29 August 2014
Petites Annonces Gratuite
FacebookTwitterGoogle PlusLinkedin
Facebook Like
Wednesday, 30 January 2013 12:00

Nos plages en danger Featured

Rate this item
(0 votes)
Les plages publiques attisent les convoitises du Nord au Sud. Alors que Pereybère a été libérée des transats, Mont-Choisy, elle, est inondée.
D’ici une semaine, les véhicules et les vendeurs de plage seront interdits par la Beach Authority à Mont-Choisy pour érosion sévère. Cette plage risque d’être amputée sur une longueur d’envi­ron 200 mètres. Cela pour les besoins d’expansion d’un hôtel. Des travaux de conversion d’anciennes toilettes en restaurant  commencés, avec l’autorisation de la Beach Authority (BA), ont été freinés par un avis du State Law Office.

À Trou-aux-Biches, les transats ont envahi tout l’espace de la plage publique. L’hôtel Trou-aux-Biches a mis un panneau rappelant au public qu’une partie de ce qui était considéré comme plage publique ne l’est pas. 

« La plage appartient à tout le monde : aux touristes, aux hôtels, aux loueurs de transats et au grand public. Il faut que tous s'adaptent les uns aux autres", a déclaré Subash Seeruttun, directeur de la BA. "Il n'y a que 15 % de la plage alloués à ces transats. Sur un rayon de 500 mètres, seuls 75 mètres leur sont alloués. La Beach Authority ne donne pas de permis supplé­mentaires sur une plage, si ce pourcentage est atteint. "

À la plage publique vis-à-vis de l’hôtel Casuarina, un promoteur a fait des travaux, avec l'autori­sation de la BA, pour vendre des fruits. « Quel est le problème ? Je n’en vois pas. C’est simplement quelqu’un qui veut vendre quelques fruits », avance Subash Seeruttun.

Anse-La-Raie est également convoitée par des promoteurs hôteliers. Une demande pour une partie de cette plage est en attente d’un permis de l'Environ­ment Impact Assessment, après le feu vert du ministère du Logement et des Terres. Depuis le début de l’année, la plage publique de Balaclava a été rendue difficile d’accès à cause d’une grille métallique placée par le Grand Mauritian Hotel. La direction indique qu'il agit en toute légalité et affirme que le public peut encore y avoir accès par une petite porte  ouverte de 6 heures à 18 heures.

C'est le même problème à Gris-Gris, où les promoteurs d’un morcellement ont placé des grilles interdisant l’accès à une grande partie de la plage. À Flic-en-Flac, si ce n’est l’érosion, ce sont les transats qui prennent place. Et, pour Albion, ce sont des kiosques qui ont été placés sur la plage par la BA. Suite à un avis légal du State Law Office, ils sont restés fermés.



Patrick Hilbert

Email This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
Zero Tolerance

ZERO Tolérance

Les internautes qui voudraient commenter les articles qui sont publiés sur le site defimedia.info sont avisés qu'ils doivent éviter à tout prix d'utiliser des termes obscènes, racistes, communaux ou diffamatoires. La moindre utilisation d'un terme offensant entraînera le rejet automatique du commentaire soumis.

comments powered by Disqus

Actualités Popular Articles

Google+