25 July 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Friday, 25 January 2013 11:00

Bérenger démissionne et quitte le pays lundi Featured

Rate this item
(1 Vote)
Le leader des mauves a passé la main à Alan Ganoo. Le leader des mauves a passé la main à Alan Ganoo.
Paul Bérenger démissionnera officiellement de son poste de leader de l’Opposition lundi 28 janvier et quittera le pays le même jour pour Paris.
C’est ce qu’a confié son remplaçant Alan Ganoo à l’issue du Bureau politique du MMM, jeudi soir, à la rue Ambrose, Rose-Hill.  C’était la dernière réunion du Bureau politique à laquelle présidait Paul Bérenger avant son déplacement à l’étranger pour soigner son cancer. À Rose-Hill,ce jeudi, l’ambiance était riche en émotion. Les membres du Bureau politique ont tous montré leur solidarité envers leur leader. Paul Bérenger a officiellement fait le ‘handing over’ à Alan Ganoo. 

C’est à 16h45 que le leader du MMM, Paul Bérenger, est arrivé au quartier général à Rose-Hill. C’est peu après 18 heures que Paul Bérenger en est sorti. Il n’a fait aucune déclaration. Alan Ganoo, qui assure la suppléance, explique que le Bureau politique était chargé en émotion. "Tous les membres ont écouté avec attention ce que notre leader avait à dire sur la triste nouvelle de sa maladie. Nous lui avons exprimé notre solidarité et surtout notre fierté d’être des militants", soutient le nouveau leader des mauves.

« Tous ont respecté le choix du leader », se réjouit Alan Ganoo. « Alan est le choix logique. Il était déjà no 2 du parti et plus ancien membre du Parlement après Bérenger », confie un membre du Bureau politique. Pour ce qui est des conférences de presse hebdomadaires du MMM, une équipe collégiale a été mise sur pied pour les préparer et les animer.

Puis, Paul Bérenger a rappelé les dossiers prioritaires du moment pour le parti. L’absence de ce dernier ne sera toutefois pas totale. Lors de la réunion de jeudi, Paul Bérenger a indiqué qu’il sera en communication constante avec Alan Ganoo et Rajesh Bhagwan, secrétaire général des mauves.

D’ailleurs, ils sont plus d’un à concéder que l’ambiance était extraordinaire, jeudi, à Rose-Hill. Rajesh Bhagwan, le secrétaire général du MMM, déclare que les membres ont rassuré Paul Bérenger de leur volonté de travailler plus dur.  Alors que d’autres membres du Bureau politique, en l’occurrence Reza Uteem ou encore de Satish Boolell, sont d’avis que Paul Bérenger a eu le courage de venir de l’avant pour commenter son état de santé.

"Nous lui démontrons notre solidarité. D’ailleurs, ce combat sera plus facile pour Paul Bérenger sachant que nous sommes derrière lui", affirment-ils. Dans son mood de ‘fighter’, Paul Bérenger, déclare Françoise Labelle, a motivé sa troupe. "Il nous a beaucoup motivés pour continuer le travail", dit-elle. Ainsi, même en l’absence de leur leader, les mauves ne comptent pas rendre les armes.

Une nouvelle page de l’histoire du MMM s’écrit
C’est une nouvelle page de l’histoire du MMM et de la politique qui s’écrit avec le retrait temporaire de Paul Bérenger. C’est ce qui ressort d’un débat sur les ondes de Radio Plus, qui a vu la participation de l’historien, Jocelyn Chan Low, de l’ancien ministre du MMM, Motee Ramdass et de l’observateur politique, Dharam Gokhool.

Pour Jocelyn Chan Low, l’annonce que le leader historique du MMM est atteint d’un début de cancer à l’amygdale, a suscité une vague de sympathie au sein de la population. « Absent du pays, pendant trois mois, c’est un Paul Bérenger plus fort qui sera de retour. De même, le MMM en sortira plus fort que jamais." Certes, il reconnaît qu’il sera difficile de remplacer un leader de la trempe de Paul Bérenger, mais il pense qu’avec l’apport du MSM, si la campagne de dénonciation continue, il n’y aura pas de grands changements au Parlement sur la scène politique.  Parlant de la succession au sein de ce parti, il avance que ce n’est pas toujours facile de trouver un successeur à un grand tribun.

Il pense que le MMM doit avoir, dans un premier temps, une direction collégiale, et de là sortira un grand leader. Il souhaite qu’il y ait un rajeunissement des cadres de ce parti et une plus grande ouverture vers les jeunes.  Jocelyn Chan Low pense également que le gouvernement, qui a été mis sur la défensive par Paul Bérenger, pourra prendre un nouveau départ. Certes, dit-il, tous les partis politiques ont exprimé leur sympathie à Paul Bérenger, mais le fait demeure qu’il y a aussi la real politique. Il avance que l’équipe gouvernementale aurait une possibilité de combattre le Remake 2000 en capitalisant sur la maladie de Paul Bérenger et le grand âge de sir Anerood Jugnauth. 

Pour Dharam Gokhool, certes, on ne peut pas « write off » Paul Bérenger, mais le problème de la relève se pose. Il estime que le fait que Paul Bérenger ait annoncé publiquement qu’il a un cancer et qu’il sera absent du pays pendant trois mois indique qu’il a déjà pensé à une relève durable. « C’est une nouvelle structure politique qui s’amorce », dit-il.

La famille de Bérenger : « Pas de déclaration »
Ils ne veulent pas parler à la presse. Chose tout à fait compréhensible, la seule préoccupation pour l’heure est la santé de leur père. Joint au téléphone, le fils de Paul Bérenger, Emmanuel Bérenger, nous a laissé entendre que sa famille et lui ne voudront pas faire de déclaration aux médias pour l’heure. "La santé de mon père est la priorité, nous ne comptons pas parler pour le moment. Peut-être plus tard, mais notre priorité c’est lui ", a-t-il déclaré.



Last modified on Friday, 25 January 2013 11:04
Patrick Hilbert

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus
Actualités

Actualités Popular Articles

Google+