03 September 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Monday, 21 January 2013 11:15

Permis à points – Quand le doute persiste...

Rate this item
(2 votes)
Les automobilistes sont appelés à partir d’aujourd’hui à récupérer leur Driving Licence Counterpart (DLC) dans les postes de police. Si les choses se précisent et que les autorités veulent mettre en vigueur au plus vite cette mesure, les conducteurs ne sont, eux, pas forcément prêts.
Outre la contravention, très prochainement, des points seront alloués aux automobi­listes à chaque faute commise sur la route. Une fois la limite de 15 points atteinte, le chauffeur se verra retirer son permis de conduire. Cette loi a été votée en juillet dernier, mais ne sera effective qu’à partir d’avril prochain. Son entrée en vigueur fait beaucoup parler. Ceci dit, les Mauriciens ne sont pas forcément au courant de ce qui les attend.

Le permis à points est une vague alerte pour certains. « Je ne maîtrise pas tout cela encore. D’ailleurs, je n’ai pas vraiment suivi l’évolution. J’ai appris d’un mail que font circuler mes collègues qu’on devra récupé­rer le DLC entre février et mars. En toute franchise, je ne sais pas encore combien de points sont enlevés pour tel ou tel délit… J’attends à ce que les choses prennent forme vraiment et, avec le temps, je vais m’y habituer. Mais c’est une très bonne chose le permis à points », soutient Yanis Husson, cadre et détenteur d’un permis de conduire.

Ce qui n’est pas au goût de tout le monde. Arvin Napaul, employé du secteur privé, pense que Maurice n’aurait pas dû adopter ce système. « Cela doit être un bon moyen de nous soutirer de l’argent… Je suis perplexe… Et je ne crois pas que cela permettra de vraiment diminuer les délits. Ça va plutôt créer une frustration du côté des chauffeurs », dit ce jeune homme.

Béatrice Latreille, pour sa part, dit avoir écouté à la radio et pense que c’est une très bonne initiative. « Les gens seraient plus prudents au volant avec l’introduc­tion du permis à points. Ceci dit, j’avoue n’avoir pas tout compris encore. Je sais qu’on nous enlève les points en fonction de l’offense. Toutefois, lorsqu’il sera en vigueur, cela devrait être plus facile de savoir ce qu’il implique », explique cette conductrice. Mais Maurice est elle prête pour cela ? Dev Nathoo, de la Traffic Manage­ment Road Safety Unit, en a parlé sur Radio Plus. « Il y a plusieurs choses à mettre en place comme le “penalty point management sys­tem” à la Ttraffic Branch. Il y a aussi la distribu­tion du Driving Licence Counterpart (DLC). »


Mais qu’en sera-t-il vraiment ? L’inspecteur Mohit Ramah, de la Traffic Branch, nous explique que « le système qui sera introduit à Maurice sera un système cumulatif. Cela veut dire qu’une personne débutera avec le comp­teur à zéro. Au fur et à mesure qu’il commettra des infractions, son compteur augmentera. » Il faut souligner que le seuil maximal est de 15 points. Celui qui détient un learner aura un maximum de 10 points. L’inspecteur explique également que lorsque la limite est atteinte, le conducteur se verra suspendre son permis pour une période de six mois au minimum. « C'est la Cour qui décidera de la durée de cette suspension », affirme-t-il.

Après la suspension, le conducteur devra se rendre à la Traffic Branch pour une nouvelle demande, contre paiement. À la première suspension, il n'aura pas à repasser son permis. Mais si ce dernier récidive, son permis sera annulé. Ainsi, après la période de suspen­sion, le conducteur devra faire une demande pour un autre permis et tout recommencer à zéro.

Permis à points en France…
Vingt ans après sa mise en place, le 1er juillet 1992, le permis à points continue à rassembler contre lui des détracteurs virulents. Alors que la Sécurité routière dressait, en avril 2010, un bilan extrêmement encourageant du dispositif, ce dernier a été hissé par nombre d'associations de défense des automobilistes en symbole des "politiques répressives" des gouvernements successifs en matière de sécurité routière, aux côtés des radars automatiques et des limitations de vitesse considérées comme abusives.

En introduction du bilan 2010 du permis à points, la Sécurité routière compare la courbe descendante de la mortalité routière à la courbe ascendante du nombre de points retirés. « Depuis son instauration, en 1992, le système du permis à points a contribué à réduire de plus de moitié, le nombre de personnes tuées sur les routes de France », peut-on lire dans ce document. C'est pourquoi, considérant que des gens continuent de mourir tous les ans sur les routes, « le permis à points est indispensable à la poursuite de la lutte contre l'insécurité routière », ajoutent les rédacteurs de ce rapport.

Une corrélation qui ne parvient pas à convaincre les associations de défense des automobilistes, pour qui le "tout répressif" symbolisé par le retrait automatique de points en fonction des infractions définies par le code de la route n'est pas un facteur déterminant de la baisse constante de la mortalité sur les routes.

Source : lemonde.fr




Last modified on Monday, 21 January 2013 11:20
Ursula Lareine

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Actualités Popular Articles

Google+