20 April 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Thursday, 10 January 2013 10:00

Exportations de singes – Une stabilisation en 2013 avant une reprise en 2014 Featured

Rate this item
(2 votes)
Les exportations de singes sont en baisse ces dernières années. Les revenus pour les neuf premiers mois de l'année 2012 (Rs 385 M) ont accusé une baisse de 17,4 % par rapport à la même période en 2011 (Rs 466 M) et de 38 % par rapport à la période correspondante en 2010 (Rs 618 M), selon les chiffres de Statistics Mauritius.
Si l'année faste pour les exportations de singes reste 2008 avec des revenus de Rs 949,5 M pour 8 407 animaux exportés, les revenus provenant de l'exportation de singes pour la recherche médicale n'ont pas cessé de diminuer. En 2011, ils accusent ainsi une baisse de 36 % par rapport à 2008, avec des revenus de Rs 609,1 M contre Rs 949,5 M, avec 6 002 et 8 407 singes respectivement. Le revenu unitaire la plus forte ayant été en 2009, soit Rs 124 124.

La CBA reste cependant assez confiante pour 2013 et l'avenir de ce secteur à Maurice. « Nous antici­pons une année 2013 plutôt stable et une reprise à partir de 2014. Ce secteur a de l’avenir. La recherche a besoin de nos singes à l’international », indique Owen Griffiths. Avant d'ajouter : « Nous comp­tons beaucoup sur la mise en place de la 'Preclinical Act' au niveau local. Cette loi permettra le développe­ment de la recherche préclinique à Maurice. Un secteur à forte valeur ajoutée et générateur d’emplois, donc bénéfique à tous les Mauriciens. »

À Maurice, en sus des reve­nus de l'ordre de $ 750 250 (Rs 22,5 M), à raison d'une taxe de $ 125 par animal exporté, comme l'explique Owen Grif­fiths; l'industrie représente, selon la CBA,  un peu plus de 600 emplois directs et probablement plus du double en emplois indirects (agricul­teurs, menuisiers, maçons, électriciens, chauffeurs, chimistes, etc.). Sur la base de $ 125 par singe exporté, les exportations auraient ainsi contribué Rs 200,9 M aux caisses de l'État.

À cela, il faut également ajouter environ Rs 355 M pour la nourriture pour les quelque 35 000 singes en captivité. Une nourriture fournie principalement par Meaders Feeds Ltd et Livestock Feed Ltd (FAIL) qui se partagent le marché mauricien. À noter qu'une tonne de nourriture pour primate se vend entre Rs 20 000 et Rs 32 000.
 
L'avenir du secteur
L'utilisation de singes dans la recherche biomédicale et le développement de nouveaux médicaments, indique Owen Griffiths, est non seulement indispen­sable, mais est exigée par la loi dans la plupart des économies avancées.

Alors que le ralentissement de l'industrie de la recherche et des médicaments est lié, en grande partie, à des questions économiques, les éleveurs de primates à Maurice restent confiants que la demande pour les macaques mauriciens continuera, compte tenu des normes de protection et la qualité élevée des animaux.

Néanmoins, souligne le président de la CBA, cette industrie fait face à de nombreux challenges. On peut citer une surproduction en Asie, qui favorise la baisse des prix, et un niveau de stock important aux États-Unis qui réduit les achats à court terme. Il y a aussi une taxation excessive à l’exportation au départ de Maurice qui affecte la compétitivité du modèle mauricien.

À la question de savoir si les exportations de singes mauriciens ont été affectées par les campagnes des ONG luttant contre l'utilisation des singes pour la recherche, la CBA indique que : « La réduction des exportations de singes de Maurice au cours des dernières années n'a que peu ou rien à voir avec les 'extrémistes' des droits des animaux. »

« Au contraire, soutient Owen Griffiths, il est essentiellement lié aux questions économiques, fiscales et une réduction générale de la demande liée à la crise financière mondiale. Les compagnies pharmaceutiques n'en sont pas à l'abri. Au cours des dernières années, celles-ci ont réduit les dépenses octroyées à la recherche et au développement. L'accent a été mis sur les essais sur les humains, car ce sont ces médicaments qui sont commercialisés avant. Mais à un stade ultérieur, ils devront, de nouveau, se concentrer sur des études précliniques sur des animaux. »

Le marché mondial
Les principaux pays producteurs sont la Chine, le Vietnam, le Cambodge, le Laos, l'Indonésie et les Philippines. À cela, il faut ajouter les pays comme Maurice, Saint-Kitts, Barbade. La production mondiale est plus de 100 000 progénitures par an. À cela s'ajoute la production dans les pays utilisateurs comme les USA, le Japon, Singapour, Israël, etc., qui produisent collectivement environ 10 000 progénitures chaque année. Cela pour une demande globale d'environ 50 000 (toutes espèces de singes incluses).

L'importation de primates aux États-Unis en 2011
  • 18 799 primates importés aux États-Unis (-16 % par rapport à 2010)
  • 16 441 macaques à longue queue importés - 75 % du nombre total (-18 % par rapport à 2010)
  • 1822 macaques rhésus importés – 15 % du nombre total  (- 1 % par rapport à 2010)
  • 378 singes verts importés
Sur les 16 441 macaques à longue queue importés aux États-Unis en 2011, 12 605 provenaient de Chine (67 %), 3168 provenaient de Maurice (17 %) et 990 du Cambodge.

Traitements et vaccins rendus possibles grâce à la recherche sur des singes
Le VIH-Sida (prophylaxie et vaccin), la poliomyélite, la tuberculose, le paludisme, la fièvre Ebola, le chikungunya, la rubéole, la rougeole, le diabète, la fièvre jaune, le cancer du sein, la fibrose kystique, les maladies cardiaques, l'hépatite B, l'hépatite E, la schistosomiase, l'ostéoporose et la maladie parodontale, entre autres.

Les traitements pour les troubles neurologiques (par exemple, accident vasculaire cérébral) et les maladies dégénératives (Parkinson, par exemple).

Traitements pour les maladies psychologiques (antidépresseurs) ainsi que le traitement des troubles sanguins, tels que l'hémophilie et le 'matching' des divers types de sang pour les transfusions (le système rhésus positif et rhésus négatif).

Avancées chirurgicales : Anesthésie et transplantation des organes / tissus, imagerie médicale : imagerie par résonance magnétique (IRM), maladies de la reproduction, des troubles et de l'assistance: FIV, Endomitriosis, support de vie pour les bébés prématurés.



Last modified on Thursday, 10 January 2013 12:32
Daniel Chan

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus
Actualités

Actualités Popular Articles

Google+