainte sous la section 46 de l'Employment's Rights Act pour ce qui est de la compensation qui leur serait due.
Toutes les dettes de cette biscuiterie ne sont pas encore évaluées. Mises à part les Rs 35 millions qu'elle devrait à la Mauritius Commercial Bank Ltd, la Mauritius Revenue Authority et les fournisseurs, sans compter les trois mois de salaire des 90 employés, ainsi que leur boni de fin d'année et le temps de service est à venir, si la compagnie ferme ses portes !

Les directeurs étaient attendus, mercredi dernier, au ministère du Travail, pour une réunion avec les employés, la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé et les officiers du ministère concerné. Or, ils ne s’y sont pas montrés. Pour Jane Ragoo, membre du Collectif, « les directeurs se sont montrés encore une fois irrespectueux. Cependant, les employés attendront le 31 décembre avant d’entamer des poursuites contre la compagnie pour non-paiement de trois mois de salaire et de boni de fin d’année » fait-elle ressortir. Celle-ci sera poursuivie pour n'avoir pas payé trois mois de salaires à ses employés, en sus du boni de fin d'année.

De son côté, Noopnarain Sookye, ancien managing director de Subana, fait le point : « Les négociations sont toujours en cours avec Sky Investments Holdings Ltd, afin de sauver la biscuiterie. Mais pour l'instant, rien n'est encore officiel sur la reprise. Donc, pour l’heure, c’est le statu quo autour de ce dossier. Nous sommes impuissants. Subana n'a actuellement pas d'argent pour alléger la peine de ses 90 employés. La compagnie n'aura pas le choix que d'accepter d'être poursuivie par les employés et le ministère du Travail ».

Pour sa part, Sharada Baichoo, une des quatre familles directrices de Subana, ajoute que « le dossier reste confidentiel entre les acteurs engagés. Il va falloir attendre l'année prochaine pour se replonger dans le dossier. Pour l'instant, je préfère me reposer et me concentrer sur les préparations des fêtes de fin d'année. »

Me Dev Ramano: « Les employés risquent d'être laissés-pour-compte »
Dire que la biscuiterie va fermer ses portes est encore prématuré. Toutefois, l’avocat Dev Ramano a voulu attirer l'attention sur un point important concernant la compensation des employés si la biscuiterie met la clé sous le paillasson. « Si la compagnie va sous 'Receivership', les créanciers seront prioritaires à l'heure où les biens seront vendus pour rembourser les dettes. Les employés risquent d'être laissés-pour-compte et ne pas recevoir un sou. La loi devrait être amendée de façon à ce que les employés deviennent prioritaires en matière de remboursement. Le facteur humain devrait être considéré dans de tels cas. »

Javed Sobah

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus