31 October 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Monday, 28 January 2013 11:00

Selon un jeune patient : « Les médecins pas assez formés pour soigner les dialysés »

Rate this item
(1 Vote)
Khalid Korrim, 28 ans, a été opéré à six reprises dans le cadre de son traitement. Il justifie la menace de grève de la faim des patients dialysés par « certains manquements » au niveau de leur prise en charge médicale.
Khalid Korrim est sous dialyse depuis quatre ans et demi. Il fait partie de ces 970 malades actuellement sous dialyse pour cause d’insuffisance rénale. Cela fait suite à une infection qu’il a contractée. Celle-ci a provoqué chez lui une insuffisance rénale. « J’étais abattu en apprenant que je devrais être sous dialyse à vie puisque je n’avais que 24 ans. J’avais plein de projets pour mon avenir. Mais le sort en a voulu autrement », regrette le jeune homme.

Cet habitant de Rose-Belle travaillait alors comme vigile pour le compte d’une compagnie privée. Il était posté à l’hôpital J. Nehru. Il subira une première intervention pour une fistule au bras. Ce sont des chirurgiens du service hospitalier qui s’en chargent. Elle consiste à mettre une veine au contact d’une artère afin de faciliter la pratique de la dialyse. Traitement servant à épurer le sang de façon artificielle faute de fonctionnement des reins. «J’ai été opéré au bras et à la jambe à quatre reprises pour cette fistule mais sans succès. Selon le chirurgien, j’ai les vaisseaux sanguins trop petits. Pourtant, la fistule avait été une fois une réussite, mais j’ai par la suite eu des complications », relate-t-il.

Suite à quoi le chirurgien le réopère pour annuler la fistule. Il a dû être admis à l’unité des soins intensifs à deux reprises après son opération. Le patient a dû être opéré cinq fois au bras et à la jambe pour la fistule mais sans succès. Il a finalement subi une sixième intervention au niveau de l’abdomen permettant la pratique de la dialyse – dialyse péritonéale. « J’ai beaucoup souffert avec tant d’interventions. Sans compter les effets secondaires liés à la dialyse comme la fatigue, la faiblesse et les maux de tête », témoigne le dialysé.
Pour Khalid Korrim, son cas serait la preuve du « manque d’expérience » de certains médecins en ce qu’il s’agit de la pratique de la fistule.

« Si le médecin pensait que mes vaisseaux sanguins étaient trop petits, il aurait dû opter pour la dialyse au niveau de l’abdomen dès le départ. Pourquoi m’avoir fait subir tant d’interventions ? Je ne suis pas le seul à avoir subi cela. Pour moi, il est clair que certains médecins ne savent pas comment pratiquer une fistule. Ils se mettent à l’essai. Ils ne sont pas assez formés pour traiter les dialysés », insiste le malade.

D’où son avis que la menace de malades de grève de la faim est justifiée. «Avec des manquements au niveau du traitement, la longue attente pour l’ambulance, le manque de néphrologues et l’encadrement inadéquat des malades dans les centres de dialyse, notre ras-le-bol est justifié », souligne Khalid Korrim.

Bose Soonarane : « Certains médecins prennent nos malades pour des cobayes »
Le secrétaire de l’association des patients dialysés partage l’avis de Khalid Korrim selon lequel certains médecins ne seraient pas assez formés pour prendre soin des dialysés. « Certains médecins prennent nos malades pour des cobayes. Ils font du trial and error. C’est ce qui explique le fait que certains patients soient opérés à plusieurs reprises pour la fistule », commente Bose Soonarane. Il précise que la menace de grève de la faim des patients dialysés est toujours de mise, faute de réaction du ministère de la Santé. Une réunion s’est tenue au ministère en début de semaine entre les officiers concernés pour discuter des doléances de ces malades.




Last modified on Monday, 28 January 2013 11:04
Radha Rengasamy-Jean Louis

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Actualités Popular Articles

Google+