20 December 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Wednesday, 09 January 2013 11:46

Pravind Jugnauth : « Je sais qui veut ma peau » Featured

Rate this item
(6 votes)
Même s’il sait qui veut lui faire du tort, Pravind Jugnauth n’a fourni aucun détail au sujet de sa source, ni n’a mentionné de nom au Central Criminal Investigation Department (CCID). Quand Le Défi Quotidien lui a demandé s’il connaît l’identité de celui qui aurait ourdi le complot d’assassinat, il a répondu : « Je sais qui veut ma peau. » Ainsi des patrouilles policières régulières, selon nos recoupements, seront effectuées dans les environs  du domicile du leader du MSM, à Vacoas. C’est en compagnie de son homme de loi, Me Roshi Badhain, que le leader du MSM s’est pointé au CCID, mardi à 14 h 30, et a fait de graves allégations.
« Ena bann zafer troublan lor ban zafer ki kapav fer mwa dimal, ena mem attempt to life »,a-t-il lancé à sa sortie du CCID. Il espère que la police va agir rapidement. Pravind Jugnauth dit craindre pour sa vie. Ce, après avoir eu vent, le même jour, d’un complot d’assassinat contre sa personne. D’après les « infor­ma­tions fiables » de Pravind Jugnauth, cela aurait un lien avec la déposition qu’il a consignée le jeudi 3 janvier.

Convoqué suite à une plainte de Sheila Bappoo, ministre de la Sécurité sociale, Pravind Jugnauth a mentionné dans sa déposition le nom de deux ministres rouges ; alors qu’il abordait le volet des allégations de pédophile au MITD. L’affaire Nandanee était un autre volet de sa déposition. Après avoir consigné cette mesure préventive, le CCID, mené par les ACP Vudamallay et Jangi, transmettra le dossier à la Criminal Investigation Division (CID) de Vacoas, étant donné que ce sont des brigades criminelles régionales qui sont appelées à traiter de tels cas.

Last modified on Wednesday, 09 January 2013 11:47
Irfaad Olitte

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus