29 July 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Monday, 28 January 2013 11:05

L'e-marketing, infos ou rabâchage ?

Rate this item
(0 votes)
Qui n'a jamais reçu dans sa boîte e-mail une publicité vantant une carte de crédit, un dîner au restaurant ou encore les promotions de la semaine d'un supermarché ? Peut-être les personnes qui n’ont pas d'adresse e-mail ! Le marketing électronique, ou e-marketing, prend de l'ampleur à Maurice avec ses avantages et ses inconvénients.
Non seulement ce type de publicité se multiplie depuis quelques années, mais plus, les entreprises qui proposent de l'e-marketing, poussent comme des champignons dans le monde et à Maurice. On trouve, entre autres, Pixel Advertising, Multievents, Watiwala Emarketing, pour ne citer qu'elles. Et c'est sans compter les sites internet de référencement en ligne.

Ces opérateurs affirment que pour les annonceurs, ce type de publicité est très intéressant. "L'e-marketing est considéré comme l'une des formes les plus rentables de communiquer sur des produits et services. Notre concept est une formule qui intègre différentes plateformes digitales. Les publicités sont envoyées par email, elles sont postées sur la page d'accueil de notre site internet, ainsi que sur nos pages des réseaux sociaux qui sont suivis par plusieurs milliers de personnes et en bandeau sur notre site de petites-annonces gratuites", explique Ishrat Sheik Boodoo, directeur de Pixel Advertising qui opère la plateforme d'e-marketing Blue Fish.

Pour les prospects qui le souhaitent, il est possible de demander à ne plus recevoir ce genre d'e-mails publicitaires. Les professionnels préfèrent appeler cela "se désinscrire" de la base de données. Néanmoins, afin de ne pas perdre trop de prospects, certains opérateurs d'e-marketing ont trouvé la parade. Quand un prospect demande à se désinscrire, ils leur envoient un questionnaire pour connaître les raisons de ce choix. Au cas où le prospect indique qu'il reçoit trop d'e-mails par jour, il lui sera alors envoyé un seul e-mail quotidiennement, regroupant l'ensemble des publicités du jour.


Certaines entreprises anticipent la réaction des prospects en indiquant bien visiblement sur les e-mails qu'il n’agit pas de publicités, mais d'informations commerciales. Il est également possible pour les prospects d'enregistrer sur leur boîte e-mails toutes les correspondances d'une même adresse d'expéditeur comme indésirables. Elles sont alors automatiquement considérées comme des spams et redirigées vers un dossier spécifique (bulk mail) afin de ne pas encombrer la boîte de réception principale (inbox). Les opérateurs ont, là aussi, trouvé, une parade en utilisant à chaque fois une adresse différente établie sur la base du thème ou du commanditaire de la publicité en question.

Néanmoins, beaucoup de prospects font attention à ces publicités et celles-ci touchent donc leur cible même si ce n'est pas le cas à tous les coups. "Le-marketing n'est pas mauvais pour les annonceurs, mais nous n'avons pas un retour sur investissement aussi instantané qu'avec les autres médias. Les opérateurs affirment avoir une base de données de 40 000 adresses e-mails, la plupart sont des adresses d'entreprises ou de professionnels et non de particuliers (60 % d'entreprises et de professionnels contre 40 % de particuliers selon Pixel Advertising). Par contre, c'est très abordable et pour notre école de formation, il nous suffit de deux ou trois inscriptions pour rentabiliser l'investissement.

Quand nous en avons cinq nous sommes ravis, mais cela n'égale pas le retour qu'on a avec la publicité dans la presse", déclare Sham Mathura, directeur de BSP School. Ce dernier déplore également l'envoi en plusieurs fois des mêmes publicités par jour, car il estime que cela dérange plus les prospects que cela les informe et ils sont donc moins attentifs.

L’e-marketing a tout de même un aspect controversé. Il s’agit de la manière dont les opérateurs obtiennent les adresses e-mails de leurs prospects. Des sites internet très réputés à travers le monde n’ont pas hésité à « espionner » via des logiciels, les messages de leurs utilisateurs, pour ensuite leur envoyer des publicités ciblées ou même vendre ces coordonnées aux opérateurs d'e-marketing.

Néanmoins, Ishrat Sheik Boodoo, directeur de Pixel Advertising, souligne que son entreprise remplie sa base de données grâce à différentes plateformes digitales, et à ses présences à la radio, à la télévision, sur des affiches permanentes et à des événements. Tout cela amène des personnes à se connecter sur le site internet où ils s’inscrivent pour faire partie des prospects des messages publicitaires. « Un de nos clients en Hypermarché qui publie mensuellement jusqu’à 125 000 copies de ses brochures a demandé au public de s’inscrire sur notre site internet afin de recevoir ses offres. Cela nous a permis d'augmenter davantage notre liste d'abonnés», note Ishrat Sheik Boodoo.

À l'heure du numérique et de la communication, nul doute que l'e-marketing a encore de beaux jours devant lui.



Last modified on Monday, 28 January 2013 11:05
Patrice Donzelot

Twitter @PatriceDonzelot

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus
Actualités

Actualités Popular Articles

Google+