23 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Wednesday, 23 January 2013 10:00

À la prison de Beau-Bassin –Antoine Chetty a commis 34 entorses

Rate this item
(1 Vote)
Le comportement du « star witness » de la police n’a pas été sans reproche à la prison. Le comportement du « star witness » de la police n’a pas été sans reproche à la prison.
Gooroonada Soobrayen, officier de la Prison centrale, a affirmé mardi en Cour intermédiaire qu'Antoine Chetty a commis 34 entorses aux règlements depuis son incarcération, le 16 juin 2004. Il témoignait lors du procès que le DPP intente à Vinay Deelchand, Moonsamy Mooraghen et Raj Dayal.
Il avait fait des « révélations » à la police en 2004 après son arrestation pour trafic de drogue. Antoine Chetty avait indiqué que les trois prévenus s'étaient rencontrés à la Special Mobile Force (SMF) à Vacoas, où ils avaient ourdi un complot pour nuire à Satish Nundlall. Et d'ajouter avoir été présent à cette réunion et que celle-ci s’était tenue dans une « restricted zone ». Vinay Deelchand, Moonsamy Mooraghen et Raj Dayal ont plaidé non coupable dans ce procès.

Me Jacques Panglose, avocat de Vinay Deelchand et de Moonsamy Mooraghen, a interrogé Gooroonada Soobrayen, lors de l’audience de mardi. Le Senior Prison Officer a précisé qu’Antoine Chetty a été incarcéré à la prison de Beau-Bassin le 16 juin 2004 et qu’il a violé les règlements à plusieurs reprises. Selon Gooroonada Soobrayen, Antoine Chetty a commis 34 entorses aux règlements. Celui-ci a été trouvé en possession de téléphones cellulaires, de cartes SIM et de batteries, alors que les règlements de la prison stipulent que la possession de tels objets est interdite.

Gooroonada Soobrayen, répondant à une question de Me Jacques Panglose, a ajouté qu’Antoine Chetty ne jouit d’aucun privilège à la prison de Beau-Bassin : « Il est traité comme tous les autres prisonniers. »

Dushant Reesaul, ex-commandant de la SMF – qui a pris sa retraite comme adjoint au Commissaire de Police (DCP) –, a été appelé à la barre des témoins. Il a été confronté à une déposition qu’il avait consignée à la police le 24 février 2006 et dans laquelle il avait fait état d’une conférence qui s’est tenue le 11 octobre 1994 aux Casernes centrales, Port-Louis. C’était la première conférence animée par Raj Dayal en sa capacité de Commissaire de Police (CP).

L’ex-commandant de la SMF a ajouté qu’il y a plusieurs sentinelles à la SMF et que n’importe qui ne peut avoir accès à des « restricted zones ». Me Jagganaden Muneesamy, avocat de la poursuite, a alors demandé à Dushant Reesaul s’il pouvait donner des ordres à une sentinelle. « Je peux le faire, mais je dois respecter certains paramètres. Même le CP peut le faire à condition de ne pas dépasser les paramètres », a répondu le policier à la retraite.

Outre ces deux témoins, Moonsamy Mooraghen (voir plus loin) a lui aussi témoigné sous serment en Cour. Me Sanjeev Teeluckdharry, avocat de Raj Dayal, a réservé son contre-interrogatoire. L’audience a été ajournée à mercredi.

Moonsamy Mooraghen : « Il avait agressé le notaire Lallah »
C’est au tour de Moonsamy Mooraghen de faire des allégations contre le témoin à charge, Antoine Chetty. Il a indiqué sous serment devant les magistrates Niroshini Ramsoondur et Kesnaytee Bissoonauth, de la Cour intermédiaire, qu’Antoine Chetty avait agressé le notaire Rajkumar Lallah et qu’il a dû intervenir : « Li ti ena problem ek notaire Lallah. Linn batt Lallah ek monn bizin intervenir. »

Moonsamy Mooraghen a aussi dit qu’Antoine Chetty a proféré des menaces à son encontre à plusieurs reprises : « Je l’ai dénoncé à la police et il a été arrêté et placé en détention à plusieurs reprises. » Et de soutenir que c’est pour cette raison qu’Antoine Chetty a fait de fausses allégations contre lui : « C’est un menteur ! Toutes ses allégations sont fausses ! »




Last modified on Wednesday, 23 January 2013 10:18
Nilen Kattany

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Actualités Popular Articles

Google+